En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

En l’espace d’un an, la zone de police de Seraing/Neupré a constaté un boom de la criminalité informatique sur son territoire. De 167 dossiers en 2020, la zone en dénombre 257 en 2021. Et ça continue. Une hausse qui est loin d’être une exclusive de la zone, les exemples dans l’actualité ne manquent d’ailleurs pas. Rien qu’en région liégeoise, la clinique André Renard, la Ville de Liège, celle de Seraing elle-même et des entreprises privées ont été ciblées par des hackers, de plus en plus déterminés, de mieux en mieux équipés.

Pour lutter contre cette forme de crime organisé, la Belgique est équipée de CCU (Computer Crime Unit) qui œuvrent à différents niveaux. La Fédérale (FCCU) traite généralement tout ce qui part à l’étranger, mais aussi les contacts avec Google ou encore Facebook. La Régionale (RCCU), située rue Saint-Gilles à Liège, se charge notamment des ransomwares et de la cryptomonnaie. En 2017, cette dernière a crié au secours. Débordée, elle demandait parfois un délai d’un an pour une analyse téléphonique. Le champ était laissé libre aux zones de police locales d’embrayer ou pas en mettant sur pied une cellule. À Seraing/Neupré, on est monté dans le train ! En Wallonie, les LCCU – pour Local Computer Crime Unit – se comptent sur les doigts d’une main. Seraing/Neupré fait donc figure d’exception.

Pas des geeks !

Nous avons pu rencontrer les deux policiers qui composent le service. Loin des clichés du geek boutonneux affublé d’un t-shirt Mario Bros délavé, ces deux-là sont avant tout des policiers de terrain. « L’approche policière, c’est le plus important », confirment Philippe et Roger (prénoms d’emprunt). « On sait qu’on va rencontrer des obstacles, mais on y va quand même. Le niveau technique n’est pas si important que cela. On est convaincu de ce qu’on fait, c’est pour ça qu’on avance bien. Ceux qui démarrent maintenant, ils vont ramer. »

À eux d’eux, ils cumulent 55 ans de métier et sont passés par toutes les branches. Leur aide peut être demandée dans divers domaines. « Nous faisons de la téléphonie, pour retrouver des GSM volés, des analyses de vidéos privées ou publiques, des extractions de données pouvant aller jusqu’au drone, de l’analyse téléphonique, des perquisitions. »

Ces dernières peuvent concerner des dossiers stups, mœurs, ecofin, ou encore des vols. « Grâce à l’existence de notre service, on gagne un temps précieux. Par exemple, dans le cadre d’un braquage, quand il faut exploiter les vidéos, on le fait nous-mêmes. Les stups et les vols, ce sont nos gros clients. »

Un téléphone par jour

Ce sont les analyses téléphoniques qui occupent la majeure partie du temps de ce truculent duo. « De l’année dernière à cette année, on a doublé les chiffres. Avant, on analysait un téléphone tous les 2 ou 3 jours. Aujourd’hui, c’est un téléphone par jour qu’on nous amène. »

Mais pourquoi cette criminalité est-elle exponentielle ? Eh bien, sans vouloir nous culpabiliser, ce serait un peu de notre faute… « Les gens font trop confiance et l’escroc, lui, est sans limite, sans scrupule. Pour eux, c’est de l’argent facile. Si quelqu’un vous accoste en rue et vous demande 500 euros pour se soigner, vous allez refuser. Alors pourquoi le faire sur internet ? »

Chaque fois qu’une nouvelle application arrive sur le marché, un arnaqueur sera derrière. La LCCU de Seraing/Neupré doit, elle aussi, s’adapter et trouver la faille.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

En l’espace d’un an, la zone de police de Seraing/Neupré a constaté un boom de la criminalité informatique sur son territoire. De 167 dossiers en 2020, la zone en dénombre 257 en 2021. Et ça continue. Une hausse qui est loin d’être une exclusive de la zone, les exemples dans l’actualité ne manquent d’ailleurs pas. Rien qu’en région liégeoise, la clinique André Renard, la Ville de Liège, celle de Seraing elle-même et des entreprises privées ont été ciblées par des hackers, de plus en plus déterminés, de mieux en mieux équipés.

**** ****** ****** ***** ***** ** ***** ********** ** ******** *** ********* ** *** ********* ***** ***** *** ******** ** *********** ******** ** ********** ****** ****** ************** **** ** *** **** ** ************** **** ***** *** ******** **** ****** ** ****** ********* ** ********** ******* ******* *** ************ ** ******* ** ****** ********* *** *********** ** ** ** ************** ** ***** ***** ********* * ***** ** ******** *********** **** ********* ******* ** ****** ****** ** **** *** ******* *************** ** ***** ****** ******* ***** *** ***** ** ****** ******* ************ ** *** ** ******* *** **** *** ******** ** **************** ** *** ****** **** ** ************ ** ********* *** **** *** **** ***** ******** ***** **** *** ** ******** *** *** ****** ******* ***** *************** **** **** ****** **************

*** *** ************

**** ***** ** ********** *** **** ********* *** ********* ** ******** **** *** ******** ** **** ********** ******** ****** ******* ***** **** ********* *** ******** **** ***** **** *** ********* ** ******** ******************** *********** ******* ** **** ****************** ********** ******** ** ***** ********* ************* ********** **** ******* ** ********** *** ********** **** ** * ** ***** ****** ** ****** ********* ******* *** ** ********* *** ***** ** *** ********* ** ** ******* ***** ******* **** *** ******* ****** ***** **** *** ********** *********** *** **** **************

** *** ******** *** ******** ** *** ** ******* ** **** ******* *** ****** *** ********* **** **** **** ***** ********* **** ****** ********* ************ ******* ** ** ************* **** ********* *** *** ******* *** ******** ** ******* ******** ** ********** *** *********** ** ******** ******* ***** ********** ****** ** *********** *************** *** **********************

*** ********** ******* ********* *** ******** ****** ******* ******* ** ****** *** ***** ************** ** ************* ** ***** ******** ** ***** ** ***** ********** *** ******** **** ** ***** ****** ********* ***** ** **** ********* *** ******** ** ** **** ************ *** ***** ** *** ***** ** **** *** **** ****************

** *********** *** ****

** **** *** ******** *************** *** ******** ** ******* ****** ** ***** ** ** ********* **** ********** ********** ********* ** ***** ******* ** * ******* *** ********* ****** ** ********* ** *********** **** *** * ** * ****** ************** ******* ** *********** *** **** ******* **** ***************

**** ******** ***** ************ ******** ******************** ** ***** **** ******* **** ************* ** ****** ** *** ** ***** ******** *********** **** **** **** ********* ** *********** **** *** **** ******* **** ********* **** **** ******* ** ********** ******* ** *********** **** ******* ** *** ** **** ******* *** ***** **** ** ******** **** ***** ******** ***** ******** ** ***** *** ***********************

****** **** ******** ******** *********** ****** *** ** ******** ** ********* **** ********** ** **** ** *************** ***** **** ****** *********** ** ******* ** *******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles