En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil

Cocasse: Jalhay en recours contre son permis pour la maison communale de Sart

Alors que la commune de Jalhay avait déposé un permis pour la rénovation complète de la maison communale de Sart il y a peu, la voici désormais sur le point de déposer un recours contre ce même permis ! Explications de cette situation cocasse.

De prime abord, la situation dans laquelle se trouve la commune de Jalhay semble cocasse et plutôt paradoxale. Elle s’apprête en effet à déposer un recours auprès du ministre wallon de l’Aménagement du territoire contre l’obtention du permis d’urbanisme pour la rénovation de la maison communale de Sart, comme le révèle Vedia. Un permis que la commune a pourtant sollicité !

Cette situation est due aux conditions ajoutées dans le permis par la fonctionnaire déléguée à l’urbanisme. « Nous sommes interrogatifs face à ces décisions. On nous dit qu’on a le permis, mais qu’il va falloir changer le crépi de façon générale », indique le bourgmestre Michel Fransolet à Vedia.

Le projet déposé par la commune voulait en effet que les pignons et la façade arrière soient recouverts d’un crépi blanc. Ce qui avait valu à la majorité une pétition initiée par une riveraine contre cet aménagement, entre autres. Pétition qui avait été déposée hors délais auprès de la fonctionnaire déléguée.

Désormais, dans les conditions du permis figurent des briques à l’arrière et des ardoises sur les pignons. « Nous ne comprenons pas », réagit encore le maïeur au micro de Vedia. « On nous demande de mettre des briques à la place du crépi mais sans nous demander de modifier les plans. Or, des briques nécessitent une autre fondation. L’isolation doit être repensée. Et puis, on nous demande d’installer des cheminées en inox sur le toit pour la prise d’air et l’évacuation d’air. L’architecte a calculé que ces cheminées devraient avoir un mètre de diamètre en inox. Cela va faire, à mon avis, un peu, paquebot. Ces modifications auront bien sûr un coût. Sans compter l’évolution des prix des matériaux depuis qu’on a déposé le permis. Or, le projet est déjà estimé à 3 millions d’euros… »

Raison pour laquelle la commune a décidé d’introduire un recours contre ce permis.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo