En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

«Provocation» de Frank Vandenbroucke: l’Absym menace de dénoncer l’accord

L’Association belge des syndicats médicaux (Absym) menace jeudi de dénoncer l’accord médico-mutualiste pour 2022-2023 après ce qu’elle qualifie de « provocation » du ministre de la Santé Frank Vandenbroucke.

Ce qui suscite l’ire du syndicat médical est l’avant-projet de loi du ministre de la Santé et en particulier l’article X+20. Celui-ci « stipule que les médecins ne peuvent en aucun cas facturer des honoraires pour les soins ambulatoires fournis aux bénéficiaires d’une intervention majorée qui soient supérieurs aux tarifs fixés dans l’accord médico-mutualiste. Cette mesure revient à imposer les tarifs de l’accord aux médecins qui ont refusé l’accord », dénonce l’Absym.

Si le syndicat ne conteste pas la volonté d’épargner les ménages aux plus faibles revenus, il s’offusque que les tarifs de l’accord s’imposent à des médecins qui l’ont refusé. Il souligne que plus de 87 % des médecins ont accepté l’accord et imposeront donc les tarifs négociés. « Les patients ont toujours la possibilité de choisir un médecin conventionné. (…) Un lien de causalité entre le report des soins par les patients et le choix d’un médecin, conventionné ou non, n’a jamais été établi. »

Pour l’Absym, la mesure du ministre Vandenbroucke « n’est pas proportionnée ». Il considère que le report de soins pour des raisons financières est plutôt motivé par la crainte du prix des médicaments prescrits qu’en raison du tarif payé chez le médecin.

« Pour l’Absym, il est clair que la provocation du ministre Vandenbroucke à l’égard des médecins est d’inspiration purement idéologique », dénonce le syndicat, proposant plutôt que « les mutuelles remboursent intégralement les patients qui ont droit à une intervention majorée de l’assurance, quel que soit le statut de conventionnement du médecin qu’ils consultent ».

« Si le ministre Vandenbroucke met ses projets à exécution, l’Absym n’a d’autre choix que de répondre à cette provocation en dénonçant l’accord médico-mutualiste », prévient-il.

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles