Quatre ans ferme pour des cambrioleurs trahis par un perroquet

L’un des agresseurs, quelques semaines auparavant, était entré en contact avec l’étudiante qui avait mis en vente sur un site en ligne du matériel informatique. A cette occasion, il avait pénétré dans l’appartement qu’elle partageait avec son compagnon à Fleury-les-Aubrais, dans la périphérie d’Orléans, repérant l’existence d’un coffre-fort ainsi que la présence d’un perroquet prénommé Pepito...

Se mettant en cheville avec un jeune père de famille paumé, l’initiateur du cambriolage se mit à épier les allées et venues de sa future victime et de son ami, achetant cagoules, gants et talkies-walkies.

Le 10 février, les deux hommes passent la nuit en bas de l’immeuble de leur victime à fumer des joints dans une voiture. Et le 11 au matin, ils passent à l’action, faisant irruption dans l’appartement. L’étudiante ne se laisse pas faire, dans la bagarre, elle a quatre tendons sectionnés à la main droite.

Les deux hommes réussissent toutefois à mettre la main sur deux ordinateurs, deux téléphones, un poste de télévision et... Pepito, le fameux perroquet, dont l’un d’eux avait déjà prononcé le nom quelques semaines plus tôt. La victime se souviendra de cette voix déjà entendue dans la bouche d’un homme souhaitant lui acheter une tablette numérique. C’est ce qui a permis l’identification de ses agresseurs.