Élections municipales en France: les résultats en direct

Rarement une élection intermédiaire - la première depuis la victoire du socialiste François Hollande à la présidentielle de 2012 - s’est déroulée dans un contexte aussi hostile au pouvoir en place. M. Hollande et son Premier ministre Jean-Marc Ayrault, à presque mi-mandat, ne sont crédités que de 20 à 25% de confiance dans les sondages.

Selon les premiers chiffres fournis par le ministère de l’Intérieur, le taux de participation était à 12H00 de 23,16% en métropole, chiffre sensiblement identique à celui de 2008 (23%). Les bureaux de vote ont ouvert à 08H00 locales, la métropole prenant le relais de la Nouvelle-Calédonie, de la Réunion et de Mayotte, où en raison du décalage horaire le vote avait commencé plus tôt.

Peu de commentateurs se sont risqués à un pronostic sur l’issue d’un scrutin municipal à deux tours où l’enjeu est avant tout local et où est redoutée une forte abstention.

L’enjeu pour le parti socialiste vise à garder de grandes villes comme Toulouse (sud-ouest) ou Strasbourg (est) et à arracher la mairie de Marseille (sud) à un baron de l’UMP, qui brigue son 4e mandat.

L’UMP espère pour sa part reprendre une trentaine de villes à la gauche.

Paris est aussi sous les projecteurs avec un duel de femmes, pour la première fois dans l’histoire. L’ex-ministre UMP Nathalie Kosciusko-Morizet et l’actuelle première adjointe PS Anne Hidalgo se disputent la succession du socialiste Bertrand Delanoë, à la tête de la «plus belle ville du monde» depuis 2001.

Autre clé du scrutin: les scores du parti d’extrême droite Front national.