En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Actuellement implantée le long du boulevard Jules Graindor à Anderlecht, l’usine du fabricant de chocolat Leonidas pourrait se voir délocalisée dans le Brabant wallon. Un souhait de la part de l’entreprise qui ne date pas d’hier et qui semble se concrétiser avec l’achat récent d’un grand bâtiment aux alentours de Nivelles. Même s’il n’est pas encore décidé si la production y sera déplacée ou non.

« Notre usine d’Anderlecht a trente ans : en principe, nous pouvons y développer notre capacité de production, mais il devient de plus en plus difficile, en tant que société de production, de continuer à travailler dans cet environnement densément bâti », a expliqué le PDG Philippe de Selliers. L’ambition serait dès lors de rafraîchir les structures de production.

Pour inciter l’entreprise à rester sur son territoire et ainsi maintenir quelque 300 emplois, le Gouvernement bruxellois avait proposé quatre endroits à l’entreprise, qui les a jugés insatisfaisants. Pour éviter de voir disparaître ce fleuron de l’économie bruxelloise, le chef de groupe MR Gaëtan Van Goidsenhoven, qui s’inquiète du sort de l’usine depuis 2018, a voulu faire acter pour de bon la position d’Anderlecht à ce sujet en soumettant une motion lors du dernier conseil communal.

Une motion votée

Votée à l’unanimité, cette motion engage le collège des bourgmestre et échevins « de prendre tous les contacts utiles avec les instances régionales et l’entreprise Leonidas afin de rechercher les conditions pérennisant la présence de l’usine Leonidas sur le territoire anderlechtois ou, à tous le moins, sur le territoire de la Région de Bruxelles-Capitale ».

« En plus de la charge symbolique que cela représente puisque c’est une entreprise importante dans le secteur du chocolat, c’est surtout important au niveau de l’emploi. Même si les 300 emplois sont garantis, le nombre de Bruxellois et d’Anderlechtois qui y travaillent va diminuer en raison de la route jusqu’à Nivelles. Ce qui est très dommageable surtout dans une commune comme Anderlecht qui a besoin de ce type de poste, qui ne nécessite pas de prérequis, pour améliorer son taux d’emploi », indique le conseiller communal. Tout en espérant qu’il n’est pas déjà trop tard, car le chocolatier belgo-grec se donne jusqu’à l’été pour prendre une décision définitive quant à l’usine anderlechtoise.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

************ ********** ** **** ** ********* ***** ******** ** *********** ********* ** ********* ** ******** ******** ******** ** **** ************* **** ** ******* ******* ** ******* ** ** **** ** ************** *** ** **** *** ******** ** *** ****** ** ************ **** ********* ******* ****** ***** ********* *** ********* ** ********* ***** ****** ******* *** ****** ******** ** ** ********** * **** ********** ** ****

************* ***** ************** * ****** ********** ** ********* **** ******* * *********** ***** ********* ** *********** **** ** ******* ** **** ** **** ********** ** **** *** ********* ** *********** ** ********* ** ********** **** *** ************* ********** ************** * ********* ** *** ******** ** ********* ************ ****** **** **** ** *********** *** ********** ** ***********

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles