En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Depuis le soir du 24 janvier dernier, quand deux policiers sont venus frapper à la porte de sa maison à Dampremy, Sandrine ne vit plus. Ce soir-là, sa fille Gwendoline, 24 ans, était partie chercher des cigarettes quand elle s’est fait renverser sur un passage pour piétons de la route de Mons, à Marchienne-au-Pont. Gwendoline est décédée quelques jours plus tard.

Et quand, le 30 juin, le chauffard qui a arraché la vie de sa fille a été condamné à 32 mois de prison, alors que le ministère public réclamait 11 ans, tout s’est écroulé autour de Sandrine. Un jugement incompréhensible, terriblement injuste aux yeux de la maman et sa famille. D’autant que le conducteur n’était pas un inconnu, loin de là : Othmane Behlila est multirécidiviste, conduisait alors qu’il était déchu de son droit de conduire et avait commis un délit de fuite après avoir percuté et projeté plusieurs mètres plus loin la jeune femme.

« Je reviens vite, je te promets »

Le cauchemar de Sandrine dure depuis plus de cinq mois maintenant. Elle se souvient de tout, comme si c’était hier. Des policiers qui annoncent l’accident et les graves blessures de Gwendoline jusqu’aux visites à l’hôpital, alors que sa fille était dans le coma. « Quand j’ai enfin pu la voir pour la première fois à l’hôpital, il y avait des appareils partout autour d’elle. Je voyais une larme sur sa joue. C’était insoutenable pour moi. Une mère ferait tout pour échanger sa place avec sa fille pour qu’elle ne souffre plus. Ma fille, c’est ma meilleure amie, ma confidente, ma princesse. »

La maman se souvient également des derniers mots échangés avec sa fille. « J’avais mal à la jambe, elle a insisté pour aller faire cette course à ma place. Elle m’a dit « Je reviens vite, je te promets ». Cette phrase me hante, elle résonne en moi, je vois encore ma fille sortir de la maison. Et chaque lundi, j’imagine, j’espère que la porte s’ouvre et qu’elle revienne enfin », nous confie-t-elle, incapable de retenir ses larmes.

Et cette profonde blessure a empiré ce 30 juin, quand le juge du tribunal de police de Charleroi a condamné le conducteur à une peine de 32 mois de prison, avec une période de 5 ans de privation de permis de conduire. Malgré la récidive, malgré le délit de fuite, malgré la déchéance de permis… Injuste, pour Sandrine.

« Quand j’ai entendu ça, j’étais révoltée. Avec sa détention préventive, il pourra sortir et vivre sa vie dans deux ans. Moi, je suis détruite. Je souffre depuis ce 24 janvier et ma vie n’a plus de sens. Toute ma vie est détruite, j’ai même l’impression que c’est moi, l’assassin. C’est moi qui vais devoir subir ça pendant des années. S’il avait été effectivement condamné à 11 ans de prison, je me dirais que ce serait plus juste, que justice a été rendue pour ma fille. Là, j’ai l’impression que la justice se met du côté des assassins plutôt que des victimes. »

Changer les choses

Sandrine compte toutefois se servir de sa rage pour tenter de faire bouger les choses. Elle va faire appel à un service d’aide, pour pouvoir parler avec d’autres parents de victimes d’accident de la route, être écoutée. « Peut-être qu’avec d’autres parents, on pourrait tenter de changer la loi. De donner des peines plus fortes aux chauffards. J’ai même écrit une lettre à la reine Mathilde pour me faire entendre. Aujourd’hui, plus personne ne respecte rien sur la route : les gens roulent trop vite, ne ralentissent pas près des passages pour piétons… Je veux qu’on se mobilise pour changer les choses : Gwendoline n’est pas la première, elle ne sera pas la dernière malheureusement. », déplore Sandrine en regardant les photos de sa fille dans le salon.

Ce mouvement, s’il aboutit et même s’il prendra du temps, servira indéniablement à rendre hommage à Gwendoline, gravée à jamais dans le cœur et dans la peau de sa maman.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

****** ** **** ** ** ******* ******** ***** **** ********* **** ***** ******* ** ** ***** ** ** ****** ** ********* ******** ** *** ***** ** ********* ** ***** *********** ** **** ****** ****** ******** *** ********** ***** **** ******* **** ********* *** ** ******* **** ******** ** ** ***** ** ***** ** ******************* ********** *** ********** ******** ***** **** *****

** ****** ** ** ***** ** ********* *** * ******** ** *** ** ** ***** * ***** ********* ** ** **** ** ******* ***** *** ** ********** ****** ********** ** **** **** ******* ********* ****** ** ********* ** ******** ****************** ************ ******* *** **** ** ** ***** ** ** ******** ********** *** ** ********** ********** *** ** ******** **** ** ********** ******* ******* *** ****************** ********** ***** ******* ****** ****** ** *** ***** ** ******** ** ***** ****** ** ****** ** ***** ****** ***** ******** ** ******** ********* ******* **** **** ** ***** ******

********** ******* ***** ** ** ***************

** ********* ** ******** **** ****** **** ** **** **** *********** **** ** ******** ** ***** ***** ** ********** ***** *** ********* *** ********* ************ ** *** ****** ********* ** ********** *********** ******* ** ************* ***** *** ** ***** ****** **** ** ***** ************* ****** ***** ** ** **** **** ** ********* **** ** ************* ** * ***** *** ********* ******* ****** ********* ** ****** *** ***** *** ** ***** ********** ************ **** **** *** ***** ****** **** **** ********* ** ***** **** ** ***** **** ********* ** ******* ***** ** ****** ******* ** ********* ***** ** *********** ** ******************

** ***** ** ******** ********** *** ******** **** ********** **** ** ****** ***************** *** ** ** ****** **** * ******** **** ***** ***** ***** ****** ** ** ****** **** ***** *** ********** ******* ***** ** ** **************** ***** ****** ** ****** **** ******** ** **** ** **** ****** ** ***** ****** ** ** ******* ** ****** ****** ************ *********** *** ** ***** ********* ** ********* ******** ************** **** ************** ********* ** ******* *** *******

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles