En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Vandenbroucke souhaite un accord sur la détection du cancer du col de l’utérus

Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) veut financer l’introduction du test comme point de départ pour la détection du cancer du col de l’utérus si les régions font plus d’efforts pour convaincre les femmes de se faire dépister

Il a fait cette déclaration lundi dans l’émission Terzake de la VRT. Le ministre a appelé à un accord rapide.

« Nous avons devant nous une solution qui peut être profitable à tous », a déclaré M. Vandenbroucke. « Nous voulons financer le test afin que ce dépistage puisse être effectué sur les femmes entre 30 et 65 ans, et nous demandons aux États fédéraux de tout faire pour convaincre les femmes de se faire dépister. » Il a fait remarquer que 60 % des femmes en Flandre se font actuellement dépister pour le cancer du col de l’utérus. À Bruxelles et en Wallonie, il est inférieur à la moitié.

La détection du cancer du col de l’utérus se fait encore actuellement par le traditionnel frottis, mais les experts préconisent depuis longtemps de passer au test HPV, plus précis, qui détecte directement le virus à l’origine du cancer du col de l’utérus. Selon Vandenbroucke, cela ne doit pas signifier que le dénigrement ne joue plus de rôle. Il a toujours son utilité chez les femmes âgées de 25 à 29 ans et peut également jouer un rôle dans l’examen approfondi des tests HPV positifs, selon le ministre.

Selon Vandenbroucke, sa collègue flamande Hilde Crevits (CD&amp ; V) est à bord. Il a exprimé l’espoir que les autres États fédéraux donneront également leur approbation prochainement. Cela devrait permettre de faire la bascule à partir de fin 2024, début 2025.

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles