En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

En novembre 1962, 150 journalistes du monde entier étaient présents à Liège pour assister à un procès d’assises retentissant : celui d’une famille liégeoise et de leur médecin qui avaient choisi de donner la mort à un bébé malformé.

Durant sa grossesse, Suzanne Coipel (25 ans) avait pris du Softenon, un médicament anti-nauséeux commercialisé depuis 1959 et prescrit par son médecin de famille, le docteur Casters. Mais très vite, on s’était aperçu de la naissance de bébés malformés et les scientifiques avaient donné l’alarme.

Pas de bras

Malgré cela, il était resté en vente en Belgique et elle avait accouché en juin 1962 de son premier bébé « né de sexe féminin, présentant une malformation grave, consistant en l’absence complète de bras et d’avant-bras, des embryons de mains étant soudés immédiatement au tronc », comme l’expliquait l’acte d’accusation.

À la clinique Sainte-Rosalie, les sœurs avaient caché durant quatre jours à la maman l’état de son bébé et elle ne l’avait découvert qu’en le reprenant chez elle. Lors d’un conseil de famille le soir même, ils avaient alors décidé dès le lendemain de l’euthanasier en lui administrant un biberon mortel rempli de somnifères.

« Ça a été atroce ! »

Dans le box des accusés, on retrouvait donc la maman, mais aussi son mari Jean Vandeput, sa sœur Monique, sa mère et le docteur Casters qui avait prescrit le fameux Softenon et qui les avait ensuite aidés à faire disparaître l’enfant. L’enquête de moralité révéla que tous les accusés avaient une vie irréprochable. Ils étaient pourtant tous incarcérés depuis cinq mois.

Lorsqu’on interrogea la maman, celle-ci expliqua son geste : « Quand j’ai vu l’enfant, ça a été atroce. J’ai cru mourir. C’était une vision à ne jamais oublier. Tout de suite, j’ai pensé que ce bébé ne pouvait continuer à vivre ».

Les autres accusés vinrent confirmer cette déclaration et tinrent des propos similaires. Durant le procès, le président eut du mal à contenir le public, tant les passions étaient déchaînées. Il ne fit aucun doute que les Liégeois étaient très majoritairement en faveur d’un acquittement.

Rappel de la loi

L’Avocat général Cappuyns eut la lourde tâche de mener l’accusation. Dans son réquisitoire, il déclara : « Des citoyens ont tué ou aidé à tuer. C’est clair. C’est indiscutable. Et pourtant, il est des questions auxquelles on voudrait ne pas devoir répondre par oui ou par non. Il le faut cependant. » Il s’appliqua ensuite à défendre la vie et rappela que d’autres mères avaient fait le choix opposé à celui de la principale accusée.

L’avocat de la défense, Jean Derwael, parla des responsabilités de la science et de la conduite exemplaire des accusés, du secret qui avait été fait autour des malformations à la naissance ou encore de la vision trop simple de l’accusation : « Je crois que ce qu’elle a fait, ce fut parce qu’elle aimait vraiment, pleinement son enfant. »

Explosion de joie

La place Saint-Lambert était noire de monde le 10 novembre 1962 pour entendre le verdict. Lorsqu’il fut annoncé que tous les accusés étaient acquittés, une explosion de joie se fit entendre. Pendant trente minutes, la salle résonna des cris d’un public que rien ne put calmer.

Ce procès retentissant se terminait mais devait encore faire parler de lui pendant de nombreuses années. Le Softenon provoqua en effet la naissance de plus de 7000 bébés malformés. Encore aujourd’hui, il reste une des grandes affaires de la justice liégeoise dont l’Histoire se souvient.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** ******** ***** *** ************ ** ***** ****** ******** ********* ** ****** **** ******** ** ** ******* *********** ******************* ***** ******* ******* ********** ** ** **** ******** *** ******* ****** ** ****** ** **** ** ** ****** **********

****** ** ********** ******* ****** *** **** ***** **** ** ********* ** *********** ************** ************** ****** **** ** ******** *** *** ******** ** ******** ** ******* ******** **** ***** ***** ** ********** ******* ** ** ********* ** ******* ********** ** *** ************* ******* ****** ***********

*** ** ****

******* ***** ** ****** ****** ** ***** ** ******** ** **** ***** ********* ** **** **** ** *** ******* ****** *********** ** **** ********* *********** *** ************ ****** ********** ** *********** ********* ** **** ** *************** *** ******** ** ***** ****** ******* ************** ** ************** ***** ************** ******** ***************

** ** ******** *************** *** ****** ******* ****** ****** ****** ***** ** ** ***** ********* ** *** ****** ** **** ** ********* ********** ******* ** ********* **** ***** **** ****** ******* ** ******* ** **** ****** *** ******* ***** ******** **** ** ********* ** *************** ** *** ************ ** ******* ****** ****** ** ************

*********** * ***** *********************

**** ** *** *** ********* ** ********** **** ** ****** **** ***** *** **** **** ********* ** ***** ******** ** ***** ** ** ******* ******* *** ***** ******** ** ****** ******** ** *** *** ***** ******* ****** ** ***** ************ *********** ************ ** ********* ******** *** **** *** ******** ******* *** *** *************** *** ******** ******** **** ************ ****** **** *****

*********** ********** ** ****** ******** ******** *** ************ ************* ****** ** *********** *** * ***** ******* ****** *** ******* ********** *** ****** ** ** ****** ******** **** ** ****** ****** ****** *** ** ****** ** ******* ********* ** **************

*** ****** ******** ******* ********* ***** ************ ** ******* *** ****** *********** ****** ** ******** ** ********** *** ** *** ** ******** ** ******* **** *** ******** ******** ************** ** ** *** ***** ***** *** *** ********* ******** ***** *************** ** ****** ****** *************

****** ** ** ***

********** ********* ******** *** ** ****** ****** ** ***** *************** **** *** ************** ** *************** *********** ******** *** **** ** ***** ** ***** ******* ****** ******* ************* ** ********* ** *** *** ********* ********** ** ******** ** *** ****** ********* *** *** ** *** **** ** ** **** ****************** ** ************ ******* ** ********* ** *** ** ******* *** ********** ****** ******* **** ** ***** ******* ** ***** ** ** ********** *********

********** ** ** ********* **** ******** ***** *** **************** ** ** ******* ** ** ** ******** ********** *** ********* ** ****** *** ***** ***** **** ****** *** ************* ** ** ********* ** ****** ** ** ****** **** ****** ** ********************* ********** ***** *** ** ********* * ***** ** *** ***** ********* ****** ********* ********** *** ***************

********* ** ****

** ***** ************* ****** ***** ** ***** ** ** ******** **** **** ******** ** ******** *********** *** ******** *** **** *** ******** ******** *********** *** ********* ** **** ** *** ********* ******* ****** ******** ** ***** ******** *** **** ****** ****** *** **** ** *** *******

** ******* ************ ** ********* **** ****** ****** ***** ****** ** *** ******* ** ********** ******** ** ******** ******** ** ***** ** ********* ** **** ** **** ******* *********** ****** ************** ** ***** *** *** ******* ******** ** ** ******* ********** **** ************ ** *********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles