En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Les faits remontent à ce mercredi, il est 3 heures du matin. Deux hommes parviennent à pénétrer par effraction dans une habitation, à Ransart. On ne précisera pas la rue exacte où cette agression et cette réaction de défense ont eu lieu, pour respecter la demande d’anonymat de la victime qui a bien voulu nous livrer son témoignage. Ayant deux armes chez elle, en possession d’un permis de détention, elle-même sous la menace d’une arme de poing, l’occupante des lieux a fait feu, à deux reprises, sur son agresseur. Celui-ci et son complice ont pris la fuite et sont toujours recherchés.

« J’ai tiré sur un homme, je l’ai blessé. Il est venu cambrioler chez moi, armé, je me suis défendue. C’est très choquant », confie d’emblée Sabine (prénom d’emprunt, donc).

de videos

Un sport

La jeune Ransartoise souhaite conserver l’anonymat, mais veut parler… De ce qu’elle a vécu directement, de ce qu’elle a fait en état de légitime défense, de son ressenti de tireuse sportive, un sport peut-être mal compris du grand public : « Je suis tireuse sportive, je veux que les gens comprennent que nous sommes, nous tireurs, des gens émotionnellement équilibrés, loin des fantasmes des armes à feu tels qu’on le voit trop aux États-Unis, par exemple. Ce sport me permet de me concentrer, d’atteindre une cible… C’est une passion qui m’est venue tôt : mon père avait lui-même une arme, mon ex-compagnon également. Cela fait des années que je m’exerce sur les pas de tir. Un exercice auquel, d’ailleurs, tous les détenteurs déclarés d’arme à feu sont soumis, douze fois par an, entre autres obligations à respecter », précise notre interlocutrice (voir ci-contre).

Les faits

« Cette nuit-là, il était 3 heures du matin, j’étais avec une amie, avec un verre de vin, en congé toutes les deux. Il était tard, oui, mais on profitait de cette soirée, on refaisait le monde, sans voir le temps passer. J’ai entendu alors un bruit suspect à l’étage. Je suis évidemment montée voir ce qu’il en était… »

Détentrice depuis des années d’un permis de port d’arme, Sabine va chercher son Glock 19 : « Les munitions, comme la loi me l’imposent, étaient dans une autre pièce. Je charge mon arme, je chambre une balle et je monte voir ce qui se passe. Mon amie, elle, était au téléphone, à ce moment-là. »

Cagoulé et armé

C’est là que Sabine tombe nez à nez sur un homme, cagoulé et une arme à la main ! « Il m’a regardée, m’a pointée de son arme. Clairement, je ne peux pas dire si c’était une vraie arme ou une factice. Je crois qu’il a vu qu’une balle était chargée dans mon glock. J’ai tenté de refermer la porte-fenêtre par laquelle lui et son « collègue » étaient passés. L’homme l’a rouverte, j’ai reculé dans le hall d’entrée. Je l’ai vu s’avancer vers moi, c’est là que j’ai fait feu. À deux reprises. »

Blessé

Au moins une des balles a touché le cambrioleur menaçant. « Oui, le labo a examiné les traces de sang et a récupéré les deux douilles. On n’a pas retrouvé les balles, par contre. Évidemment, suite à mes deux tirs, lui et son complice sont repartis. Un complice devait les attendre en voiture. Mon amie, elle, restée en bas, venait d’avoir la police, qui est arrivée dans les trois minutes, c’était impressionnant. »

Malgré la rapidité d’intervention de la police locale, les malfrats, eux, avaient déjà disparu. « Quand la police est entrée chez moi, j’étais à genoux, mon arme à la main, en état de choc », complète Sabine. « Les policiers ont évidemment saisi mon arme et ses munitions. Je pourrai les récupérer dans deux semaines. On a également repris mon t-shirt : l’homme m’avait agrippé, peut-être y a-t-il eu un transfert de mon agresseur… »

État de choc

Quelques heures à peine après ces faits dramatiques, la victime est, on s’en doute, en état de choc. « Entre tirer à l’exercice, comme je le fais souvent, sur des cibles en carton, et tirer sur un homme qui vient vers vous, il y a un monde de différence ! Oui, tout cela est choquant… On m’a proposé une aide psychologique, je ne sais si je vais l’accepter. Mes proches me soutiennent. C’est violent aussi de se dire que l’on est chez soi, lumières allumées, et que des voleurs décident malgré tout de venir, armés, chez vous ! »

Le parquet de Charleroi confirme les faits : deux dossiers ont été ouverts dans ce cadre, « l’un pour les faits de vol », précise Amélie Di Vincenzo, substitute du procureur du Roi de Charleroi, « le second pour les faits de tir. À ce stade, la légitime défense ou non n’est pas encore tranchée », précise-t-elle encore. Quant aux auteurs, eux, ils sont toujours en fuite, confirme encore le parquet.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

*** ***** ********* ** ** ********* ** *** * ****** ** ****** **** ****** *********** ** ********** *** ********** **** *** *********** ** ******** ** ** ********** *** ** *** ****** *** ***** ********* ** ***** ********* ** ******** *** ** ***** **** ********* ** ******* ************ ** ** ******* *** * **** ***** **** ****** *** ************ ***** **** ***** **** ***** ** ********** ****** ****** ** *********** ********** **** ** ****** ******* **** ** ****** ************* *** ***** * **** **** ** **** ********* *** *** ********** ******** ** *** ******** *** **** ** ***** ** **** ******** ************

************** ***** *** ** ****** ** ****** ******** ** *** **** ********** **** **** ****** ** ** **** ********** ******* ***** ***************** ****** *********** ****** ******** ************ ******

** *****

** ***** *********** ******** ********* ************* **** **** ********* ** ** ********* * ***** ************ ** ** ********* * **** ** ***** ** ********* ********* ** *** ******** ** ******* ********* ** ***** ********** *** ******* ** ***** ************* ********** **** ******* ********* ** **** *** *** **** *********** *** **** ******* **** ******** *** **** ***************** ************* **** *** ********* *** ***** ** *** **** ******* ** **** **** *** ************ *** ******** ** ***** ** ****** ** ** *********** ************* *** ******** ******* *** ******* *** ******* ***** *********** *** ***** ***** ********* *** ***** *** ************ *********** **** **** *** ******* *** ** ********** *** *** *** ** **** ** ******** ******* ************* **** *** *********** ********** ******** ** *** **** ******* ***** **** *** *** ***** ****** *********** ** ****************** ******** ***** ************** ***** ***********

*** *****

************* ********* ** ****** * ****** ** ****** ********** **** *** ***** **** ** ***** ** **** ** ****** ****** *** ***** ** ****** ***** **** **** ** ********* ** ***** ******** ** ********* ** ****** **** **** ** ***** ******* ****** ******* ***** ** ***** ******* ** *********** ** **** *********** ******* **** ** ******* ** *****************

*********** ****** *** ******* ****** ****** ** **** ********* ****** ** ******** *** ***** ********* *********** ********** ***** ** *** ** ************* ******** **** *** ***** ******* ** ****** *** ***** ** ******* *** ***** ** ** ***** **** ** *** ** ****** *** ***** ***** ****** ** ************ ** ** *******************

******** ** *****

******* *** *** ****** ***** *** ** *** *** ** ****** ******** ** *** **** ** ** *********** ********** ***** ********** ***** ******** ** *** ***** *********** ** ** **** *** **** ** ********** *** ***** **** ** *** ******** ** ***** ******* * ** ******** ***** ****** ******** **** *** ****** ****** ****** ** ******** ** ************** *** ******** *** ** *** ************************* ******** ******** ********* ***** ********* ****** ******* **** ** **** ************ ** ****** ** *********** **** **** ******* *** *** ****** **** **** ** **** *****************

*******

** ***** *** *** ****** * ******* ** *********** ********** ************ ** **** * ******** *** ****** ** **** ** * *********** *** **** ********* ** ***** *** ********* *** ******* *** ******* ************ ***** ** *** **** ***** *** ** *** ******** **** ********* ** ******** ****** *** ******** ** ******** *** ***** ***** ******* ** **** ****** ********* ** ******* *** *** ******** **** *** ***** ******** ********** ***********************

******* ** ********* **************** ** ** ****** ******* *** ********* **** ******* ****** ******** ************* ** ****** *** ******* **** **** ********** ** ******* *** **** ** ** ***** ** ***** ** ************* ********* ******* *********** ********* *** *********** ***** *** **** ** *** ********** ** ******* *** *********** **** **** ********* ** * ********** ****** *** ************** ********* ********* ********* ********** * ****** ** ** ********* ** *** ********************

***** ** ****

******** ****** ** ***** ****** *** ***** ************ ** ******* **** ** ****** ****** ** ***** ** ***** ************* ***** ** ************* ***** ** ** **** ******** *** *** ****** ** ******* ** ***** *** ** ***** *** ***** **** ***** ** * * ** ***** ** ****************** **** **** **** *** *********** ** ***** ******** *** **** ************** ** ** **** ** ** **** ************* *** ******* ** ************ ******* ******* ***** ** ** **** *** ****** *** **** **** ********* ********** ** *** *** ******* ********* ******* **** ** ****** ******* **** *******************

** ******* ** ********* ******** *** ************ **** ******** *** ***** ******* **** ** ****** ************** **** *** ***** ** ************ ******** ******* ** ********* ********** ** ********* ** *** ** ********** ********** ****** **** *** ***** ** **** ** ** ****** ** ********* ******** ** *** ******* *** ****** ****************** *************** ******* ***** *** ******** **** *** **** ******** ** ****** ******** ****** ** ********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles