En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Malgré deux années d’absence suite à la crise sanitaire, la Jeunesse Rongycienne, association qui organise le festival, n’avait pas oublié la bonne recette pour concocter un So W’Happy grand cru ! Le succès était ainsi au rendez-vous pour cette huitième édition qui a pu compter sur une météo parfaite pour ce genre d’événement.

Sur place, les festivaliers, déguisés ou non, étaient particulièrement survoltés. Beaucoup attendaient avec impatience le retour du festival. « C’est vraiment l’événement que j’attendais le plus car c’est tout près de chez moi », nous explique Marc, un habitant de l’entité de Frasnes. « Pouvoir enfin faire la fête dans un événement aussi grand, sans contrainte de mesure sanitaire, cela fait vraiment du bien ! ».

À côté des régionaux, on retrouvait notamment beaucoup de Français. Logique pourraient se dire certains vu la particularité transfrontalière de notre région. On ne retrouvait pourtant pas que des habitants du Nord au So W’Happy. Guiliane avait en effet fait le déplacement de la région parisienne avec ses amis. « Avec notre groupe, nous sommes de grands fans de musique hardstyle et on ne peut pas dire qu’on retrouve beaucoup d’événements de ce type du côté de chez nous », assure-t-elle. « Pour retrouver de si grands DJ, il faut parfois se rendre à des festivals organisés aux Pays-Bas. Ici, cela n’est qu’à un bon deux heures de chez nous, c’est donc parfait ! ». L’occasion de rappeler que les festivaliers venus de plus loin pouvaient profiter d’un bel espace camping pour profiter aussi pleinement que possible du week-end.

Du côté des organisateurs, on effectuait un premier très bon bilan de cette édition 2022 du So W’Happy. « Globalement, et c’est le plus important pour nous, les festivaliers sont contents », détaille Sébastien Dewaele, président de la Jeunesse Rongycienne. « Nous avons tout fait pour réduire au maximum les files, ce qui avait fait défaut en 2019. D’édition en édition, nous faisons en sorte de corriger les problèmes signalés par les festivaliers ».

Une sécurité assurée

Festivaliers qui étaient présents en nombre, ils étaient en effet plus de 40.000 tout au long des trois jours de l’événement !

L’événement pouvait aussi compter une nouvelle fois sur le plus grand parcours gonflable du monde. Malheureusement, des personnes pas vraiment respectueuses du travail des nombreux bénévoles se sont amusées à le percer en divers endroits durant la journée du dimanche. De quoi le rendre non-opérationnel pour la fin du festival.

C’est, heureusement si l’on peut dire, le seul véritable couac rencontré. La large présence des agents de sécurité et des policiers ont insufflé un sentiment de sécurité auprès des festivaliers.

« Cela a toujours été notre volonté », explique Sébastien Dewaele. « Notre festival est reconnu aussi pour cela. La police, comme la commune, est un de nos partenaires ». De quoi éviter les piqûres, comme on peut le déplorer dans ce genre d’événement ? « C’est vrai qu’on ne m’a rapporté aucun problème de ce type, et c’est tant mieux ! Après, il n’y avait pas vraiment eu de piqûre au Defqon.1 (festival hardstyle des Pays-Bas). Peut-être que cela ne touche pas cette communauté de festivaliers ».

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

******* **** ******* *********** ***** ** ** ***** ********** ** ******** ************ *********** *** ******** ** ********* ********* *** ******* ** ***** ******* **** ********* ** ** ********* ***** ********** ** ******* ****** ***** ** *********** **** ***** ********* ******** *** * ** ******* *** *** ******* ******** **** ** ***** ****************

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles