En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

C’est devant des tribunes chauffées à blanc et pleines à craquer avec près de 9.600 supporters en large majorité parés d’orange que les Red Panthers allaient donc tenter d’arracher leur ticket pour les demi-finales de la Coupe du monde. Mais face aux Pays-Bas, les joueuses belges étaient bien conscientes qu’elles allaient devoir proposer une prestation exemplaire pour bousculer les numéros 1 mondiales. Un duel déséquilibré si on s’intéressait aux statistiques puisque sur les 25 confrontations en tournoi officiel, les Néerlandaises s’étaient imposées à 24 reprises (avec 1 seul partage à l’Euro lors de la phase de poule en 2019).

L’entame de rencontre des Panthers allait donc être déterminante avec la nécessité de presser pour empêcher leurs adversaires de pouvoir développer leur jeu et d’emballer les débats. À la 9e minute, les championnes du monde en titre obtenaient leur premier penalty de la rencontre mais Elena Sotgiu repoussait l’envoi. C’était ensuite Maria Verschoor qui passait tout près de l’ouverture du score mais la gardienne belge était à nouveau bien placée pour repousser le danger. Les Néerlandaises dominaient ce premier quart d’heure et elles prenaient la direction des opérations à 44 secondes de la fin du premier quart d’heure via Laurien Leurink.

Les Red Panthers étaient étouffées dans la douce chaleur de ce début de soirée sur Amstelveen par une équipe plus rapide, plus physique, plus technique et surtout plus inspirée. Les Belges ne parvenaient pas à imposer leur jeu, leur style et elles ne se montraient dangereuses que très sporadiquement. Les Pays-Bas poussaient et obtenaient de nombreux p.c. mais Aisling D’Hooghe était, à son tour, attentive dans les buts pour repousser le danger. La rencontre était pratiquement à sens unique et la 7e nation mondiale n’avait pas réellement voix au chapitre durant ces 30 premières minutes.

La réaction attendue après la pause

La physionomie de l’entame de seconde période était pratiquement identique. Les Néerlandaises contrôlaient les échanges et mettaient tout en œuvre pour éviter de laisser leurs adversaires revenir dans la partie. Mais à la 43e minute, dans un silence assourdissant, sur leur premier penalty de la partie, les Belges revenaient au score sur une phase de penalty conclue par Alix Gerniers. Les joueuses de Raoul Ehren n’avaient pas encore dit leur dernier mot et elles n’étaient certainement pas prêtes à laisser filer ce quart de finale même si elles n’avaient que très peu la possibilité de s’exprimer. Dans le dernier quart d’heure, l’équipe locale en remettait en couche pour tenter de mettre un terme aux dernières velléités visiteuse. Et, 4 minutes plus tard, c’est finalement Freeke Moes qui anéantissait les espoirs belges en plaçant la balle entre les jambes de Aisling D’Hooghe (2-1). Mais les Belges ne lâchaient rien. Elles obtenaient encore 2 p.c. mais le score ne bougeait plus malgré une certaine domination durant ce dernier quart d’heure.

« Nous sommes passées complètement à côté de notre premier quart d’heure », regrettait Michelle Struijk. « Je n’arrive pas à expliquer ce qui s’est passé. C’était un ensemble de choses. Mais, petit à petit, tout s’est remis en place et nous sommes parvenus à recoller au score. Cela prouve bien que nous sommes de plus en plus proches des Néerlandaises. Mais aujourd’hui, cela n’a pas encore suffi. Cela s’est joué sur des détails comme attendu. On voit que nous devons encore être plus dures dans tous les secteurs du jeu. C’est vrai qu’on pouvait nourrir certains regrets à l’issue du premier tour après cette défaite face à l’Australie car nous aurions pu éviter les Pays-Bas en quarts de finale. Toutefois, nous étions certaines que nous pouvions réaliser quelque chose de grand face aux Néerlandaises. Et au final, cela ne s’est joué à pas grand-chose. Et nous aurions peut-être pu arracher un 2-2 sur le fil. Nous sommes tout de même très fières de ce que nous avons accompli durant cette Coupe du monde. Nous avons encore accompli des progrès importants et je suis impatiente de voir ce que nous pourrons présenter l’été prochain lors du Championnat d’Europe. »

Après des vacances méritées, les Red Panthers reprendront le collier en août prochain pour préparer les prochaines échéances. La Pro League, d’abord, fin d’octobre, en Argentine, puis l’Euro, l’été prochain, en Allemagne, avant le qualificatif olympique pour les Jeux de Paris, en janvier 2024. Les JO demeurent bel et le bien le prochain grand objectif fixé par Raoul Ehren. Le sélectionneur national le répète depuis des mois. Il veut viser un podium dans 2 ans et il entend bien tout en œuvre pour y parvenir. Ses joueuses également…

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

******* ****** *** ******** ********** ** ***** ** ******* ** ******* **** ***** ** ***** ********** ** ***** ********* ****** ********** *** *** *** ******** ******** **** ****** ************ **** ****** **** *** ************ ** ** ***** ** ****** **** **** *** ********* *** ******** ****** ******** **** *********** ********** ******** ****** ******** *** ********** ********** **** ********* *** ******** * ********** ** **** *************** ** ** **************** *** ************ ******* *** *** ** ************** ** ******* ********* *** ************** ************ ********* ** ** ******** ***** * **** ******* ** ******** **** ** ** ***** ** ***** ** ******

********** ** ********* *** ******** ****** **** ***** ************* **** ** *********** ** ******* **** ********* ***** *********** ** ******* *********** **** *** ** ************ *** ******** ** ** ** ******* *** *********** ** ***** ** ***** ********** **** ******* ******* ** ** ********* **** ***** ****** ********** ********** ********** ******* ***** ********* *** ******* **** ***** ** ************* ** ***** **** ** ********* ***** ****** ** ******* **** ******* **** ********* ** ******* *** ************** ********** ** ******* ***** ********* ** ***** ********* ** ********* *** *********** ** ** ******** ** ** *** ** ******* ***** ********* *** ******* ********

*** *** ******** ******** *********** **** ** ***** ******* ** ** ****** ** ******* *** ********** *** *** ******* **** ******* **** ********* **** ********* ** ******* **** ********** *** ****** ** *********** *** ** ******* **** **** **** ***** ** ***** ** ** ********** *********** *** ***** *************** *** ******** ********** ** ********** ** ******** **** **** ******* ********** ******* ** *** ***** ********* **** *** **** **** ********* ** ******* ** ********* ****** ************ ** **** ****** ** ** ** ****** ******** ********* *** *********** **** ** ******** ****** *** ** ********** ********

** ********* ******** ****** ** *****

** *********** ** ********** ** ******* ******** ****** ************ ********** *** ************** ************* *** ********* ** ********* **** ** ****** **** ******* ** ******* ***** *********** ******* **** ** ******* **** ** ** *** ******* **** ** ******* ************** *** **** ******* ******* ** ** ******* *** ****** ********** ** ***** *** *** ***** ** ******* ******* *** **** ********* *** ******** ** ***** ***** *********** *** ****** *** **** ******* *** ** ***** ************ ************ *** ******* ** ******* ***** ** ***** ** ****** ***** ** ***** *********** *** ***** *** ** ************ ** ************* **** ** ******* ***** ********** *********** ****** ** ********* ** ****** **** ****** ** ****** ** ***** *** ********** *********** ********** *** * ******* **** ***** ******* ********** ****** **** *** ************* *** ******* ****** ** ******** ** ***** ***** *** ****** ** ******* ********** ****** **** *** ****** ** ********** ***** ***** ********** ****** * **** **** ** ***** ** ******** **** ******* *** ******** ********** ****** ** ******* ***** **********

************ ****** ******** ************* ** ****** ** ***** ******* ***** ****************** ********** ******** ******** ********** ********** *** ** ********* ** *** ******* ******* ********** ** ******** ** ******* ***** ***** ** ****** **** ******* ***** ** ***** ** **** ****** ******** ** ******** ** ****** **** ****** **** *** **** ****** ** **** ** **** ******* *** *************** **** ************** **** ***** *** ****** ****** **** ******* ***** *** *** ******** ***** ******** ** **** *** **** ****** ****** ***** **** ***** **** **** *** ******** ** **** ******* **** ******* ******* ******* ******** ******* ** ********* ** ******* **** ****** ***** ******** **** ** ************* *** **** ******* ** ******* *** ******** ** ****** ** ******* ********** **** ******* ********* *** **** ******** ********* ******* ***** ** ***** **** *** *************** ** ** ****** **** ** ******* ***** ** *** ************ ** **** ******* ********** ** ******** ** *** *** ** **** **** ****** **** ** ***** ***** ******* ** ** *** **** ***** ******** ****** ***** ***** ** ****** **** ***** ****** ******** *** ******** ********** ** ** **** ********** ** **** ** *** **** ******** ********** ********* ******** **** ** *********** *******************

****** *** ******** *********** *** *** ******** *********** ** ******* ** ***** ******** **** ********* *** ********** ************ ** *** ******* ********** *** ************ ** ********** **** ********* ********* ********* ** ********** ***** ** ************ ********* **** *** **** ** ****** ** ******* ***** *** ** ********* *** ** ** **** ** ******** ***** ******** ***** *** ***** ****** ** ************** ******** ** ******** ****** *** ***** ** **** ***** ** ****** **** * *** ** ** ****** **** **** ** ****** **** * ********* *** ******** *************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles