En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Avec la chaleur, le moindre point d’eau est pris d’assaut par les vacanciers restés au pays. Que ce soit le lac de Bambois, les Lacs de l’Eau d’Hheure ou encore les rivières, le besoin de fraîcheur attire la foule en cette période de canicule.

Une belle affaire pour les loueurs de kayaks. Sauf que les années de sécheresse successives compromettent chaque année davantage cette activité qui dépend essentiellement de la météo. 2022 ne devrait pas exception. En région liégeoise, plusieurs tronçons de l’Ourthe, et de l’Amblève sont déjà fermés.

En province de Namur, le plus grand des deux parcours de la Lesse, celui qui relie Houyet à Gendron, est fermé depuis ce lundi. Reste le plus petit des deux, de Gendron à Anseremme (12km) qui reste encore navigable, mais s’il ne pleut pas, ses heures sont aussi comptées. « On a encore de l’eau pour tenir 10 jours », estime le gérant de Dinant Évasion, Olivier Pitance, qui mise beaucoup sur les averses annoncées la semaine prochaine.

Pas de prime, pas d’alternatives

Sur la Semois, la situation est encore bien plus critique. Avec un débit qui se rapproche dangereusement du minimum autorisé (2,2 m³/ seconde) Jonathan Leplang, des Kayaks La Vanne à Alle-sur-Semois, s’attend à devoir arrêter la location ce jeudi, « vendredi au plus tard ».

Il se dit inquiet pour l’avenir de l’entreprise lancée par ses parents il y a 35 ans. « Depuis 5 ou 6 ans, on constate qu’on doit fermer de plus en plus tôt. Les cycles de sécheresse se rapprochent de plus en plus. Il y a 5 ans, nous avions arrêté autour du 10 août. L’année suivante, c’était le 3 août. Et chaque fois, c’est un peu plus tôt. Et quand on ferme, ce sont des jours où l’on perd beaucoup d’argent », se désole Jonathan Leplang. Contrairement à Dinant Évasion qui peut se retourner en proposant des croisières sur la Meuse ou de l’accrobranche, il n’a pas d’alternatives à proposer aux vacanciers.

Et pourtant, il le confirme : la demande est là pour ses 80 embarcations. « Cette semaine, nous sommes complets, la semaine prochaine aussi », assure-t-il en consultant le carnet des réservations. Des pertes sèches pour lesquelles il ne peut obtenir aucune aide de l’État, rappelle-t-il. « Nous sommes considérés comme un loisir. Ce n’est pas comme les agriculteurs qui en cas de sécheresse peuvent prétendre à une prime, nous pas. »

Le kayakiste est très pessimiste : « Exploiter des kayaks, cela devient de plus en plus difficile d’en vivre », conclut-il.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

**** ** ******** ** ******* ***** ******* *** **** ********** *** *** ********** ******* ** ***** *** ** **** ** *** ** ******** *** **** ** ******* ********** ** ****** *** ********** ** ****** ** ********** ****** ** ***** ** ***** ******** ** *********

*** ***** ******* **** *** ******* ** ******* **** *** *** ******* ** *********** *********** ************* ****** ****** ********* ***** ********* *** ******* *************** ** ** ******** **** ** ******* *** ********** ** ******* *********** ********* ********* ** *********** ** ** ************ **** ****** ********

** ******** ** ****** ** **** ***** *** **** ******** ** ** ****** ***** *** ***** ****** ** ******** *** ****** ****** ** ****** ***** ** **** ***** *** ***** ** ******* ** ********* ****** *** ***** ****** ********** **** ****** ** ***** **** *** ****** **** ***** ********** ********** * ****** ** ******* **** ***** ** ************** ****** ** ******* ** ****** ********* ******* ******** *** **** ******** *** *** ******* ********** ** ******* **********

*** ** ****** *** ****************

*** ** ******* ** ********* *** ****** **** **** ********* **** ** ****** *** ** ********* ************** ** ******* ********* **** **** ******** ******** ******** *** ****** ** ***** ** **************** ********** ** ****** ******** ** ******** ** ****** **************** ** **** *************

** ** *** ******* **** ********** ** ************** ******* *** *** ******* ** * * ** **** ************** * ** * **** ** ******** ******* **** ****** ** **** ** **** ***** *** ****** ** *********** ** *********** ** **** ** ***** ** * * * **** **** ****** ******** ****** ** ** ****** ********** ********* ********** ** * ****** ** ****** ***** ******* ** *** **** ***** ** ***** ** ****** ** **** *** ***** *** ****** **** ******** ******************* ** ******* ******** ******** ************* ** ****** ******** *** **** ** ********* ** ********* *** *********** *** ** ***** ** ** ***************** ** ***** *** **************** ** ******** *** ***********

** ********* ** ** *************** ** ******* *** *** **** *** ** ************* ************* ******** **** ****** ********* ** ******* ********* ************** *********** ** ********** ** ****** *** ************** *** ****** ******* **** ********** ** ** **** ******* ****** **** ** ********** ************** ************ ****** ************ ***** ** ******* ** ******* *** ***** *** ************ *** ** *** ** *********** ******* ********** ** *** ****** **** ************

** ********* *** ***** ***************** ***************** *** ******* **** ******* ** **** ** **** ********* ****** ************** ***********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles