En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsStar AcademyPermis de conduire Accueil

Athlétisme: pour Elise Vanderelst, une année n’est pas l’autre

Après être arrivée à Eugene très confiante, la spécialiste montoise du demi-fond n’a pas survécu aux séries du 1.500 m aux Mondiaux. Un coup dur au lendemain d’une si belle année 2021…

Un an après une saison où elle avait décroché le titre européen en salle et atteint les demi-finales aux Jeux de Tokyo, Elise Vanderelst est tombée de haut, ce vendredi, lors des séries du 1.500 m des Mondiaux d’Eugene. La Montoise, qui était pourtant arrivée pleine d’entrain aux Etats-Unis, a péniblement fini 11e de sa série en 4.10.45, à 8 secondes de son record de Belgique (4.02.63). Au bilan final de ce premier tour, elle a fini 35e sur 42 participantes.

« Je ne comprends pas ce qui s’est passé, je n’ai pas d’explications », a-t-elle déclaré après avoir pris le temps d’aller ravaler ses larmes. « Les derniers signaux étaient pourtant bons : j’avais disputé un bon 800 m à Heusden (2.03.96) avant de partir, j’avais bien récupéré du décalage horaire lors du stage à Irvine, je dors bien depuis que je suis ici, le kiné m’a dit que j’étais détendue musculairement. Du coup, mon entraîneur m’a dit que j’étais prête. »

Vanderelst, 24 ans, avait pris l’option de ne pas disputer de saison en salle, l’hiver dernier, histoire de boucler ses études supérieures de diététicienne. Elle était donc relativement « fraîche » quand la saison estivale a commencé.

« Depuis ma première course sérieuse, en Diamond League, à Birmingham, ma forme n’avait fait que monter ». Elle avait réussi son meilleur chrono à Rabat, là aussi, en Diamond League, le 5 juin, en 4.05.16.

« Parfois on a de très bons jours, parfois de très mauvais », a-t-elle ajouté. « Je n’ai pas pu suivre quand ça a accéléré. Je n’avais le jus pour aller « avec », je n’avais pas les jambes. Je l’ai senti tout de suite, un peu comme l’an dernier, au Mémorial Van Damme. Mais là, c’était ma dernière course de la saison… »

Ici, heureusement pour elle, il y en aura d’autres. Déjà qualifiée pour l’Euro de Munich, le mois prochain, elle aura une belle occasion de se rattraper en Bavière

« Après mon retour en Belgique, le 21, je partirai m’entraîner une semaine à Font-Romeu, puis dix jours en Lozère. »

Elle en aurait bien besoin pour rincer sa déception…

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale