En ce momentCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Il aura été 20 ans gouverneur de notre province. « J’avais fait le job et je suis retourné à ma charrue, seuls comptent le présent et les projets », déclare en toute simplicité Bernard Caprasse. L’homme a une sacrée carrure. Il a poussé les murs de sa fonction, loin de se contenter de la représentation. Il rassemblait syndicats et patronat, réglait beaucoup d’affaires dans son bureau, bien loin des projecteurs. Une poigne largement appréciée.

Quels sont les sujets qui vous semblent prioritaires en province de Luxembourg ?

Les soins de santé et la sécurité civile, les pompiers pour le dire familièrement, sont des sujets de préoccupation majeure. L’aide médicale urgente est, à cet égard, pour moi la priorité en province de Luxembourg. Il convient, notamment, de développer le secours héliporté. Le service de Bras montre son efficacité. Un sujet de réflexion majeur.

Des craintes avec les levées de boucliers dès qu’un projet est évoqué ?

Je redoute les freins de tous ordres au développement économique dans notre province. Idélux, je le dis, fait un travail remarquable avec un souci des enjeux écologiques auxquels les jeunes recrues sont particulièrement sensibles. Il faut rappeler que les zones d’activité représentent seulement 2 % du territoire. Il y aurait aussi à s’intéresser aux friches industrielles, à Stockem, par exemple…

Il convient de ne pas compter uniquement sur le dynamisme de notre voisin !

Je n’ai pas bien compris ce qui s’est passé à la ZAD à Arlon. Ce n’était pas connaître les missions de l’intercommunale !

Les fusions de communes, ne faudrait-il pas les accélérer ?

Ce qui se passe à Bastogne et Bertogne est vraiment intéressant. En 1976, la province est passée de plus de 200 communes à 44. Ce fut dans la douleur, mais aujourd’hui personne n’a envie de faire le chemin inverse. Concentrer les moyens, gagner en efficience administrative et financière, sont quelques avantages parmi d’autres. Alors, il y a l’obstacle compréhensible de l’attachement à son terroir et de la crainte de le voir délaissé. C’est à prendre en compte avec finesse et sensibilité et en rassurant. Il faut aussi des hommes et femmes politiques avec de l’envergure, qui ne redoutent pas les urnes.

En parlant de fusion, la non-fusion des écoles d’ingénieurs de Virton et d’Arlon, n’est-ce pas un échec ?

C’est un sujet important. Si on a pu sauver la FUL, c’est en l’intégrant à l’ULG. Les autres universités n’en voulaient pas. J’ai toujours plaidé pour le rapprochement des Hautes Écoles. Je ne suis pas favorable à une fusion des réseaux. En revanche, les rapprochements, les co-diplomations, sont inscrites dans le cours de l’Histoire. La formation des assistants sociaux se construit ainsi à Arlon, et c’est un succès.

Personne n’y a perdu son âme. Le tour des ingénieurs viendra sans doute…

Les moyens consacrés à la Culture dans notre province sont ridicules… Par habitant, le Luxembourg belge reçoit beaucoup moins que d’autres provinces…

La Culture doit faire l’objet d’une attention majeure dans la province. Les Luxembourgeois sont, et de loin, les plus mal lotis en termes de subventions venant des autorités supérieures.

La province suppléait du mieux possible, mais elle est aujourd’hui privée de moyens importants, forcée de financer les services d’incendie alors qu’elle n’a pratiquement rien à y dire ! Cela parce que le Fédéral n’a jamais respecté sa promesse de prendre en charge 50 % de la réforme.

Aujourd’hui, d’ailleurs, tout mon temps de travail est consacré à des projets culturels dans la province et à Bruxelles. Et puis j’écris…

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Il aura été 20 ans gouverneur de notre province. « J’avais fait le job et je suis retourné à ma charrue, seuls comptent le présent et les projets », déclare en toute simplicité Bernard Caprasse. L’homme a une sacrée carrure. Il a poussé les murs de sa fonction, loin de se contenter de la représentation. Il rassemblait syndicats et patronat, réglait beaucoup d’affaires dans son bureau, bien loin des projecteurs. Une poigne largement appréciée.

*** ***** ** ****** ** ** ********** ******* *** ******** **** ** **** *************** **** *** ****** ** ************** ******** ******** ********* ******* **** ** *** ******* **** *** ** ********* ** ******** ** *********** ** ********* ********** ** *********** ** ******* ************ ** ******* ** **** ****** *** ************ ** ***** ** ********** *******

*** ******** **** *** ******* ** ********* **** ******* ****** *** ***************

** ******* *** ****** ** **** ****** ** ************** *********** **** ***** ********* ******** ** ** **** **** ** ******* *********** **** ** ***** *** ****** ************ ******** *** ****** ******* **** ***************** ********** ** **** ******** *** *** ***** ************* ************* ********* ******** ** *********** ** * ****** ***** ** *************** *** ******* ************** ** ******** *** **********

** ******** ** ** *** ******* ********** *** ** ********* ** ***** *************

** ****** *** **** ******* ** *** ******* ****** ** ** *** ** ****** ** ********** *** ********** *** ******** ** *************************

*** ******* ** ********* ** *********** *** *** ******************

** *** ** ***** ** ******** ** ******** *** ******** ************* ** ***** ** ******** *** ******* ** **** ** *** ******** ** *** ** *** **** ** ******** **** ************* ******** ***** ***** ** ***** ** ****** ******** ********** *** ******* ****** ** ********** ************** ** ************ **** ******** ********* ***** *********** ****** ** * * ************ *************** ** *************** ** *** ******* ** ** ** ******* ** ** **** *********** ******* ** ******* ** ****** **** ******* ** ************ ** ** ********** ** **** ***** *** ****** ** ****** ********** **** ** ************** *** ** ********* *** *** ******

** ******* ** ******* ** ********** *** ******* *************** ** ****** ** ********** ********** *** ** *************

******* ** ***** ********** ** ** * ** ****** ** **** ******* ** ************** ** ******** *** ****** ************ ****** ********* **** ****** ******** ******* **** ** ************* *** ****** ******** ** ** **** *** ********* ** *** ****** *** ********* ** ********* *** *************** *** **************** **** ********* **** ** ***** ** ************* ** ********* *** ********** ******* ** ********* ***** ** ****** ** ******* ** ********

******** ***** * ***** *** ***** ** **** *** *********** ******* **** ********

*** ****** ********** ** ** ******* **** ***** ******** **** ************ *** ********* ** ********** ***** ******* ******** ***** *** ********** ************

** ******* **** ***** ********* ******* ********* ******* **** ** ********* *** ************** ***** ** ** ***** *** **** *** ***** ** ****** ** *********** ****** *** ********** *************

** ******** ********** ** ***** ********* **** **** *** ************* ******* ** ****** *********** ******* ** ******** *** ******** ************ ***** ********* ***** ************ **** ** * *********** **** ***** *** ** ********* ***** ****** ********* ** ******** ** ******* ** ****** ********* ** ** *********

************** ************* **** *** ***** ** ******* *** ********* ** *** ******* ********* **** ** ******** ** ** ********** ** **** *************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles