En ce momentDiables RougesCoupe du monde 2022CTR AwardsPermis de conduire Accueil

Le premier centre d’accueil pour réfugiés ukrainiens a été inauguré à Ixelles

Le 1er centre d’accueil pour réfugiés ukrainiens a été inauguré ce lundi par le ministre-président Rudi Vervoort (PS). La structure située dans un hôtel de la capitale est gérée par le Samusocial. Le centre peut accueillir une centaine de personnes.

Le Gouvernement bruxellois a inauguré la première structure d’hébergement collectif semi-autonome pour les réfugiés ukrainiens, ayant dû fuir leur pays suite à l’invasion russe. Ce premier centre a ouvert ses portes le 4 juillet, et pourra accueillir jusqu’à 150 personnes, essentiellement des familles. Le lieu, un hôtel du quartier européen, a été transformé en site d’hébergement durable, pour des personnes bénéficiaires de la protection temporaire.

La Région bruxelloise a débloqué un budget de 77 millions d’euros pour favoriser l’accueil sur son territoire. « La solidarité avec une population dans le besoin est nécessaire », précise Rudi Vervoort. « Avec l’ouverture de ce premier centre d’hébergement collectif, nous pouvons loger jusqu’à 150 personnes qui ne trouvent pas de place sur le marché du logement ordinaire. » Le ministre-président a tenu à remercier les équipes du Samusocial et de Citydev.brussels pour leurs efforts réalisés qui ont permis à ce centre de voir le jour.

3.000 places disponibles

La région bruxelloise accueille actuellement 17 % des 50.000 réfugiés ukrainiens ayant fait une demande de protection temporaire en Belgique. Le Gouvernement bruxellois a donc mandaté le Samusocial, la Plateforme citoyenne et Communa pour accompagner les structures d’hébergement collectif qui vont ouvrir dans la capitale. Cet hôtel n’est que le début du projet, car 19 autres lieux de ce genre vont voir le jour afin d’arriver à 3.000 places disponibles avant la fin de l’année. Cinq autres hôtels de Bruxelles vont accueillir des réfugiés dans les prochaines semaines.

Pierre Verbeeren, le coordinateur de la réponse Ukraine pour la Région bruxelloise, précise que ces centres ont pour objectif de travailler au maximum à l’autonomie des personnes. « Les familles vont vivre dans ces structures le temps de trouver un logement durable à Bruxelles. »

Des occupants autonomes

Moyennant un loyer mensuel de 225 euros par adulte et 75 euros par enfant, les familles sont hébergées dans des chambres privées avec des sanitaires individuels. Des espaces collectifs sont prévus et les repas seront préparés sur place. Pour ce premier centre, la nourriture est préparée par un professionnel, en raison de la complexité de la cuisine de l’hôtel.

Pour mettre en place une dynamique collective souhaitée par le Samusocial, la Plateforme citoyenne et Communa, une cellule d’activation comprenant quinze personnes a été mise en place. L’objectif est qu’à terme, un comité de gestion soit créé au sein du centre par les occupants. Les habitants de ces structures seront impliqués dans la gestion quotidienne.

Un représentant de Gonzalo Vargas Llosa, chargé des Affaires européennes pour le Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés, était présent. Il a déclaré que l’instance observait positivement les efforts effectués à Bruxelles pour l’intégration des réfugiés. Il en a profité pour féliciter Rudi Vervoort, qui se trouvait à ses côtés. « Le Gouvernement bruxellois est pionnier en Europe en la matière. C’est la première fois qu’on en voit un aller aussi loin dans sa politique d’accueil des réfugiés. »

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale