En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Ces derniers mois, l’actualité n’a pas manqué de rappeler un phénomène criminel qui occupe le monde judiciaire depuis un certain temps : la reconversion d’anciennes figures du banditisme dans le trafic de stupéfiants.

En janvier dernier, par exemple, le parquet de Liège communiquait sur un important trafic de cocaïne qui avait pris place à l’aéroport de Bierset. Des centaines de kilos de drogue y arrivaient par cargo, avec la complicité interne d’employés de l’entreprise Swissport. À la tête de ce trafic, des anciens de la « bande de Cheratte », des hommes qui, dans les années 90, avaient fait des attaques de fourgons leur violon d’ingres. La semaine dernière, le parquet de Liège évoquait encore le démantèlement d’un gros réseau de trafic de drogues qui opérait de la Belgique vers la France. Là encore, des anciens du milieu du banditisme étaient mouillés.

Le trafic de stupéfiants est évidemment un business qui rapporte. « Ce n’est effectivement pas nouveau, c’est une récurrence », analyse le Verviétois François Farcy, directeur judiciaire de la PJF de Liège et fin spécialiste de la criminalité organisée. « En criminologie, c’est ce qu’on appelle la ‘carrière criminelle’, avec des multirécidivistes qui changent d’activités car le monde, lui aussi, a changé. »

L’argent facile

Au fil du temps, les institutions bancaires, cibles favorites des braqueurs chevronnés, ont renforcé leur sécurité. L’apparition des valises intelligentes en est le parfait exemple. « Ils se sont alors dirigés vers les attaques sur les Bancontact, directement », poursuit le commissaire-divisionnaire. « Mais ils cherchent à faire un business qui rapporte et qui est à moindre risque. La drogue – et plus particulièrement la cocaïne – rapporte énormément d’argent. » Ces individus disposent évidemment d’une expérience criminelle non-négligeable… « Ce sont des criminels d’un certain niveau. Ils savent mettre en place une filière, ils ont l’expérience, le carnet d’adresses, ils connaissent les techniques de police. Ils ne savent faire que ça et n’ont connu que l’argent facile. »

Outre le trafic de stupéfiants, la fraude et l’escroquerie sont aussi privilégiées. « Nous avons notamment des dossiers de faux contrats de travail. Le constat que l’on mène ces dernières années, c’est que ces gens font de la polycriminalité. C’est de l’opportunité. S’il y a par exemple un camion de marchandises à détourner, c’est bon à prendre et ils y vont. Les nouvelles technologiques leur permettent aussi d’internationaliser, ils ne prennent pas beaucoup de risques… Et ça évolue en permanence. »

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

*** ******** ***** ************** ***** *** ******* ** ******** ** *********** ******** *** ****** ** ***** ********** ****** ** ******* ************ ** ************ ************* ******* ** ********** **** ** ****** ** *************

** ******* ******** *** ******** ** ******* ** ****** ************ *** ** ********* ****** ** ******** *** ***** **** ***** ** ************* ** ******** *** ********* ** ***** ** ****** * ********** *** ****** **** ** *********** ******* ************* ** ************** ********** ** ** ***** ** ** ******* *** ******* ** ** ************* ** ***************** *** ****** **** **** *** ******* *** ******* **** *** ******** ** ******** **** ****** *********** ** ******* ********** ** ******* ** ****** ********* ****** ** *************** ****** **** ******* ** ****** ** ******* *** ******** ** ** ******** **** ** ******* *** ******* *** ******* ** ****** ** ********** ******** **********

** ****** ** ************ *** *********** ** ******** *** ********* ********** ******* ************* *** ******** ******* *** ******************** ******* ** *********** ********* ****** ********* ********** ** ** *** ** ****** ** *** ************ ** ** ************ *********** ********** ************* ******* ** ******* ******* ** ************ ************** **** *** ****************** *** ******** ************** *** ** ****** *** ****** * ****************

********** ******

** *** ** ****** *** ************ ********** ****** ********* *** ********* ************ *** ********* **** *********** ************** *** ******* ************* ** *** ** ******* ******** *********** ** **** ***** ******** **** *** ******** *** *** *********** ******************** ******** ** ************************** ************ *** ********* ** ***** ** ******** *** ******** ** *** *** ** ******* ******* ** ****** *** ** **** ***************** ** ******** *** ******** ************ ******************* *** ********* ********* *********** ******* *********** ********** ******************* ********** **** *** ********* ****** ******* ******* *** ****** ****** ** ***** *** ********* *** *** **************** ** ****** ************* *** *********** *** ********** ** ******* *** ** ****** ***** *** *** ** ******* ***** *** ********** ***************

***** ** ****** ** ************* ** ****** ** *************** **** ***** *************** ************ ***** ********* *** ******** ** **** ******** ** ******** ** ******* *** ****** ***** *** ********** ******** ******* *** *** **** **** ** ** ***************** ******* ** ***************** ****** * * *** ******* ** ****** ** ************ ** *********** ******* *** ** ******* ** *** * ***** *** ********* ************** **** ********** ***** ********************** *** ** ******** *** ******** ** ********** ** *** ******* ** *******************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles