En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

La question, sempiternelle, revient comme la roue tourne quand Paris a consacré son vainqueur. Est-il parti pour un règne absolu, une ère de domination plutôt qu’un intermède dans la lumière ? Jonas Vingegaard n’y échappe forcément pas. Le Danois a remporté son premier Grand Tour à vingt-cinq ans, dans la foulée d’une deuxième place lors de sa première Grande Boucle, l’année dernière. Il a du coup tout pour répondre à l’affirmative à l’interrogation. La jeunesse, l’aisance dans le chrono, la capacité à manger les pourcentages, la puissance sans faille d’un collectif qui le couve…

Des éléments forcément indispensables pour gagner le Tour de France. Mais suffisants pour y imposer son nom au palmarès de multiples éditions ? Après tout, quand Egan Bernal a gagné le Tour de France, un seul mot semblait résonner dans la montée de Val Thorens où il a scellé son succès, à la veille des Champs-Élysées : combien. Le Colombien était parti pour détrôner Eddy Merckx ou Miguel Indurain, pour inlassablement imposer sa maestria sud-américaine sur la Grande Boucle comme l’été arrive après le printemps. C’était en 2019. Depuis, le Colombien compte toujours et un seul Tour de France au palmarès. La faute à des raisons multiples, un dos récalcitrant ou une chute sévère à l’entraînement. Reste qu’il ne compte qu’un maillot jaune.

Il y a quelques années, Jan Ullrich était aussi parti pour gagner dix Grandes Boucles. L’Allemand n’en a gagné qu’une, en 1997. Bref, consacrer un lauréat pour une génération, c’est peut-être pousser la grande plaque un peu trop vite. Après tout, à Copenhague et plus encore au sommet de la Planche des Belles Filles, qui osait ne fusse qu’esquisser l’idée que Tadej Pogacar n’allait pas gagner un troisième Tour consécutif ? Le Slovène a connu une journée de moins bien, un mauvais souffle qui lui a couté son règne sans partage. Forcément, à enchaîner les jours de domination, il y a toujours plus de chance qu’une fois, la machine débloque un peu.

Jonas Vingegaard a connu une édition parfaite, un état de grâce. Arrivera-t-il à le réitérer ? Son duel avec le Slovène susmentionné, peut-être plus fou dans sa course et plus complet dans son panel, s’annonce en tout cas déjà pour 2023. À moins qu’une chute vienne casser les plans, qu’un nouveau taulier débarque et chamboule tout. Après tout, quand Egan Bernal a gagné, personne ne parlait de Tadej Pogacar et Jonas Vingegaard. Et c’était il y a trois ans seulement.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** ********* ************** ******* ***** ** **** ****** ***** ***** * ********* *** ********** ****** ***** **** ** ****** ******* *** **** ** ********** ******* ******* ********** **** ** *************** ***** ********** ***** ******** ********** **** ** ****** * ********* *** ******* ***** **** ** ********** **** **** ** ******* ******* ********* ***** **** ** ** ********* ****** ******* ********** ********** ** * ** **** **** **** ********* ** *************** ** ****************** ** ********* *********** **** ** ******* ** ********* ** ****** *** ************* ** ********* **** ****** ****** ********* *** ** ********

*** ********** ********** ************** **** ****** ** **** ** ******* **** ********** **** * ******* *** *** ** ********* ** ********* **************** ****** ***** ***** **** ****** * ****** ** **** ** ******* ** **** *** ******** ********* **** ** ******* ** *** ******* *** ** * ******* *** ******** ** ** ****** *** *********************** ******** ** ********* ****** ***** **** ********** **** ****** ** ****** ********* **** ************** ******* ** ******** *************** *** ** ****** ****** ***** ********* ****** ****** ** ********** ********** ** ***** ******* ** ********* ****** ******** ** ** **** **** ** ****** ** ********** ** ***** ** *** ******* ********** ** *** ************* ** *** ***** ******** ** ****************** ***** ******* ** ****** ******* ******* ******

** * * ******** ******** *** ******* ****** ***** ***** **** ****** *** ******* ******** ************ ****** * ****** ********* ** ***** ***** ********* ** ******** **** *** ************* ******* ********** ******* ** ****** ****** ** *** **** ***** ****** ***** ** ********** ** **** ****** ** ****** ** ** ******* *** ****** ******* *** ***** ** ***** ************** ********* *** ***** ******* ********** *** ****** ** ********** **** ****************** ** ******** * ***** *** ******** ** ***** ***** ** ******* ******* *** *** * ****** *** ****** **** ******** *********** ** ********** *** ***** ** *********** ** * * ******** **** ** ****** ******** ***** ** ******* ********* ** ****

***** ********** * ***** *** ******** ********* ** ***** ** ******* ************* ** ** ***************** *** **** **** ** ******** ************** ********** **** *** **** ** ****** ** **** ******* **** *** ****** *********** ** **** *** ****** **** ***** ** ***** ******** ***** ****** ****** *** ****** ******* ******* ******* ********* ** ********* ***** ****** ***** ***** **** ****** * ******* ******** ** ******* ** ***** ******* ** ***** *********** ** ********** ** * * ***** *** **********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles