En ce momentCorruption au Parlement européenMercato Accueil

Le gouvernement bruxellois veut protéger une partie du site de D’Ieteren, à Ixelles

Le gouvernement bruxellois a décidé d’entamer la procédure de protection de plusieurs parties de l’immeuble du groupe D’Ieteren situé rue du Mail à Ixelles et de les inscrire au terme de celle-ci sur la liste de sauvegarde.

Le site d’Ixelles appartient à la famille D’Ieteren depuis 1906. Il a été progressivement développé pour devenir un des sites les plus importants pour les activités automobiles. Le complexe se compose de plusieurs bâtiments, datant de différentes périodes. La partie la plus remarquable se trouve rue du Mail n°50. Elle a été construite entre 1962 et 1967 suivant les plans de René Stapels, assisté des architectes Robert Badinet, B. Lefèvre-Feragen, Jean-Louis Lemaître et Jamar.

Le bâtiment est représentatif de l’architecture destinée aux entreprises d’après la Deuxième Guerre mondiale, affichant sa modernité et privilégiant la fonctionnalité. Il est relativement unique puisque cette typologie est peu répandue et est liée ici à une architecture remarquable. Son architecture est largement préservée (façade et structure), tout comme les matériaux d’origine.

Le groupe D’Ieteren souhaite préserver l’esprit du bâtiment tout en tenant compte des besoins de la ville. La société britannique AL_A a remporté le concours de conception. Ils veulent rendre le site et l’îlot urbain plus ouverts. Des bureaux, des magasins et d’autres équipements installations seront ajoutés, tandis que la galerie D’Ieteren sera conservée. Les activités du garage vont déménager.

Le gouvernement bruxellois a entamé un processus de protection d’édifices modernistes. Il a lancé une procédure d’inventaire des plus remarquables d’entre eux.

«Pour gagner du temps et pour tracer une ligne claire -ndlr: en ce qui concerne le site du groupe D’Ieteren-, j’ai demandé de préparer l’inscription sur la liste de sauvegarde. Le lancement de cette procédure protège déjà le bâtiment et son mobilier et permet d’avancer... Pour moi, il y a lieu d’être ambitieux et créatif pour ce bâtiment, tout en respectant son histoire», a commenté mardi le secrétaire d’Etat bruxellois en charge du Patrimoine, Pascal Smet, dans un communiqué.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo