En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Accueillant depuis plusieurs années près de 70.000 festivaliers, le Ronquières Festival veille un maximum à respecter l’environnement en compensant au mieux son empreinte carbone.

Des milliers d’arbres plantés

Pour ce faire, voilà plusieurs années que son organisateur finance la plantation de milliers d’arbres. « Depuis le début, nous cherchons à compenser notre empreinte en la faisant calculer par une ONG. Et chaque année, elle évalue notre empreinte et nous invite, pour compenser, à payer le plantage d’arbres que l’on replante en fonction de notre consommation », explique Jean-François Guillin. « Ce qui fait que l’on a déjà une forêt à Madagascar parce que cela pousse 3 fois plus vite là-bas. Nous avons donc désormais une forêt de 80.000 arbres qui porte notre nom ».

Le festival brainois mène également d’autres actions telles que la récupération et le recyclage des bouchons en plastique, l’utilisation d’objets réutilisables, la sensibilisation au développement durable et au tri des déchets, la préparation de repas à destination des équipes et des artistes incluant des produits locaux, la mise en place d’un stand proposant du café équitable ou encore l’utilisation d’éclairage LED.

Si l’ensemble de ces mesures – et bien d’autres – sont prises, c’est parce que le Ronquières Festival s’inscrit dans le projet wallon « Emball’agir » qui propose un soutien financier si les actions mises en places permettent de consommer un minimum de plastique.

C’est notamment à ce titre que les gobelets réutilisables sont privilégiés. « L’utilisation de gobelets réutilisables est une obligation. Nous ne fonctionnons pas avec un système où l’on essaye de vendre les gobelets pour que cela soit rentable », développe l’organisateur du festival. « Nous utilisons, par exemple, les gobelets d’autres festivals pour réduire la consommation. À côté de cela, nous faisons aussi le tri de nos déchets : ils partent en centrale de tri. Il y a donc un premier tri avec les poubelles sur le site du festival et nous faisons un deuxième tri derrière ».

Afin de parfaire les mesures prises, les propriétaires des food-trucks sont, par ailleurs, sensibilisés à une consommation minimale de plastique et à l’utilisation de produits jetables.

Le recours au papier est également abandonné, aucun flyer n’est donc distribué sur et en dehors du site du festival. L’ensemble des informations liées au festival peuvent être consultées via l’application ou sur des bâches recyclées installées aux alentours. L’ensemble de ces actions vise à rendre le festival plus propre et plus durable.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

*********** ****** ********* ******* ***** ** ****** ************* ** *********** ******** ****** ** ******* ** ********* ***************** ** ********** ** ***** *** ********* ********

*** ******** ********** ********

**** ** ****** ****** ********* ******* *** *** ************ ******* ** ********** ** ******** *********** ************** ** ******* **** ********* ** ********* ***** ********* ** ** ******* ******** *** *** **** ** ****** ******* **** ******* ***** ********* ** **** ******* **** ********** ** ***** ** ******** ********** *** ****** ******** ** ******** ** ***** ********************* ******** ************** ******** ********** *** **** *** ****** * ****** *** ****** ** ********** ***** *** **** ****** * **** **** **** ******** **** ***** **** ********** *** ****** ** ****** ****** *** ***** ***** ************

** ******** ******** ***** ********** ********** ******* ****** *** ** ************** ** ** ********* *** ******** ** ********** *************** ********** *************** ** *************** ** ************** ******* ** ** *** *** ********* ** ************ ** ***** ** *********** *** ******** ** *** ******** ******** *** ******** ******* ** **** ** ***** ****** ***** ********* ** ***** ********** ** ****** *************** ************** ****

** ************ ** *** ******* *** ** **** ********** *** **** ******* ******* ***** *** ** *********** ******** *********** **** ** ****** ****** ***************************** *** ******* ** ******* ********* ** *** ******* ***** ** ****** ********** ** ********* ** ******* ** **********

******* ********* ** ** ***** *** *** ******** ************** **** ************** *********************** ** ******** ************** *** *** *********** **** ** ************ *** **** ** ******** *** ****** ****** ** ****** *** ******** **** *** **** **** ***************** ********** **************** ** ********* ************ ********** *** ******** *** ******** ********** ********* **** ******** ** ************* ** ****** ** ***** **** ******* ***** ** *** ** *** *************** *** ******* ** ******** ** **** ** * * **** ** ******* *** **** *** ********* *** ** **** ** ******** ** **** ******* ** ********* *** ******************

**** ** ******** *** ******* ******* *** ************** *** *********** ***** *** ********* ************* ** *** ************ ******** ** ********* ** ** *************** ** ******** *********

** ******* ** ****** *** ********** *********** ***** ***** ******* **** ********** *** ** ** ****** ** **** ** ********* ************ *** ************ ****** ** ******** ******* ***** *********** *** *************** ** *** *** ******* ********** *********** *** ********** ************ ** *** ******* **** ** ****** ** ******** **** ****** ** **** ********

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles