En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Ce dernier week-end, c’était le premier tour de la Coupe de Belgique. L’occasion pour Durbuy de jouer son premier match officiel contre Bastogne. Match qui s’est soldé par une victoire des Sangliers de Durbuy sur le score de 0-2. L’occasion aussi pour les sympathisants de Durbuy, venus nombreux à Bastogne de découvrir leur équipe favorite, par ailleurs très séduisante. L’occasion pour nous de faire le point avec Ousmane Saw, le manager du club. Manager heureux de pouvoir enfin présenter son équipe. « Oui je suis satisfait du noyau que l’on a constitué » sourit-il. « On aurait aimé pouvoir engager plus de joueurs belges lors de la campagne que l’on a menée en Belgique. Malheureusement, on n’a pratiquement pas eu de réponses positives, sinon dans l’ensemble, on est satisfait. »

Le moins qu’on puisse écrire, c’est qu’il aura fallu bien de l’abnégation et de la persévérance pour constituer un noyau digne de ce nom, et surtout ne pas céder au découragement. « C’était pire que le labyrinthe de Barvaux » plaisantait Ousmane Saw. « Parce que Barvaux c’est un peu chez nous, on pensait pouvoir rester là. Malheureusement, on a été « expulsés ». Au début, on nous a dit que c’était pour que les jeunes puissent jouer à Barvaux parce qu‘il manquait de terrains dans la commune. Maintenant, quand je vois l’état du terrain, je ne vois pas grand monde utiliser les installations. Ne nous voilons pas la face, on a carrément été expulsés. »

Deux « survivants »

Au bout du compte, l’équipe a trouvé un terrain d’entente avec Marche-en-Famenne et un terrain tout court, le terrain synthétique. « Je remercie vivement la commune de Marche qui nous a acceptés sans problème. On a été super bien accueillis et on s’entraîne dans des conditions exceptionnelles. Tout l’environnement du complexe nous sourit, nous salue. On se sent vraiment comme à la maison. »

Beaucoup à la place des responsables de Durbuy auraient baissé les bras et se seraient dit que c’était foutu. Pas Ousmane Saw. « La chance qu’on a, c’est qu’on a su relativiser. Ce qu’on a vécu, ce n’est pas une maladie. Il y a des personnes qui luttent contre des maladies très graves et qui s’en sortent. Or nous, on a dû lutter mais on a la chance d’être en bonne santé. On se devait donc d’aller jusqu’au bout. »

C’est donc un Durbuy « new-look » qui s’est présenté à Bastogne vendredi soir puisqu’il ne reste que deux joueurs de la saison dernière. « Il s’agit d’Amury Héritier et de Loan Wérard mais qui, lui, purgeait son dernier match de suspension », poursuit le « big boss » qui pourrait recruter l’ex-Virtonais Harlem « Bison » Gnohéré.

Les ambitions pour cette année, sous la houlette du nouveau coach Issa Rajabou, sont multiples « D’abord, recomposer une équipe parce qu’on a les joueurs mais on doit encore en faire un groupe, proposer un beau football et faire en sorte que les anciens de Barvaux, et les anciens supporters de Durbuy reviennent nous voir. Et si c’est possible, déjà jouer les premiers rôles en D3B cette saison. Mais il reste du boulot car j’estime qu’on est actuellement à 70 % de nos moyens. On a fait une grosse préparation et j’espère que pour début septembre, on sera à 100 %. »

Jean-Marie Gérard

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

** ******* ********* ********** ** ******* **** ** ** ***** ** ********* ************ **** ****** ** ***** *** ******* ***** ******** ****** ********* ***** *** ******* ****** *** *** ******** *** ********* ** ****** *** ** ***** ** **** ************ ***** **** *** ************* ** ******* ***** ******** ** ******** ** ********** **** ******* ********* *** ******** ***** ************ ************ **** **** ** ***** ** ***** **** ******* **** ** ******* ** ***** ******* ******* ** ******* ***** ********** *** ******** *********** ** **** ********* ** ***** *** ****** * ****************** ********** ********** ****** ***** ******* ******* **** ** ******* ****** **** ** ** ******** *** ****** * ****** ** ********* **************** ** ***** ************ *** ** ** ********* ********** ***** **** ************* ** *** ******************

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles