En ce momentNouveau SudinfoCharleroi - StandardCrise énergétique Accueil

Philippe Albert, la Premier League célébrait, il y a quelques semaines, ses trente années d’existence. Un fameux cap pour la plus grande compétition du monde, celle où vous avez connu vos plus belles saisons. Que cela vous évoque-t-il en premier lieu ?

Je ne peux que garder un sentiment positif de cette expérience. J’ai eu la chance d’évoluer à Newcastle cinq ans, mais aussi trois mois à Fulham. La Premier League a changé ma vie. Il y avait un engouement extraordinaire à chaque match, les stades étaient toujours remplis. J’ai connu des ambiances incroyables dans des enceintes de 36.000 places qui faisaient autant de bruit que 100.000 fans. J’ai vraiment vécu une période euphorique, même si, avec Newcastle, nous avons terminé vice-champions à deux reprises derrière Manchester United. Malheureusement, pour nous, toutes les planètes n’étaient pas alignées, mais cela fait partie du football. Au niveau footballistique et humain, j’en garde effectivement de fabuleux souvenirs. Avec cette compétition, on était fait pour se rencontrer. C’était le rêve ultime.

Vous avez passé quatre saisons et demie à Newcastle, où vous vous êtes fait un nom, où vous avez acquis un statut de légende au sein du club. Avec le recul, qu’est-ce qui vous a directement charmé, en Angleterre ?

Tout, honnêtement. Il n’y avait aucun point négatif. Nous étions en symbiose avec tout le monde. J’ai eu l’occasion de jouer des matches, au terme desquels nous étions applaudis par le public local. Une image assez rare que pour être soulignée. Puis, j’ai eu l’occasion de travailler deux ans et demi avec Kevin Keegan. C’était un Dieu vivant, il était adoré de tous. C’était une expérience unique, pour moi, d’évoluer sous ses ordres. Je n’ai vraiment aucun regret de cette période en Angleterre. Si je devais refaire un choix maintenant, je prendrais la même décision que celle prise en 1994.

PHOTONEWS_10000495-007

Les stades anglais, c’est aussi une ambiance très particulière…

Quand on est footballeur et que l’on joue dans des énormes stades, on est dans notre bulle, concentré sur ce qu’on doit faire. On ressent forcément l’atmosphère, mais on ne fait pas attention à ce qu’il se passe en tribune si la rencontre se déroule normalement. Pour moi, c’était la même chose de jouer devant 300 personnes à Bouillon que de jouer à Old Trafford devant 60.000 personnes.

Vous avez souvent dit que vous auriez pu/dû remporter le titre en 1996 avant une incroyable remontée de Manchester United. Est-ce l’un de vos plus gros regrets ?

Oui complètement. Car, cette année-là, nous étions vraiment tout près d’y arriver. C’était un peu comme l’Union Saint-Gilloise cette année. Nous avons manqué l’un ou l’autre match et Manchester United a profité de son expérience pour faire la différence en fin de championnat. Il y avait une pression énorme et une fameuse rivalité entre les deux clubs à l’époque. À l’image de la lutte entre Manchester City et Liverpool cette année. Finalement, nous sommes tombés contre une équipe plus forte, peut-être l’une des meilleures de l’histoire de la Premier League. Oui, il y a des regrets mais la vie est trop belle que pour ne penser qu’à ça… Encore maintenant, nous sommes très fiers de ce que nous avons accompli tous ensemble. Nous proposions un football technique, porté vers l’avant, sans calcul. Il y a quelques années, à l’occasion d’un match avec les anciens devant 12.000 personnes, cette fierté était toujours présente.

La saison d’après, vous avez pris en quelque sorte une petite revanche avec ce fameux 5-0 qui est resté et restera gravé dans les mémoires. Et, forcément, votre lob sur Peter Schmeichel…

Battre Manchester United 5-0, ou plutôt écraser cette équipe car nous aurions pu en mettre 8 ou 9 ce jour-là, ce n’est effectivement pas toutes les semaines que ça arrive. On savait que l’on marquait l’histoire du club et, d’une certaine manière, celle du championnat aussi. J’ai marqué douze buts avec les Magpies, dont un ou deux qui étaient techniquement plus beaux. Forcément, le grand public retiendra ce lob réussi face à l’un des meilleurs gardiens de la planète. Ce but est entré dans la mémoire collective. Même quasiment 30 ans plus tard, on m’en parle encore, on m’envoie la vidéo, on me pose des questions… Et je sais que, dans 20 ou 30 ans, ça sera toujours le cas. C’était un moment exceptionnel.

Vous avez joué avec et affronté des stars mondiales. Quelle est celle qui vous a laissé la plus forte impression ?

Eric Cantona. C’était un monstre dans le bon sens du terme, un joueur complet qui était extrêmement difficile à contrer car il était très fort physiquement. Nous avons souvent livré des duels très musclés mais, à la fin du match, ça se terminait par une franche poignée de mains. Je n’oublierai jamais ce joueur. Il y a aussi Alan Shearer, un très grand joueur que j’ai affronté plusieurs fois contre Blackburn avant de rejoindre Newcastle. Je peux citer encore Gianfranco Zola, un joueur incroyable et d’une intelligence remarquable, et Gianluca Vialli de Chelsea.

Au fil des années, la Premier League n’a cessé d’ouvrir ses frontières, accueillant des joueurs des quatre coins du monde et devenant la compétition la plus suivie du monde.

La Premier League est le plus beau championnat du monde. C’est la seule compétition où le dernier peut poser des problèmes aux grandes équipes et où le résultat n’est jamais connu à l’avance. L’Italie avait dominé les années 80 mais, à partir des années 90, la Premier League est passée au-dessus.

D’autant que l’argent y est devenu roi…

J’ai un regard tout à fait objectif par rapport à ça. Je suis conscient que l’aspect financier y a pris de plus en plus d’importance. À l’époque, nous étions déjà très bien payés mais, maintenant, les joueurs gagnent 10 ou 15 fois plus encore. Ce qui est assez logique finalement. Quand on propose à quelqu’un 2.000 euros ou une autre offre à 50.000 euros, il est difficile de dire non à la proposition la plus intéressante sur le plan économique. Et, je l’ai souvent répété, il ne faut pas critiquer les joueurs qui ont fait et font encore de fameux sacrifices durant leur carrière professionnelle.

Je me souviens du transfert de Shearer à l’époque pour 15 millions de livres, ça criait au scandale que l’on paie de tels montants alors que, maintenant, on a décuplé ces sommes. Mais, en ce qui me concerne, il n’y a eu aucune forme de jalousie par rapport aux autres. J’ai très bien gagné ma vie à Malines, à Anderlecht et à Newcastle. Et, en toute honnêteté, même s’il y a plus d’argent en jeu, je n’aurais pas voulu être footballeur professionnel à l’heure actuelle. À mon époque, on pouvait encore aller au restaurant ou en boîte de nuit dans une relative tranquillité. De nos jours, ce n’est plus possible, on ne peut plus rien faire. Si ça se produit, une photo est directement prise par quelqu’un et envoyée sur les réseaux sociaux. Et puis, les moments de repos dans une saison sont beaucoup plus courts maintenant qu’à mon époque avec l’accumulation des matches.

Pour la Belgique, vous étiez l’un des pionniers à rejoindre la Premier League. Maintenant, on compte 58 joueurs belges qui ont eu l’opportunité d’évoluer dans ce championnat. D’une certaine façon, vous avez joué le rôle de précurseur.

Même si François Van der Elst notamment avait eu l’occasion de jouer en Angleterre avant moi (NDLR : en First Division), je suis très content, très fier aussi, d’avoir été le premier Belge à évoluer en Premier League. Et, surtout, ça me plaît de voir que de nombreux autres joueurs issus de la génération actuelle des Diables sont ensuite venus ajouter leur pierre à l’édifice. Après, au vu du talent de ces joueurs, il était logique qu’ils terminent aussi en Premier League. Ce n’est jamais facile de s’adapter à un nouveau pays, à une nouvelle culture, mais ils y sont parvenus. Grâce à leur talent, leur tempérament, leur envie de progresser, leur travail. Certains ont d’ailleurs très bien réussi, en devenant des cadres d’équipes majeures, voire des légendes, et en remportant un tas de trophées.

Durant ces 30 années, quel est le Belge qui a le plus marqué l’histoire de la Premier League ?

Certainement pas moi. (Il réfléchit) C’est impossible de dégager un joueur, donc j’en citerai trois. Vincent Kompany, tout d’abord, qui était un défenseur avec une classe à l’état pur. Malgré ses multiples blessures, il a soulevé plusieurs trophées avec Manchester City et il aurait encore pu faire une plus grande carrière sans ces pépins… Il y a Eden Hazard, ensuite, qui a joué sept années exceptionnelles à Chelsea. Confronté au football le plus rude d’Europe, il a accompli ce que personne d’autre n’aurait pu faire. Et, dans un style différent mais tout aussi performant, je pointerais Kevin De Bruyne. C’est un Dieu vivant à City, il n’a encore que 31 ans mais il affiche déjà une carte de visite hallucinante au niveau du palmarès. Et il peut encore, à l’avenir, empocher une dizaine de trophées. Il est tellement bien dans ce club, avec l’un des meilleurs coaches du monde pour le guider mais aussi en étant entouré des meilleurs joueurs de la planète. Il est devenu le quatrième joueur de l’histoire de la Premier League à remporter une deuxième fois le titre de Joueur de l’année (NDLR : après Thierry Henry, Cristiano Ronaldo et Nemanja Vidic). Et je ne vois pas de raison à ce qu’il ne le remporte pas une troisième fois dans le futur. Kevin est déjà un géant du championnat anglais. Plus globalement, le public belge doit profiter de ces garçons. Je le répète souvent, mais nous avons une chance incroyable de voir la plus belle génération du football belge. Profitons-en car l’avenir sera plus sombre.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

******** ******* ** ******* ****** ************ ** * * ******** ********* *** ****** ******* ************** ** ****** *** **** ** **** ****** ************ ** ****** ***** *** **** **** ***** *** **** ****** ******** *** **** **** ************ ** ******* ***********

** ** **** *** ****** ** ********* ******* ** ***** ************ ****** ** ** ****** ************ ** ********* **** **** **** ***** ***** **** ** ******* ** ******* ****** * ******* ** **** ** * ***** ** ********** ************** ** ****** ****** *** ****** ******** ******** ******** ****** ***** *** ********* *********** **** *** ********* ** ****** ****** *** ********* ****** ** ***** *** ******* ***** ****** ******** ***** *** ******** *********** ***** *** **** ********** **** ***** ******** ************** ** **** ******** ********* ********** ******* **************** **** ***** ****** *** ********* ************ *** ********** **** **** **** ****** ** ********* ** ****** *************** ** ******* ****** ***** ************* ** ******** ********** **** ***** ************* ** ****** **** **** ** *********** ********** ** ***** *******

**** **** ****** ****** ******* ** ***** ** ********** *** **** **** ***** **** ** **** *** **** **** ****** ** ****** ** ******** ** **** ** ***** **** ** ****** *********** *** **** * *********** ******** ** *****************

***** ************* ** ***** ***** ***** ***** ********* **** ******* ** ******** **** **** ** ****** ****** ** ************ ** ***** *** ******** ** ***** ******** **** ******* ********* *** ** ****** ****** *** ***** ***** **** *** **** ***** *********** ***** ****** ** ************ ** ********** **** *** ** **** **** ***** ******* ********** ** **** ******* ** ****** ****** ** ***** ********** *** *********** ******* **** **** ************ **** *** ******* ** ****** ******** ***** ****** ** ***** ******** ** *********** ** ** ****** ******* ** ***** *********** ** ********* ** ***** ********* *** ***** ***** ** *****

*** ****** ******** ******* ***** *** ******** ***** ****************

***** ** *** *********** ** *** ****** **** **** *** ******** ******* ** *** **** ***** ****** ********** *** ** ******* **** ****** ** ******* ********** **************** **** ** ** **** *** ********* ** ** ******* ** ***** ** ******* ** ** ********* ** ******** ************ **** **** ********** ** ***** ***** ** ***** ****** *** ********* ** ******** *** ** ***** ** *** ******** ****** ****** **********

**** **** ******* *** *** **** ****** ****** ********* ** ***** ** **** ***** *** ********** ********* ** ********** ******* ****** ****** ** *** **** **** **************

*** ************** **** ***** *********** **** ******* ******** **** ***** ***** ******** ********** ** *** ***** ********* ************** ***** ******* **** ***** ******* ****** ** ********* ***** ** ********** ****** * ******** ** *** *********** **** ***** ** *********** ** *** ** ************ ** * ***** *** ******** ******* ** *** ******* ********* ***** *** **** ***** ** ************ ** ********* ** ** ***** ***** ********** **** ** ********* ***** ******* *********** **** ****** ******* ****** *** ******* **** ****** ********** ******* *** ********** ** ************ ** ** ******* ******* **** ** * * *** ******* **** ** *** *** **** ***** *** **** ** ****** ******* ****** ****** *********** **** ****** ***** ***** ** ** *** **** ***** ******** **** ********* **** ********** ** ******** ********** ****** **** ********** **** ******* ** * * ******** ******** ** ************ ****** ***** **** *** ******* ****** ****** ********** ***** ******* ****** ******** **********

** ****** *********** **** **** **** ** ******* ***** *** ****** ******** **** ** ****** *** *** *** ****** ** ******* ****** **** *** ********** *** *********** ***** *** *** ***** *************

****** ********** ****** **** ** ******* ******** ***** ******* *** **** ******* ** ** ****** * ** * ** ********* ** ******* ************* *** ****** *** ******** *** *** ******* ** ****** *** ****** ******** ************ ** **** *** ******* ******** ********* ***** ** *********** ****** ****** ******* ***** **** **** *** ******** **** ** ** **** *** ******** ************* **** ****** *********** ** ***** ****** ********* ** *** ******* **** ** ****** *** ********* ******** ** ** ********* ** *** *** ****** **** ** ******** *********** ***** ********* ** *** **** ***** ** ****** ***** ******* ** ********** ** ******* ** ** **** *** ************ ** ** **** **** **** ** ** ** **** *** **** ******** ** **** ********** ** ****** *************

**** **** ***** **** ** ********* *** ***** ********** ****** *** ***** *** **** * ******* ** **** ***** *****************

**** ******** ********** ** ******* **** ** *** **** ** ****** ** ****** ******* *** ****** ************ ********* ** ******* *** ** ****** ***** **** ************* **** ***** ******* ****** *** ***** ***** ******** ***** ** ** *** ** ****** *** ** ********* *** *** ******* ******** ** ****** ** ************* ****** ** ******* ** * * ***** **** ******** ** ***** ***** ****** *** ****** ********* ********* **** ****** ********* ***** ** ********* ********** ** **** ***** ****** ********** ***** ** ****** ********** ** ******* ************ ************ ** ******** ****** ** ********

** *** *** ******** ** ******* ****** ***** ****** ********** *** ************ *********** *** ******* *** ****** ***** ** ***** ** ******** ** ************ ** **** ****** ** ******

** ******* ****** *** ** **** **** *********** ** ****** ******* ** ***** ************ *** ** ******* **** ***** *** ********** *** ******* ******** ** *** ** ********* ******* ****** ***** ** *********** ********** ***** ******* *** ******* ** ***** ** ****** *** ******* *** ** ******* ****** *** ******* **********

********** *** ********** * *** ****** ******

****** ** ****** **** ** **** ******** *** ******* ** **** ** **** ********* *** ********** ********* * * **** ** **** ** **** *************** ** ************ **** ******* ****** ***** **** ****** ***** *********** *** ******* ******* ** ** ** **** **** ******* ** *** *** ***** ******* *********** ***** ** ******* ** *********** ***** ***** ** *** ***** ***** ** ****** ****** ** *** ********* ** **** *** ** ** *********** ** **** ************* *** ** **** ************ *** ** ****** ******* ********** ** ** **** *** ********* *** ******* *** *** **** ** **** ****** ** ****** ********** ****** **** ********* ****************

** ** ******** ** ********* ** ******* ** *********** **** ** ******** ** ******* *** ****** ** ******** *** ****** **** ** **** ******** ***** **** *********** ** * ********* *** ******* ***** ** ** *** ** ********* ** ***** * ** ****** ***** ** ******** *** ******* *** ******* ****** ***** **** ****** ** *** ** ******** ** ********** ** ** ********** *** ** ***** ************ ***** ****** * * **** ********** ** **** ** ********** *** ***** ***** *********** ************* ** ********* ********* ** *** ******** ** ******* ****** ***** ** ********** ** ** ****** ** **** **** *** ******** ************** ** *** ****** ** ******* **** ********* ** ** **** **** **** ****** ** *** ** ******** *** ***** *** *********** ***** *** *********** ** ******** *** *** ******** ******** ** ***** *** ******* ** ***** **** *** ****** **** ******** **** ****** ********** ******* *** ******* **** **************** *** ********

**** ** ********* **** ****** ****** *** ********* ** ********* ** ******* ******* *********** ** ****** ** ******* ****** *** *** ** **************** ************ **** ** ************ ******* ******** ******* **** **** ***** ** ***** ** ************

***** ** ********* *** *** **** ********* ***** ** ************ ** ***** ** ********** ***** *** ************ ** ***** ********** ** **** ***** ******** ***** **** ****** ********* ***** ** ******* ***** ** ******** ** ******* ******* *** ******** *** ** ****** ** **** *** ** ******** ****** ******* ***** ** ** ************ ******** *** ******* **** ******* ***** ******* **** ****** ** ************* ******* ** ** ** ****** ** *** ******** ** ****** ******* ******** ********* ***** ** ******* ******* ** ******* ****** ****** ** *********** ** ** ******* ***** ** *** ******** ******** **** *** * **** ********* ****** ** **** ******* **** ************* **** ***** ** *********** **** ******** ******** *** ************ ***** **** ******** ** ******** *** ****** ************ ********* ***** *** ********** ** ** ********** ** *** ** **********

****** *** ** ******** **** *** ** ***** *** * ** **** ******* ************ ** ** ******* *************

************ *** **** *** ************ ******* ********** ** ******** ** ******* **** ****** ******* ****** ******* ******** **** ********** *** ****** ** ********** **** *** ****** ** ********* **** ******* *** ********* ********** ** * ******** ********* ********* **** ********** **** ** ** ****** ****** ** ***** *** **** ****** ********* **** *** ********** ** * * **** ******* ******** *** * ***** **** ******* *************** ** ******** ********** ** ******** ** **** **** *********** ** * ******** ** *** ******** ********* ********** ** ****** *** **** ** ***** ********** **** **** ***** *********** ** ********** ***** ** ******* ******* ** **** ****** ** ***** ** ***** ****** *** ** *** **** ** ******* ****** *** ***** ** ****** ************ ** ****** ** ********** ** ** **** ******* ** *********** ******** *** ******* ** ********** ** *** ********* **** **** ** ***** **** ****** *** ********* ******* ** ***** **** ** ****** **** ***** ** ****** ******** *** ********* ******* ** ** ********* ** *** ****** ** ********** ****** ** ************ ** ** ******* ****** ** ********* *** ********* **** ** ***** ** ****** ** ********** ************ ****** ******* ****** ********* ******* ** ******* ******* ** ** ** **** *** ** ****** ** ** ******* ** ** ******** *** *** ********** **** **** ** ****** ***** *** ****** ** ****** ** *********** ******** **** ************ ** ****** ***** **** ******** ** *** ********* ** ** ******** ******** **** **** ***** *** ****** ********** ** **** ** **** ***** ************ ** ******** ****** ************ *** ********** **** **** *******

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles