Marine Le Pen présentée comme nazie ou en caca: ce n’est pas une injure pour la procureur...

La présidente du Front national Marine Le Pen poursuit l’animateur Laurent Ruquier, pour avoir montré deux images qu’elle juge injurieuse dans son émission «On n’est pas couché» sur France 2 en 2011 et 2012.

La plaignante, l’animateur et Rémy Pflimlin, poursuivi en tant que directeur de publication de France 2, étaient tous trois absents de l’audience, jeudi, devant la 17e chambre correctionnelle de Paris.

Le jugement a été mis en délibéré au 22 mai.

L’audience a commencé par la diffusion des deux extraits pointés du doigt par la présidente du FN.

En 2011, Laurent Ruquier avait montré une image représentant Marine Le Pen au centre d’un arbre généalogique en forme de croix gammée.

Et en 2012, dans le cadre de sa revue de presse, il avait montré un dessin paru dans l’hebdomadaire satirique Charlie Hebdo, représentant un étron fumant avec le slogan «Le Pen, la candidate qui vous ressemble».

«Comparer ma cliente à une merde ou dire qu’elle est nazie, c’est bien injurieux», a estimé le conseil de Mme Le Pen, Me Wallerand de Saint-Just.

«Dans ces deux affaires, l’humour ne chasse pas l’injure car les deux injures sont très graves», a-t-il plaidé, jugeant les deux images «d’une violence considérable».

La procureur a estimé que l’injure serait constituée si on avait dit de Mme Le Pen qu’elle est «nazie» dans le cadre «d’une émission sérieuse». «Là, l’émission est humoristique, il n’y a pas intention de nuire», a-t-elle estimé.

A propos du dessin comparant Mme Le Pen à un étron, M. Ruquier ne reprend pas à son compte cette «image désagréable», présentée dans le cadre d’une revue de presse, a-t-elle ajouté. L’animateur «précise que c’est satirique à la fin de la séquence», a-t-elle ajouté.

Les avocats de MM. Ruquier et Pflimlin ont demandé la relaxe de leurs clients en mettant en avant le caractère «satirique» des deux séquences incriminées.