En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Pardon pour mon silence depuis la fin du Tour mais rarement l’ai-je terminé à ce point sur les rotules. J’ai d’ailleurs, et c’est exceptionnel, car j’adore leur ambiance, renoncé aux différents critériums d’après-Tour pour mettre le curseur sur « repos total ».

Je reviens vers vous car, à tête reposée, j’ai pu réfléchir à mon propre debriefing du Tour de France. Ce Tour de tous les records, à commencer par le nombre de spectateurs au Danemark. Les supporters de Vingegaard ne pensaient peut-être pas que leur idole irait au bout de l’aventure ! Ce fut un moment fantastique en tout cas, sur le plan populaire, avec cette communion entre le public, les coureurs, les autorités politiques ou princières, les organisateurs, les hymnes nationaux danois et français chantés partout. Incroyable, j’en ai encore la chair de poule. Et j’en retiens surtout de l’émotion.

Le dopage, éternelle rengaine

À cet égard, je voulais vous dire merci. J’ai vu tout au long des trois semaines, des dizaines de panneaux pour me dire merci par rapport à 20 années de cyclisme passées avec vous. C’est à mon tour de préciser que sans le soutien du public, cela n’aurait pas été possible. Et pendant les journées laborieuses, ces encouragements m’ont fait chaud au cœur.

Comme chaque année à l’issue du Tour, les rumeurs de dopages, les suspicions, les éditoriaux des journalistes de juillet ou les commentaires, plus vicieux, de parfaits anonymes ont fleuri. C’était d’autant plus normal après ce « Tour des records ». Je comprends les questions, je ne suis pas obligé de les partager. J’espère que en tout cas que le dopage ne sera pas l’explication finale mais mes arguments, enrichis par ce que j’ai vécu à l’intérieur sur la bicyclette, valent ce qu’ils valent.

D’abord, la météo. Hormis le contre-la-montre d’ouverture parcouru partiellement sous la pluie, tout le reste de la course a été accompli par temps sec.

Ensuite, le parcours. Les étapes au Danemark étaient très plates, le vent n’était pas franchement défavorable et surtout il n’y avait quasi aucun obstacle sur la route, peu de ronds-points, ralentisseurs, comme c’est le cas en France ou Belgique. Ces tracés magnifiques ont augmenté la moyenne dès le départ et diminué les freinages et autres chutes.

Enfin la course. Dès notre arrivée en France, nous n’avons quasi eu aucun départ en montée ! La bagarre pour l’échappée a toujours été rude et, surtout, des gros calibres attaquaient dès le kilomètre zéro. La bagarre commençait là et se prolongeait… jusqu’à l’arrivée ! Avec vent dans le dos la plupart du temps, cela allait encore plus vite. J’utilisais un développement de 54 x 11 et, malgré tout, je cliquais régulièrement sur ma manette pour encore ajouter du braquet. J’étais à fond, je devais tourner les jambes plus vite encore pour simplement… suivre le peloton.

C’était éreintant, j’ai pratiquement tout le temps subi cette course mais, vous me croirez ou non, j’ai tellement pris de plaisir que j’en ai oublié mes souffrances. Tout n’est pas dans l’analyse après une course pareille, un Tour dont on se souviendra longtemps et moi aussi forcément. Il ne faut pas impérativement chercher des explications à tout, simplement profiter (ce que j’ai fait).

J’ai repris les entraînements, le repos m’a fait du bien et je suis optimiste pour ne pas figer mon compteur 2022 à la seule victoire aux Quatre jours des Dunkerque…

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

****** **** *** ******* ****** ** *** ** **** **** ******** ********* ******** ** ** ***** *** *** ******** ****** ************* ** ******* ************* *** ********* **** ********* ******** *** *********** *********** *************** **** ****** ** ******* *** ************* **************

** ******* **** **** **** ** ***** ********* ****** ** *********** ** *** ****** ********** ** **** ** ******* ** **** ** **** *** ******** ** ********* *** ** ****** ** *********** ** ********* *** ********** ** ********** ** ********* ********** *** *** **** ***** ***** ** **** ** ******************* ** *** ** ****** *********** ** **** **** *** ** **** ********** **** ***** ********* ***** ** ******* *** ********* *** ********** ********** ** ************ *** ************** *** ****** ********* ****** ** ********* ******** ******** *********** ****** ** ****** ** ***** ** ****** ** ****** ******* ******* ** *************

** ******* ********** ********

** *** ******* ** ******* **** **** ****** ****** ** **** ** **** *** ***** ********* *** ******** ** ******** **** ** **** ***** *** ******* ** ** ******* ** ******** ******** **** ***** ******* ** *** **** ** ********* *** **** ** ******* ** ******* **** ********** *** ***** ********* ** ******* *** ********* ************ *** ************** ******* **** ***** ** ******

***** ****** ****** ** ********* ** ***** *** ******* ** ******** *** *********** *** *********** *** ************ ** ******* ** *** ************* **** ******** ** ******** ******** *** ******* ********** ********** **** ****** ****** ** ************ *** **************** ** ********* *** ********** ** ** **** *** ******* ** *** ********* *********** *** ** **** *** *** ** ****** ** **** *** *************** ****** **** *** ********** ******** *** ** *** ****** ***** ** ************** *** ** *********** ****** ** ******** *******

********** ** ******** ****** ** **************** ************* ******** ************* **** ** ****** **** ** ***** ** ** ****** * ***** ******** *** ***** ****

******** ** ********* *** ******* ** ******** ******** ***** ******* ** **** ********** *** *********** ************ ** ******* ** ***** ***** ***** ***** ******** *** ** ****** *** ** ************* ************** ***** ******* ** *** ** ****** ** ********* *** ******* *********** *** ********* ** ******* **** ** ******* ** ******** *** ********* ** ****** *******

***** ** ******* **** ***** ******** ** ******* **** ********* ***** ** ***** ******* ** ************** ** ******* **** ************** * ******** ***** **** *** ******** *** **** ******** *********** **** ** ********** ****** ** ******* *********** *** ** ** ************** ********** ******************* **** **** **** ** *** ** ******* ** ****** **** ****** ****** **** ***** ************* ** ************** ** ** * ** *** ******* ***** ** ******** *************** *** ** ******* **** ****** ******* ** ******** ********** ** ***** ** ****** ******* *** ****** **** **** ****** **** ************* ****** ** ********

********** *********** ****** ************ **** ** ***** **** ***** ****** ***** **** ** ******* ** **** ****** ********* **** ** ******* *** ****** ** ******* *** ************ **** ******* *** **** *********** ****** *** ****** ********* ** **** **** ** ** ********** ********* ** *** ***** *********** ** ** **** *** *************** ******** *** ************ ** ***** ********** ******** *** *** ****** ******

****** ****** *** *************** ** ***** ***** **** ** **** ** ** **** ********* **** ** *** ***** *** ******** **** ** ** ***** ******** *** ****** ***** *** ************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles