En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueCharleroi - Standard Accueil

Au total, 26.000 pigeons ont pris le départ de cette course, dont 11.000 appartenant à des colombophiles belges. Trois jours après le lâcher à peine 6.000 oiseaux avaient regagné leur pigeonnier. Depuis, ils rentrent désormais, jour après jour, au compte-gouttes.

Sébastien Casaert, colombophile de Mont-de-l’Enclus, était présent à ce concours mais c’est son fils Hugo qui y a participé. Ce dernier a alors lâché 98 pigeons. À l’heure d’écrire ces lignes, seule une cinquantaine d’oiseaux était rentrée à la maison. « Ils rentrent tous les jours, peu à peu », nous explique Sébastien Casaert. « Dix sont revenus mardi, six mercredi, trois ce jeudi… D’autres suivront normalement… ».

Mais qu’est-ce qui explique ce problème finalement ? « Les pigeons n’auraient pas dû être lâchés car une zone d’orage était présente à Narbonne et dans la région en général. Cela a généré un mauvais départ avec le mauvais temps directement. Les oiseaux sont alors désorientés… ». D’autant plus qu’avec les moyens actuels, ce genre de situation ne devrait pas se produire. « Il y a vingt, trente ans, on devait effectivement attendre la météo en espérant qu’elle soit précise tandis qu’aujourd’hui, nous pouvons découvrir les zones d’orage heure par heure… ».

Un concours difficile

Sébastien Casaert tempère cependant la situation. En effet, les pertes de pigeons ne sont pas non plus exceptionnelles, même lors de lâcher de pigeons réalisé dans d’excellentes conditions. « À Narbonne, c’était prévisible vu le mauvais départ et cela revêt donc un caractère exceptionnel. Mais dans d’autres concours, cela peut aussi arriver d’avoir des rentrées difficiles. Au concours d’Argenton au mois de juin, j’avais lâché 150 pigeons et il n’y avait qu’un tiers qui était rentré le premier jour. Les autres sont rentrés le lendemain et les jours qui ont suivi. Quand le pigeon est lâché, il n’est pas forcément obligé de revenir à sa maison. C’est un des risques du métier que l’on prend à chaque fois que l’on participe à ce genre d’événement. Si le pigeon estime qu’il fait trop chaud ou qu’il ne fait pas beau, il peut s’arrêter. Dans le cas actuel, la problématique des pigeons qui ne sont pas encore rentrés, c’est de trouver à boire avec la sécheresse actuelle. Ils peuvent aussi parfois trouver de l’eau qui n’est pas bonne pour eux. Pour manger, les pigeons trouvent ce qu’il faut dans les champs. Ensuite, ils se posent parfois dans les jardins de personnes non-colombophiles. C’était par exemple le cas pour trois pigeons de Narbonne, un est ensuite rentré par lui-même et je suis allé récupérer les deux autres. Ils ont été identifiés grâce à leur puce électronique ».

Les conséquences générées par le mauvais lâcher à Narbonne sont cependant à déplorer pour les colombophiles. « Nous faisons tout pour bien soigner nos pigeons, pour les envoyer dans les meilleures conditions possible. On dépense du temps et de l’argent pour eux. Et puis, chaque colombophile est à chaque fois triste lorsqu’un pigeon ne rentre pas. Personnellement, je suis né dans un pigeonnier donc je suis attaché à ces oiseaux. À Narbonne, il aurait été préférable d’attendre le lendemain pour le lâcher. D’autant que l’on paie toujours une quote-part dans les frais pour que le lâcher soit remis au lendemain en cas de mauvais temps afin de ne pas prendre de risque. Les organisateurs n’ont pas fait attention à cela à Narbonne alors que c’était un concours difficile de très longue distance… On a eu un autre concours il y a un mois où les pigeons devaient être lâchés le samedi, mais il faisait mauvais comme le lendemain ainsi que le lundi. Ils ont finalement été lâchés le mardi et les pigeons ont super bien tournés ».

Après la déception de ce concours, Sébastien Casaert et son fils se seront bien illustrés lors d’une course longue de 600 kilomètres. « Samedi dernier, nous avons gagné une belle course sur Tulle. C’est notre cinquième victoire nationale ! Il y a des malheurs mais également des joies ! ».

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

Au total, 26.000 pigeons ont pris le départ de cette course, dont 11.000 appartenant à des colombophiles belges. Trois jours après le lâcher à peine 6.000 oiseaux avaient regagné leur pigeonnier. Depuis, ils rentrent désormais, jour après jour, au compte-gouttes.

**** *********** *** ******** ** ********* ***************** *********** ******* ************ *** *** ***** ******** *** *** **** ********* ****** ********* ** ******** ** **** ** ******* ** ********** **** * ********* ** ******* ******* **** ** ******* ***** ************ *** ******* **** ***** ************************* ********** **** ********* *** ****** ******** ** ***** ** ********* ** ******* *** ** ********* ********** * * ****** ****** **** ** ****** ************* ******** ** ******* ** ********* ********* **** ******** ****** ******************* **** ******* ********** *** ***** ********* ***** *** *****************

** ******** *********

********** ******* ******** ********* ** ********** ** ****** *** ****** ** ******* ** **** *** *** **** **************** ***** **** ** ******* ** ******* ********* **** *************** *********** ********** ********* ********** *********** ** ** ******* ******* ** **** ****** **** ** ********** ************* **** **** ********** ********* **** **** ***** ******* ********* *** ********* *********** ** ******** ************ ** **** ** ***** ********* ******* *** ******* ** ** ***** ***** ******* ***** *** ****** ******* ** ******* ***** *** ****** **** ******** ** ********* ** *** ***** *** *** ****** ***** ** ****** *** ******** ** ******* *** ********** ******* ** ******* ** ** ******* ******* ** *** ******* ** ******* *** ****** ***** ** ****** **** *** ****** ********* ** ** ***** **************** ** ** ****** ****** ******* **** **** ***** ** ******* ** **** *** ***** ** **** ************* **** ** *** ******* ** ************** *** ******* *** ** **** *** ****** ********* ******* ** ******* ** ***** **** ** *********** ********* *** ******* ***** ******* ******* ** ******* *** ******* *** ***** **** **** **** ******* *** ******* ******** ** ******* **** **** *** ******* ******** *** ** ****** ******* **** *** ******* ** ********* ****************** ********** *** ******* ** *** **** ***** ******* ** ********* ** *** ******* ******* *** ********* ** ** **** ***** *********** *** **** ******* *** *** ***** *********** ****** ** **** **** **********************

*** ************* *********** *** ** ******* ******* ** ******** **** ********* ** ********* **** *** ************** ************ ******* **** **** **** ******* *** ******** **** *** ******* **** *** ********** ********** ********* ** ******** ** ***** ** ** ********** **** **** ** ***** ****** ************ *** ** ****** **** ****** *********** ****** ** ****** **** **************** ** **** *** **** ** ********** **** ** **** ******** ** *** ******** ** ********* ** ****** ***** ************ ************ ** ********* **** ** ******** ********** *** ****** **** ******** *** ********** **** *** ***** **** *** ** ******* **** ***** ** ********* ** *** ** ******* ***** **** ** ** *** ******* ** ******* *** ************* ******* *** **** ********* ** **** ** ******** ***** *** ********** ** ******** ********* ** ***** ****** *********** ** * ** ** ***** ******** ** * * ** **** *** *** ******* ******** ***** ******** ** ******* **** ** ******* ******* ***** ** ********* ***** *** ** ****** *** *** ********** ***** ******** ** ***** ** *** ******* *** ***** **** *****************

****** ** ********** ** ** ********* ********** ******* ** *** **** ** ****** **** ********** **** ******* ****** ****** ** *** ************ ************** ******** **** ***** ****** *** ***** ****** *** ****** ******* ***** ********** ******** **************** ** * * *** ******** **** ********** *** *********************

Offre exclusive ! Accès illimité à partir de 3,30€/mois

aux articles Sudinfo, LaMeuse, LaNouvelleGazette, LaProvince, NordEclair et LaCapitale

J'en profite Je suis déjà abonné, je m'identifie
Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles