En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Béni par les dieux du foot qui lui avaient généreusement accordé un don inné pour le dribble et le maniement de la gonfle, Sernane Segniagbeto les a finalement rejoints bien avant l’heure, victime d’un destin capricieux et bouleversant : ce samedi, à Dubaï, alors qu’il venait de s’engager quelques jours plus tôt avec le club d’Al-Taawon (D2 des Émirats arabes unis), le Hutois est entré, sans crier gare, dans l’éternité, victime d’un accident de la route.

Respect, humilité

Il avait vingt-deux ans et toute la vie devant lui, une vie dédiée au ballon rond – son premier et dernier véritable amour – et portée par des rêves (un peu) fous que rien ne semblait en mesure d’émousser. Une insouciance et une détermination sans faille qui ont trouvé écho dans les multiples témoignages et autres hommages qui ont fleuri sur les réseaux sociaux à l’annonce foudroyante de sa disparition. Si le parcours de la « pépite » s’est nourri de multiples fulgurances, il a également connu son lot de petits soubresauts, ce qui ne l’a jamais empêché de croire en lui. Ni d’avancer, sans jamais se retourner, avec courtoisie et humilité.

« Son excellente technique pouvait parfois le desservir, parce qu’elle s’accompagnait d’une certaine désinvolture. C’était ce qu’on nomme un joueur d’instinct », nous explique Bernard Smeets, l’actuel entraîneur de l’URSL Visé qui l’avait côtoyé en qualité de T2 durant la saison 2019-2020, alors que le cercle bassi-mosan venait d’être promu en Nationale 1 et que José Riga avait pris le relais de Stéphane Huet.

Sa dernière expérience en Belgique, sur les hauteurs de la Cité de l’Oie, le jeune Sernane Segniagbeto l’a ainsi majoritairement traversée dans l’ombre, se contentant de quelques apparitions avec l’équipe première. « Malgré ce statut de réserviste, il demeurait fort respectueux. C’était un réel bonheur de l’avoir dans le vestiaire car il était jovial et toujours de bonne humeur. Quelle tristesse… »

Futsal : international belge

Si certains ont pris l’ascenseur pour rallier les sommets, Sernane Segniagbeto a préféré emprunter la cage d’escalier, fier de faire des sacrifices, de vivre des expériences qui vous forgent un caractère et vous permettent d’apprécier, avec du recul, la beauté du travail et des efforts.

Il s’est toujours tenu debout, la tête haute, face aux critiques car le feu follet qu’il était n’a connu que le seul plaisir du terrain comme moyen d’expression.

Son registre ? Une explosivité et un sens du un-contre-un spectaculaires qui ont également fait des merveilles en futsal où, à dix-neuf ans à peine, il avait enlacé le statut d’international belge à l’ABFS, grâce à des performances remarquables avec l’IP Hannut.

Kevin Delathuy, ancien joueur et président du cercle hesbignon, aujourd’hui coresponsable du projet futsal du Standard de Liège, avait décelé très tôt tout le potentiel du Hutois, vainqueur de la Coupe de Belgique 2019. L’annonce de son décès l’a frappé, telle une morsure sournoise, en plein cœur. « Je n’ai pas les mots… En fait, je ne réalise pas encore qu’il s’en est allé », confie celui qui a cherché à encadrer sa petite « pépite » du mieux possible. « Tous les quatre mois, je le relançais en lui disant de nous rejoindre chez les Rouches. Mais il était désireux de réussir dans le monde du football et je le soutenais dans cette voie. Dire qu’il était en passe de réaliser son vœu le plus cher et de devenir professionnel… C’était un phénomène – il ne fallait lui montrer qu’une seule fois une phase de jeu pour qu’il l’assimile – et un mec en or, avec des vraies valeurs et une superbe famille autour de lui. Là, je pense à tous ses proches, à ses potes… Franchement, que dire ? »

Juste que le football liégeois éprouvait un attachement très fort pour Sernane Segniagbeto, pour ce qu’il était, ce qu’il dégageait et ce qu’il incarnait : la joie incomparable de caresser la balle avec ses amis, en s’épanouissant dans le jeu.

À Huy, Saint-Trond, Waremme, Solières, Visé et partout ailleurs, partout où ses arabesques ont enchanté le public, c’est le cœur étreint que tous vont se rappeler, encore longtemps, les instants de bonheur partagés avec lui. Le meilleur moyen, sans doute, de l’accompagner dignement jusqu’aux vestiaires du paradis et de refermer, un peu, la blessure.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

***** *** *** ***** ** **** *** *** ******* *************** ******** ** *** ***** **** ** ******* ** ** ********* ** ** ******* ******* *********** *** * ********** ******** **** ***** ********** ******* ****** ****** ********** ** ******************* ** ******* ** ******* ***** ******* ****** ** *********** ******** ***** **** **** **** ** **** ************* *** *** ******** ****** ****** ** ****** *** ******* **** ***** ***** **** *************** ******* ****** ******** ** ** ******

******** *********

** ***** ********** *** ** ***** ** *** ****** **** *** *** ******** ** ****** **** *** *** ******* ** ******* ********** ***** *** ** ******* *** *** ****** *** **** **** *** **** ** ******** ** ****** ************** *** *********** ** *** ************** **** ****** *** *** ******* ***** **** *** ********* ************ ** ****** ******** *** *** ****** *** *** ******** ******* ** *********** *********** ** ** ************ ** ** ******** ** ** *********************** ******* ****** ** ********* ************ ** * ********** ***** *** *** ** ****** ************ ** *** ** ***** ****** ********* ** ****** ** **** ** ************ **** ****** ** ********** **** ********** ** **********

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles