En ce momentNouveau SudinfoCrise énergétiqueLigue des Champions Accueil

Pierre, originaire de Frameries, est animateur du yoga du rire. Il propose des séances dans les hôpitaux, institutions, écoles et auprès de tout public dans la région de Mons. « L’avantage du yoga du rire est qu’il n’y a pas d’âge, c’est de la crèche à la maison de retraite. Tout le monde peut participer. » Pas besoin d’être heureux ou optimiste pour participer à une séance, cette approche est accessible à tous, peu importe les capacités, l’âge ou la culture.

Afin d’animer ces séances, Pierre a suivi plusieurs formations. « J’ai même suivi un complément de formation en Bretagne pour devenir professeur et bénéficier des outils supplémentaires pour intervenir en entreprise. » Une reconversion professionnelle que Pierre doit à sa nature optimiste. « J’ai toujours été intéressé par des activités de bien-être comme le yoga. Et j’ai un côté très optimiste qui adore rigoler donc quand j’ai découvert ce concept du yoga du rire, je m’y suis intéressé car ça rejoignait plusieurs pans de ma personnalité : le bien-être et le rire. »

Le yoga du rire, c’est quoi ?

Découvert par un médecin il y a 30 ans, le yoga du rire est un concept original où chacun peut rire sans raison. Le rire commence en groupe tel un exercice et se transforme rapidement en véritable rire, très communicatif, à travers des exercices de rire en mouvement. Des rires simulés qui se transforment en rires spontanés. « Il y a une première partie d’éveil du corps par des petits moments de stretching et de respiration. Ensuite, le cœur de l’activité : les exercices de rire. Et enfin, un instant de méditation. »

Objectif : combiner la respiration du yoga avec du rire et des mouvements. « Les exercices s’enchaînent assez rapidement de manière à ce que le mental n’entre pas en compte. Ça permet de faire le plein de positif et de s’apaiser », partage Pierre qui confie qu’une minute de fou rire est égale à trois minutes de jogging. « C’est assez proche de la pratique de la méditation dans le sens où c’est corporel et non mental », ajoute Thérèse qui a totalement adhéré au yoga du rire.

Et le concept plaît et trouve son public. « Les petits entrent de suite dans le jeu, lâchent très facilement prise. Une éducatrice m’a même expliqué que l’un de ses pensionnaires, qui avait du mal à trouver le sommeil, tait apaisé après la séance. Et de manière générale, les gens ressortent sereins et ressentent les effets encore plusieurs jours plus tard. »

De nombreux bénéfices

Et on peut facilement reproduire les exercices chez soi. « Il suffit de sourire devant son miroir, provoquer son rire sans forcément attendre une bonne blague. » Le concept est basé sur un fait scientifique, le corps ne fait pas la différence entre un rire simulé et un rire spontané. Dans les deux cas, on arrive aux mêmes bienfaits physiologiques et psychologiques. Pierre compte déjà certains habitués. « Les gens font connaissance de séance en séance et laissent plus facilement tomber les barrières, ils comprennent que nous ne sommes pas là pour rigoler des autres. Mais rire ensemble. »

Des séances gratuites

La prochaine séance aura lieu le 23 août à la Maison Duo à Spiennes. Et une nouveauté sera proposée en septembre. Un club de rire se tiendra un lundi sur deux au Centre Train de Vie à Frameries. Les séances y seront gratuites. « L’idée est que l’argent ne soit pas un frein et que chacun puisse bénéficier des bienfaits du rire sans contrainte », ajoute Pierre.

En fonction de l’endroit, le prix d’une séance, de plus ou moins une heure, tourne autour de 10 euros par personne. Pour joindre Pierre, il est possible de lui envoyer un message via la page Facebook « Yoga du rire de Mons » ou via le numéro de téléphone suivant : 0472/07.60.87.

Cet article est réservé à nos abonnés. L’information de qualité et de proximité a un prix. En vous abonnant, vous défendez l’indépendance et le rôle indispensable de la presse. S’abonner, c’est nous soutenir.

Je m'abonne pour 3,30€/mois

Je suis déjà abonné, je m'identifie

******* ********** ** ********** *** ********* ** **** ** ***** ** ******* *** ******** **** *** ********** ************* ******* ** ******* ** **** ****** **** ** ******* ** ***** ******************** ** **** ** **** *** ******* ***** * *** ********* ******* ** ** ******* ** ** ****** ** ********* **** ** ***** **** ******************* *** ****** ********* ******* ** ********* **** ********** ** *** ******** ***** ******** *** ********** ** ***** *** ******* *** *********** ******** ** ** ********

**** ********** *** ********* ****** * ***** ********* *********** ************** ***** ***** ** *********** ** ********* ** ******** **** ******* ********** ** ************ *** ****** **************** **** ********** ** ******************* *** ************ *************** *** ****** **** ** ** ****** ********** ************** ******** ***** *********** *** *** ********** ** ********** ***** ** ***** ** ****** ** ****** ***** ********* *** ***** ******* **** ***** ****** ********** ** ******* ** **** ** ***** ** ***** **** *********** *** *** ********** ********* **** ** ** ******************** ** ********** ** ** *************

Sudinfo

Aussi en

Voir plus d'articles