Un prêtre intégriste emprisonné pour viols, tortures et actes de barbarie sur trois femmes

La justice reproche à l’ancien directeur de l’école Notre-Dame de la Sablonnière à Goussonville, membre de la Fraternité Pie Saint-Pie X, d’avoir violé à l’automne 2010 trois enseignantes et de leur avoir fait subir des sévices, selon le Parisien qui a révélé l’affaire.

Placé en garde à vue chez les gendarmes de la section de recherches de Versailles, l’écclésiastique de 40 ans a été écroué mercredi soir. Le procureur de la République n’a pas donné plus de détails sur l’affaire, invoquant le «respect des victimes».

Selon le quotidien, «le prêtre aurait usé de son influence spirituelle» sur une mère de famille victime d’abus sexuels, lui faisant «subir un exorcisme avant de mimer des actes sexuels pour tenter de soigner le mal par le mal». Il aurait fait subir le même traitement aux deux autres femmes. Le Parisien rapporte que lors de son audition, «le prêtre a tenté de minimiser ses actes assurant que les victimes étaient consentantes et qu’il s’était contenté de mimer l’acte sexuel».

La Fraternité Saint-Pie X est une communauté intégriste proche des milieux d’extrême droite, fondée en 1970 par Mgr Marcel Lefebvre. Elle ne reconnaît pas les changements introduits par le Concile Vatican II qui a selon eux, rompu avec la tradition. En 2012, on comptait 600.000 fidèles répartis dans 62 pays dont 100.000 vivent en France, selon les chiffres de la Commission Ecclesia Dei, de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. Au 1er mars 2012, elle dénombrait 552 prêtres dans le monde, dont 150 en France.