Tournai: cinq ans de prison avec sursis pour un père qui violait sa fille de 3 ans

Alors qu’il niait les faits malgré de multiples plaintes déposées par son épouse dès 2007, l’homme a fini par avouer les viols sur sa fille, née en 2004, après un test polygraphe mensonger passé en novembre 2011. Il a continué à nier les faits commis sur son fils né en 2001.

C’est le 28 novembre 2007 que la première plainte a été déposée par la mère des enfants, séparée du prévenu depuis un an. Le fils avait refusé de retourner chez son père, l’accusant d’attouchements. Un an plus tard, la mère se constituait partie civile devant un juge d’instruction alors que son ex-mari l’accusait de manipuler ses enfants en vue d’avoir la garde exclusive de ceux-ci. Malgré sept plaintes déposées, la Chambre du conseil de Tournai avait prononcé un non-lieu en 2009.

C’est seulement en novembre 2011, après d’autres plaintes et un test polygraphe qui a conclu au mensonge, que le père incestueux est passé aux aveux. Il niait toutefois les attentats à la pudeur commis sur son fils.

Jeudi, le tribunal a estimé que les deux préventions étaient établies.

Au civil, le condamné devra verser une somme provisionnelle de 7.500 euros à ses enfants.