MH370: une nappe de carburant détectée dans la zone de recherches, le robot sous-marin va être déployé «dès que possible»

Le navire «Ocean Shield va cesser de chercher (des signaux) avec la sonde hydrophonique dans la journée de lundi et déployer le véhicule autonome sous-marin Bluefin-21 dès que possible», a déclaré le coordonnateur des recherches Angus Houston, lors d’une conférence de presse.

Le dernier signal acoustique pouvant provenir des boîtes noires a été capté il y a six jours, a précisé le responsable. «Nous n’avons pas eu une seule détection en six jours et il est sans doute donc temps d’aller sous l’eau».

Les émetteurs ont une durée de vie théorique d’une trentaine de jours et il est vraisemblable qu’ils soient arrivés à expiration, le vol MH370 ayant disparu il y a 38 jours.

L’Ocean Shield a par ailleurs détecté dimanche soir une nappe de carburant dans la zone de recherches resserrée autour des signaux détectés il y a plus d’une semaine, a ajouté Angus Houston.

Deux litres ont été collectés et seront analysés, mais les résultats ne seront pas connus avant plusieurs jours, a-t-il déclaré, précisant que le carburant ne paraissait pas venir d’un bateau.

«L’origine de la nappe reste encore à définir mais elle est à quelque 5.500 mètres (...) de la zone restreinte définie à partir de la captation des signaux» il y a une dizaine de jours, a déclaré le responsable.

Depuis le 5 avril, l’Ocean Shield a capté à quatre reprises dans une zone réduite, sur la trajectoire estimée du Boeing 777, des signaux acoustiques dont la fréquence (au-dessus de 30 khz) correspond à celle des balises qui se déclenchent en cas d’immersion des boîtes noires, les enregistreurs de vol.

Le déploiement du robot sous-marin, le Bluefin-21, «peut très bien nous faire franchir une nouvelle étape vers une identification visuelle car il a la capacité de détecter des débris sur le fond de l’océan», a noté Angus Houston, soulignant cependant que le processus allait être long et laborieux.