Fin de partie(s) pour le dernier ciné porno de Charleroi: «On nous met des bâtons dans les roues», dit le gérant

« Le X est de retour, nom d’une Pipe ! », titrait votre quotidien en octobre 2012, lorsque nous annoncions l’ouverture du RMX, un cinéma pornographique rue de la Régence, ville haute. Un établissement unique à Charleroi, digne de la grande époque « chaude » de notre centre-ville. Ici, les clients pouvaient se tendre ou se détendre de 11h à 19h, au rythme des projections gores ou érotiques.

« C’est comme si les autorités avaient voulu que je ferme mon établissement », dit d’emblée Michel Boudart, gérant. « Ce que je remarque, c’est que nous sommes victimes d’un « deux poids, deux mesures » plus que flagrant. Mon commerce dérange, il fait un peu « tâche » dans le quartier. Depuis le début, nous n’avons pas arrêté de recevoir des bâtons dans les roues. Rien que pour l’autorisation d’ouverture, il a fallu que j’invite au restaurant toute une série de politiques et de responsables. Ensuite, nous n’avons cessé d’être l’objet de tous les contrôles possibles et imaginables. En octobre dernier, 22 personnes sont descendues dans mon magasin pour tout fouiller. Il y avait de tout : Afsca, Ores, police, agence des médicaments… Résultat : ils sont repartis en saisissant une vingtaine de petites bouteilles d’un excitant, du poppers. Ces contrôles étaient d’une arrogance folle. Comme si les enquêteurs cherchaient absolument quelque chose  ».

Retrouvez l’intégralité de ce récit dans La Nouvelle Gazette de ce mercredi 16 avril.