Liège: l’Aquarium devient une attraction «4 soleils»

A l’Aquarium-Museum de Liège, on a le sourire. Ce musée situé quai Van Beneden, qui constitue l’attraction touristique principale de Liège, avec quelque 95.000 visiteurs l’an dernier, vient en effet de se voir reconnu comme « Attraction touristique » par le Commissariat Général au Tourisme (CGT) et s’est vu attribuer le label « 4 soleils ».

A l’Aquarium, on explique : « C’est sur base de nombreux critères qualitatifs que le CGT octroie des soleils aux sites touristiques. Il y a par exemple l’accueil, l’accessibilité du site aux personnes à mobilité réduite, les informations au sein de l’institution, le site Internet, les supports promotionnels. De la même manière que les hôtels ont leurs étoiles et les gîtes leurs épis, les attractions reconnues ont leurs soleils. »

C’est évidemment un vrai plus pour un lieu touristique comme l’Aquarium. Avant lui, à Liège, il n’y avait qu’une seule autre attraction qui avait décroché les 4 soleils, c’est le Musée de la Vie wallonne.

En revanche, les autres musées de Liège brillent par leur absence. Pourquoi  ? Tout simplement, indique-t-on au CGT, parce qu’ils n’en ont pas fait la demande ».

Pour une ville qui se targue d’être la plus touristique de Wallonie, cela fait évidemment tache.

Les seules autres attractions touristiques actuellement reconnues dans notre région sont Source O Rama à Chaudfontaine et le fort de Lantin, avec chacune deux soleils, le Musée des Transports en commun et le domaine de Wégimont, chacun avec trois soleils. Et, dans notre province, la seule attraction « 5 soleils » est l’abbaye de Stavelot.

Appellation officielle

En fait, il faut savoir que le terme d’attraction touristique est une appellation officielle en Wallonie depuis quelques années.

Elle est décernée par le CGT aux sites touristiques qui en font la demande, et qui répondent, bien sûr, aux critères pour l’obtenir.

Comme on l’explique au CGT : « La démarche est avant tout qualitative. Elle vise à encourager un niveau d’excellence et donc à renforcer le professionnalisme des infrastructures touristiques wallonnes.

Qui dit « soleils » pense donc en premier lieu à la qualité de l’accueil, que ce soit au niveau du personnel d’encadrement, des horaires d’ouvertures, de l’accessibilité aux personnes à mobilité réduite ou de la pratique des langues étrangères, pour ne citer que quelques critères parmi beaucoup d’autres.

Par exemple, pour se voir attribuer un premier « soleil », une attraction doit notamment disposer d’un service complet de téléphonie pendant les périodes et heures d’ouverture, d’un dépliant mentionnant la description et les modalités pratiques, d’un espace d’accueil clairement identifiable, ou encore d’un matériel de premiers secours. On s’en doute, l’obtention de soleils supplémentaires est conditionnée par des exigences de qualité de plus en plus importantes. Ainsi, une attraction « 5 soleils » doit notamment disposer d’un espace de vente équipé d’un mode de paiement électronique et l’accueil doit être possible en trois langues. »

Retrouvez la totalité de nos informations dans La Meuse de ce samedi.