En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil

Chloé Stévenin et Thierry Vanderveck présentaient des personnalités particulières

La cour d’assises de Liège a donc débuté lundi matin le procès de Chloé Stévenin, une Herstalienne âgée de 23 ans et accusée d’avoir commis le meurtre de Thierry Vanderveck, par la lecture de l’acte d’accusation. Il a révélé les personnalités particulières de l’accusée et de la victime, celles-ci présentant des notions de psychopathie, selon les experts.

Thierry Vanderveck (41 ans) avait été tué d’un coup de couteau porté au cœur le 10 décembre 2017 à Herstal. Chloé Stévenin l’avait poignardé lors d’une dispute. Elle était âgée de 19 ans au moment des faits et entretenait une liaison avec Thierry Vanderveck, âgé de 41 ans.

Ce dernier était bien connu de la justice. Il avait été condamné en janvier 2007 à 25 ans de prison pour vol avec violence ayant causé la mort d’une personne sans intention de la donner et pour le meurtre d’un autre individu.

L’enquête avait révélé que Thierry Vanderveck avait été atteint d’un seul coup de couteau. Les faits s’étaient déroulés à l’étage d’une maison où résidait la mère de Chloé Stévenin. Thierry Vanderveck était parvenu à descendre les escaliers avant de mourir au rez-de-chaussée.

À l’arrivée de la police, Chloé Stévenin était encore porteuse du couteau pliable ensanglanté. Elle avait donné plusieurs versions des faits, dont une selon laquelle Thierry Vanderveck s’était empalé sur le couteau lors d’une dispute. Elle avait aussi expliqué avoir porté un coup de couteau pour se défendre.

Chloé Stévenin avait exposé qu’elle avait vécu avec Thierry Vanderveck mais qu’elle avait décidé de le quitter, car elle avait peur de lui en raison de sa personnalité tyrannique. La victime aurait tenté de la convaincre de quitter la maison de sa mère pour qu’elle vive avec lui sur un bateau.

Les disputes entre Chloé Stévenin et Thierry Vanderveck auraient été fréquentes. Thierry Vanderveck aurait menacé l’accusée de la tuer si elle portait plainte. Vanderveck se serait en outre comporté comme le compagnon et le protecteur de Chloé Stévenin alors qu’elle souhaitait mener sa vie à sa guise.

L’acte d’accusation dévoilé aux jurés a révélé les personnalités des deux protagonistes. Chloé Stévenin a été livrée à elle-même dès son plus jeune âge. Elle a grandi dans des logements insalubres et traînait en rue. Elle n’a jamais été correctement scolarisée et a été impliquée dans de nombreux faits de toute nature. Ses occupations tournaient autour de la drogue et des sorties. Les experts ont relevé chez elle un manque d’empathie, une personnalité borderline et des traits antisociaux qui confèrent à la psychopathie.

Thierry Vanderveck, la victime, a vécu une vie marginale. Son casier judiciaire mentionnait de nombreuses condamnations, dont une aux assises, où les experts avaient souligné sa personnalité antisociale, son impulsivité et son agressivité. Les experts avaient aussi souligné chez lui un volet psychopathique. Thierry Vanderveck était décrit comme violent, impulsif et intolérant à la frustration.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo