Des plaques personnalisées complètement dingues!

Votre couple possède deux voitures ? Et en bons rigolos de service, vous rêvez de les immatriculer « HIHIHI » et « HAHAHA » ? Trop tard ! Un ménage y a déjà pensé.

Depuis quelques semaines, il est possible de personnaliser sa plaque d’immatriculation. Et la mesure semble fonctionner. Sur Facebook, une page reprend de nombreux clichés de voitures belges arborant déjà des plaques personnalisées. Et il y en a pour tous les goûts, et toutes les couleurs.

Ainsi, un fan des comics américains a décidé de transformer sa Volkswagen Sirocco en Batmobile en l’immatriculant « Batman-1 ». L’heureux propriétaire d’une petite Renault Twingo a choisi, ironiquement, de l’immatriculer « Bentley ».

Mais tout le monde ne fait pas dans l’humour. Ainsi, on retrouve aussi sur les routes belges des voitures immatriculées avec un surnom comme « Anneke », « Frank », « Biche », « Steph » ou encore « Nico ».

Enfin, les plus classiques sont ceux qui choisissent de reprendre le nom de la marque ou du modèle, comme « Audi » ou encore « Targa ».

« Je peux vous confirmer que tous ces exemples sont réels », explique la porte-parole du Secrétaire d’État à la Mobilité, Melchior Wathelet. « À la date de ce lundi 28 mars, nous avons déjà comptabilisé 1604 demandes pour des plaques personnalisées. »

Rétroactes

Pour rappel, avant le 31 mars, les plaques personnalisées devaient débuter par le chiffre 9 et devait respecter des critères. Une règle avait été mise en place lors de l’introduction des nouvelles plaques minéralogiques au format européen.

Suite à la volonté du secrétaire d’État cdH à la Mobilité, Melchior Wathelet, il n’y a plus de règles ou presque. Chaque propriétaire de véhicule peut demander une combinaison personnalisée de huit caractères maximum, chaque groupe de lettres devant être séparé de chaque groupe de chiffres par un tiret, qui compte pour un caractère également.

Attention : toutes les combinaisons ne sont cependant pas possibles. Ainsi, les plaques composées exclusivement de chiffres sont réservées à la famille royale, même si une exception existe pour les « ancêtres » datant d’avant 1954. De même, les plaques à caractère raciste, insultant ou liées à un parti politique sont interdites.

Reste qu’obtenir une plaque personnalisée, n’est pas gratuit. Pour pouvoir devenir le nouveau rigolo des routes, il faudra débourser 1.000 euros. À méditer.