Météo: les trois prochains mois seront plus chauds que la moyenne, surtout juin

Peu de météorologues en Belgique osent se lancer dans les prévisions à long terme. Cette science est loin d’être exacte mais Philippe Mievis de Meteobelgique.be s’y essaie depuis quelques années. Avec plus de succès que de ratés. Alors, en mettant les précautions d’usage, nous vous dévoilons en primeur les fruits de son travail pour les trois prochains mois. Précisons que le météorologue avait vu juste pour le mois d’avril. Un mois qu’il voyait plus chaud, plus sec mais avec une dernière décade plus instable, marquée par des orages fréquents. «Le mois de mai, après un début pluvieux marqué par un refroidissement, laissera vite la place à une tendance plus sèche, dès la fin de la première décade», pronostique-t-il. Durant la seconde décade, le temps doux continuera… avec un bémol, toutefois: une instabilité plus présente. «Lors des dix derniers jours du mois de mai, la douceur sera toujours de mise, mais l’instabilité augmentera encore avec des épisodes orageux parfois intenses. En ce fin de mois, les températures auront tendance à monter fortement». Ceux qui ont pris congé pour le début du mois de juin en Belgique ne devraient pas être déçus. «Le début de ce mois devrait commencer sous la chaleur et sous le soleil. Ce temps estival ne devrait être perturbé que par quelques rares orages». La deuxième partie de juin devrait, elle aussi, être en excédent thermique. «Mais l’instabilité devrait être plus présente, ainsi que les orages», poursuit Philippe Mievis qui précise que l’indice de confiance pour ce mois est de 60%. Pour le mois de juillet, à l’heure actuelle, il n’est que de 55%. «Ce mois s’annonce comme un mois aux précipitations et aux températures légèrement excédentaires, toujours sous des conditions assez instables, surtout en seconde partie du mois».

Le printemps le plus chaud?

Si le mois de mai est bien plus chaud que la moyenne, on pourrait avoir l’un des printemps les plus chauds depuis 1833. «Et sans doute parmi les plus secs». Le printemps le plus chaud jamais enregistré était celui de 2007. Rappelons que nous avons eu une moyenne de 9,3º pour le mois de mars 2014 et de 12,4º pour le mois d’avril. Au niveau des heures de soleil, nous avons un excédent de 108h35 par rapport à la normale. Pour les précipitations, mars et avril ont affiché un déficit de pluie de 83,2 mm.

Retrouvez toutes les informations dans nos éditions de ce samedi.