En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil

L’ouragan Fiona touche terre au Canada qui attend un impact «historique»

L’ouragan Fiona a touché terre dans l’Est du Canada tôt samedi, dans la province de Nouvelle-Ecosse, avec des vents supérieurs à 144 kilomètres/heure, a annoncé le Centre national des ouragans américain (NHC).

L’ouragan Fiona a touché terre tôt samedi sur la côte atlantique du Canada où les services météo se préparaient à une tempête qualifiée d’« historique », après avoir semé mort et destruction sur son passage dans les Caraïbes.

Selon le Centre national des ouragans américain (NHC), Fiona a touché terre tôt samedi dans la province de Nouvelle-Ecosse (Est du Canada) avec des vents supérieurs à 144 kilomètres/heure.

« Fiona devrait affecter des parties du Canada atlantique aujourd’hui en tant que puissant cyclone ayant la force d’un ouragan et des impacts significatifs sont attendus en raison des vents violents, de l’onde de tempête et des fortes pluies », ajoute le NHC. Le Canada a émis plusieurs alertes météo pour la majeure partie de ses côtes orientales.

A 9H00 GMT, l’ouragan était situé à environ 210 kilomètres d’Halifax, la capitale de la Nouvelle-Ecosse, et avançait vers le nord/nord-ouest à une vitesse de 65 km/heure, selon le Centre canadien de prévision des ouragans (CCPO).

Le CCPO avait auparavant estimé que l’ouragan « devrait être un événement météo violent pour le Canada atlantique et l’Est du Québec ». Fiona devrait devenir « une tempête post-tropicale très intense » après avoir touché terre, produisant « de la pluie très fortes et des vents violents » ainsi que de « grosses vagues ».

« Où il se classera dans les livres d’histoire, nous devrons le déterminer après les faits, mais ce sera certainement un événement historique et extrême pour l’Est du Canada », a déclaré vendredi lors d’une conférence de presse Bob Robichaud, météorologiste au sein du CCPO, qualifiant Fiona d’ouragan « majeur ».

– «Précautions » -

Les autorités de la province de Nouvelle-Ecosse ont émis une alerte aux coupures de courant, demandant à tous de rester à l’intérieur et d’avoir suffisamment de provisions pour au moins 72 heures.

Le Premier ministre Justin Trudeau a demandé à tous de « prendre les bonnes précautions ».

A Halifax, les magasins étaient à court de recharges de gaz propane pour le camping, les habitants s’étant précipités pour faire des stocks.

« Espérons qu’il ralentira en touchant des eaux plus froides, mais cela n’en a pas l’air », a déclaré à la télévision canadienne Dave Buis du Northern Yacht Club à North Sydney en Nouvelle-Ecosse.

Dans la province voisine de l’Ile-du-Prince-Edouard, les habitants se sont également préparés à l’arrivée de l’ouragan.

« On mentirait si on disait qu’on n’est pas inquiets à propos de Fiona », a déclaré à la chaîne CTV Lisa Gale, propriétaire d’un restaurant au bord de l’eau à Charlottetown.

Fiona était passé vendredi, en catégorie 4 sur l’échelle de Saffir-Simpson qui en compte 4, à quelque 160 km au large des Bermudes, après avoir semé la destruction dans les Caraïbes. L’ouragan a infligé des rafales à 160 km/h et des pluies violentes à ce territoire britannique de quelque 64.000 habitants situé au milieu de l’océan Atlantique mais sans qu’aucune victime ou dégât majeur ne soit signalé.

Selon le fournisseur d’électricité Belco, 15.000 des 36.000 foyers restaient sans courant vendredi après-midi aux Bermudes mais l’électricité était rapidement rétablie dans de nombreuses zones.

Des habitants ont posté sur les réseaux sociaux des images d’inondations et de lignes de courant tombées au sol.

– «Rien de grave » -

« On a eu quelques petits dégâts sur nos locaux, mais rien de grave », a déclaré à l’AFP Jason Rainer, propriétaire d’un magasin de souvenirs dans la capitale Hamilton, soulignant que quelques portes et fenêtres avaient été arrachées.

Le territoire, situé à un millier de kilomètres des Etats-Unis et habitué aux ouragans, est l’un des lieux les plus isolés du monde, ce qui rend toute évacuation quasi impossible en cas d’urgence.

L’île principale avait donc pris les préparatifs au sérieux. Immeubles et maisons doivent en outre respecter des règles de construction strictes pour résister aux tempêtes.

Fiona a provoqué la mort de quatre personnes à Porto Rico, territoire américain, selon un responsable cité par les médias. Un décès a été rapporté en Guadeloupe (France) et deux en République dominicaine.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo