En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil

Le petit prodige belge Laurent, diplômé à 12 ans, va avoir un film sur sa vie

En juillet 2021, il terminait ses études de Bachelier en physique à Anvers tout en décrochant la plus grande distinction. Dans la foulée, il rentrait en Master d’où il a été diplômé en 2022. Un prodige comme on en trouve rarement, et il est Belge !

En juillet 2021, il terminait ses études de Bachelier en physique à Anvers tout en décrochant la plus grande distinction, et ce à l’âge de 11 ans. L’élève, qui ambitionnait un doctorat, se lançait donc officiellement dans le programme Master de l’université, dont il avait déjà suivi quelques cours.

de videos

Ensuite, l’Ostendais de 12 ans a décroché son Master. Sa moyenne générale ? 88 %, rien que ça ! Laurent Simons s’exprimait auprès du Standaard : « Je connais très bien la matière, donc j’obtiens automatiquement une bonne note ».

Après avoir obtenu son diplôme, il n’a pas caché que son but ultime était d’immortaliser l’humanité en fabriquant des organes artificiels.

Face à ce petit garçon exceptionnel, Streamz, en collaboration avec Videoland, propose un docu-film sur le jeune Einstein et son rêve d’imposer l’immortalité grâce à des organes artificiels.

HLN s’est penché sur la question. Ce que Laurent veut, c’est que les gens – et surtout ceux qui ont un certain kilométrage – cessent de mourir. « Si quelqu’un dans le monde a une chance d’y parvenir, c’est bien lui » dit son père Alexander, qui, avec sa femme Lydia, a vendu ses trois cabinets dentaires pour s’investir au maximum dans les ambitions de leur enfant.

Il faut dire qu’avec un QI de 145, juste en dessous d’Albert Einstein et de Stephen Hawking, on peut parier sur son avenir les yeux fermés. « Les gens doués qui font souvent des efforts, mais moi je ne fais pas d’efforts. Je suis juste moi-même. Je ne sais pas pourquoi je suis si intelligent », disait-il.

Toujours est-il que le jeune prodige Belge va bientôt avoir un documentaire sur sa vie. Ce que l’on y découvre, entre autres, c’est l’origine de son envie d’immortaliser les gens. Pas pour l’amélioration du monde, ni la gloire scientifique ou autre, mais par anxiété de séparation. On y verra Laurent défendre « des thèses archi-difficiles en anglais, avec des adultes universitaires écoutant avec fascination ce qu’il a à dire dans la salle de conférence », dit HLN.

Un film « beau, touchant et – comme son âge le permet – d’une naïveté enfantine », « un prix Nobel en devenir » à découvrir prochainement.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale