En ce momentCoupe du monde 2022Permis de conduire Accueil

Fin de cavale pour Abdellah Mostefa, le tueur du boulanger de Jamioulx

La section banditisme de la PJ de Charleroi a réussi un joli coup, ce vendredi, peu après-minuit : après des semaines de filature, avec l’appui des unités spéciales, ils ont pu arrêter Abdellah Mostefa. Le jeune homme de 25 ans avait été condamné en 2010 pour plusieurs méfaits commis dans la région, dont la mort de Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx.

La section banditisme de la PJ de Charleroi a réussi un joli coup, ce vendredi, peu après-minuit : après des semaines de filature, avec l’appui des unités spéciales, ils ont pu arrêter Abdellah Mostefa. Le jeune homme de 25 ans avait été condamné en 2010 pour plusieurs méfaits commis dans la région, dont la mort de Pascal Hennuy, le boulanger de Jamioulx.

Abdellah Mostefa était parvenu à s’évader le 31 juillet 2011 et avait complètement disparu dans la nature depuis.

Le jeune homme, qui a la double nationalité belgo-algérienne, s’était en fait enfui à Oran (Algérie), avant de revenir finalement un Belgique : il avait d’ailleurs été repéré et recherché dès son retour sur le sol belge , voici un mois et demi.

Le fugitif faisait de réguliers allers et retours entre Charleroi et Bruxelles, où vit une de ses soeurs. Les policiers l’avaient manqué de peu à plusieurs reprises, notamment une fois à Dampremy.

Mais, dans la nuit de jeudi à vendredi, c’était la bonne pour la PJ.

Le fugitif venait de monter dans un véhicule et prenait la direction du petit ring de Bruxelles quand les policiers l’ont interpellé. Abdellah Mostefa n’a pas opposé de résistance.

Il a comparu ce vendredi matin devant la juge d’instruction Martine Michel, pour en ressortir avec une inculpation d’association de malfaiteurs, de vol avec violence de voiture et de prise d’otage d’un agent pénitentiaire.

Des inculpations qui s’inscrivent dans le cadre de son évasion de la prison de Jamioulx, le 31 juillet 2011. Il devra également répondre d’une tentative d’évasion, de la prison de Mons, cette fois, commise quelques mois plus tôt.

« C’est un autre homme que celui qui s’est évadé en juillet 2011, je lui ai trouvé plus de maturité, i lest prêt à tout assumer », a encore déclaré Me Donatangelo, qui était l’avocat du jeune homme lors du procès d’assises de 2010.

Abonnement La Meuse, La Nouvelle Gazette, La Province, Nord Eclair et La Capitale