Nafissatou Thiam est la Liégeoise de l’année 2017 (video)

« Liégeoise de l’année 2017 » : ce titre, Nafissatou Thima l’a non seulement emporté haut la main aux votes individuels mais également aux votes du jury composé de journalistes des rédactions de La Meuse, la RTBF-Liège et RTC, les deux partenaires de l’opération.

Malgré son emploi du temps plus que chargé, elle a écourté son entraînement du lundi à Rocourt pour rejoindrela Cité Miroir de Liège, là où s’est déroulée ce lundi soir la 29ème cérémonie de remise du prix du Liégeois de l’année. « Je suis tout de même allée à l’entraînement plus tôt, on ne peut pas écourter », sourit-elle. Un prix de plus qui finira sur l’étagère de sa maman, « moi, je garde les médailles », avoue la jeune femme avec un grand sourire. Namuroise d’origine, Nafissatou est arrivée en kot à Liège à l’âge de 17 ans et elle se dit fière de pouvoir désormais compter le titre honorifique de « Liégeoise de l’année 2017 » parmi ses attributions.

Sportif de l’année

L’athlète de 23 ans, qui fait partie du RFCL-Athlétisme, a passé la barre mythique des 7.000 points l’an dernier dans sa spécialité : l’heptathlon. Après sa médaille d’or aux Jeux Olympiques, elle a été sacrée championne du monde l’an dernier et a été élue « athlète de l’année » par la Fédération Internationale d’athlétisme.

Elle l’a emporté devant les deux autres « monstres » du sport liégeois actuels que sont David Goffin, qui est passé l’an dernier à la septième place au classement du tennis mondial, et Philippe Gilbert qui a remporté l’an dernier le Tour des Flandres et l’Amstel Gold Race.

Manager de l’année

Dans la catégorie économique, c’est Thomas Mémurlin, un des deux patrons avec Roberto Navarro de la chaîne de restaurants « Huggy’s Bar », qui l’emporte. En cinq ans, les deux étudiants des HEC-Liège ont déjà ouvert sept restaurants de burgers, dont deux à Bruxelles. Il devance le chocolatier de Vaux-sous-Chèvremont, Jean Galler, qui a effectué une belle percée au Japon l’an dernier et Bernard Serin, le patron de CMI, qui a fêté l’an dernier avec fastes les 200 ans de l’arrivée de John Cockerill à Seraing.

Artiste de l’année

Côté culture, Martine De Michele, metteur en scène serésienne, a réalisé un carton dans la communauté italienne liégeoise en racontant l’histoire des « Fils de Hasard, Espérance et Bonne Fortune » dans une pièce de théâtre qui n’a pas désempli l’an dernier. Elle l’a emporté devant Adrien François, l’organisateur du Festival du Film de Comédie de Liège et Sarah Grosjean, la comédienne qui joue la « Pouf » dans le Grand Cactus.

Pierre Ligot et Adrien François. Thomas Van Ass

Citoyen de l’année

Enfin, dans la catégorie « Citoyen de l’année », c’est le neurologue de l’université de Liège, Steven Laureys qui a été plébiscité. L’an dernier, il a remporté le prestigieux prix Francqui car il est un spécialiste mondial de l’étude du coma. Retenu à Milan, ce sont ses deux enfants qui sont venus rechercher son prix.

Il était confronté au réalisateur Thierry Michel qui a été mis à l’honneur partout dans le monde pour son film « L’homme qui réparait les femmes ».

Et à Michaël Gillon, l’astrophysicien de l’université qui a découvert sept nouvelles exoplanètes dans l’univers.

Un magnifique panel et de beaux lauréats pour une soirée qui a réuni une centaine de personnes à la Cité Miroir. Un « Liégeois de l’année » qui fêtera ses 30 ans l’an prochain.