Port de la burqa: elle conteste son P.-V.

Fahiza portait un niqab comme celui-ci.

Fahiza portait un niqab comme celui-ci.
    Lorsque le port de la burqa va jusqu’à se transformer en bras de fer... C’est à un vrai litige que l’on assiste entre Fahiza (prénom d’emprunt), 29 ans et la zone de police Montgomery (Etterbeek, Woluwe-Saint-Pierre et Woluwe-Saint-Lambert).

    Rédaction en ligne

    Les faits? Juste avant les vacances d’été, chaussée d’Auderghem, à Etterbeek, Fahiza, une musulmane originaire de Schaerbeek, vient déposer ses enfants à l’école fondamentale islamique Al Ghazzali.

    Mais, surprise, des policiers de la zone l’y attendent. Ils s’approchent d’elle et lui présentent une amende. Motif? Fahiza porte la burqa, ou plutôt le niqab (un voile sur la tête et le visage qui ne laisse apparaître que les yeux) et contrevient au règlement de police qui prévoit que pour des raisons de sécurité publique, on ne peut sortir masqué dans la rue en dehors de la période du carnaval. “ La police est venue directement vers moi ”, nous confie Fahiza. “ C’est de l’acharnement parce que ce n’était pas la première amende que je recevais, sur Etterbeek et à cet endroit. ”

    Elle conteste

    Le premier P.-V., d’un montant de 35 euros, n’a pas fait plaisir à Fahiza, qui l’a tout de même payé. Le second, lui, a atteint les 200 euros car il y a eu récidive.

    “ Je refuse de payer ce montant et je conteste cette procédure ”, nous déclare Fahiza qui a engagé un recours en octobre. L’audience est fixée par le tribunal de police au 4 février 2010.

    Une audience à laquelle cette musulmane née d’une mère belge assistera pour, dit-elle, “ défendre ”, ses droits. “ Si je conteste le règlement, c’est parce qu’il n’est pas clair. Pourquoi l’applique-t-on aux femmes comme moi et pas aux motards qui roulent avec un casque ”, ajoute Fahiza. “ Mon acte est un acte religieux, que j’ai entrepris de ma propre initiative. Je ne suis pas une fauteuse de troubles, je ne suis pas une terroriste. Je suis prête à dialoguer: j’ai envoyé un mail au bourgmestre d’Etterbeek pour qu’on puisse discuter. J’attends toujours sa réponse. ”

    Ce dernier, Vincent De Wolf (MR), se défend de toute stigmatisation et entend simplement faire respecter le règlement. K. F.