6 Belges sur “ Mars ”: l'explication du projet

 Mars society

Mars society
    Pendant quinze jours, à partir de ce lundi 8 février, six Belges vivront comme s'ils étaient réellement sur la planète rouge. Chaque sortie s'effectuera en scaphandre.

    Yannick Hallet

    Vendredi, six Belges s'envoleront à destination du désert de l'Utah aux États-Unis. C'est là que la Mars Society, un organisme de passionnés financé en partie par la Nasa, a construit à 1.500 m d'altitude une station d'exploration “ martienne ”. Le bâtiment et ses infrastructures permettent de simuler les conditions de vie que devront affronter les premiers hommes à poser le pied sur la planète rouge. L'équipe de cette 90e mission sera entièrement belge. Une première. Trois Wallons et trois Flamands travailleront ensemble. Le commandement sera réparti à tour de rôle entre les deux communautés linguistiques. Animateur à l'Euro Space Center, Pierre-Emmanuel Paulis, assurera la direction des opérations pendant une semaine. L'équipe testera du matériel, exécutera des expériences scientifiques et consacrera une partie importante de son temps à la pédagogie. “ Nous serons en contact téléphonique avec une vingtaine d'écoles et d'associations. ”

    Aliments lyophilisés

    Hormis de très rares exceptions comme alimenter le groupe électrogène, les sorties en dehors de l'habitacle s'effectueront exclusivement en scaphandre. “ Les anciens modèles pesaient 13 kg. Nous verrons comment seront les nouveaux ”, explique Pierre-Emmanuel Paulis. L'un des temps forts sera l'expérimentation du VRP, conçu par un Français Alain Souchier. Ce robot équipé d'une caméra doit descendre le long de parois rocheuses repérer les endroits intéressants pour y envoyer un astronaute. Lors de ses déplacements, l'équipe sera guidée par des photos satellites. “ Nous devrons essayer de repérer de présumées grottes afin de les localiser pour les missions suivantes ”, dit le commandant adjoint. Les Belges seront nourris par un diététicien américain avec des aliments lyophilisés. Le spécialiste étudiera leur rendement en fonction de la nourriture absorbée. Il ne sera pas question de gaspiller l'eau. Elle sera limitée à 3 litres par personne par jour, toilette comprise. La Loterie Nationale a donné un coup de pouce financier (16.500€) à cette expédition qui s'achèvera le 22 février.