Visas supprimés dans l’UE: les immigrés des Balkans affluent

Photo d’illustration, Photo News

Photo d’illustration, Photo News
    La Belgique fait face à un “phénomène d’immigration soudaine” d’albanophones en provenance de Macédoine et de Serbie, à la suite de la suppression de l’obligation de visa dans l’Union européenne pour ces pays, s’est inquiété jeudi son Premier ministre, Yves Leterme.

    Rédaction en ligne

    “Des vagues de plusieurs centaines de ressortissants en provenance de ces deux Etats quittent leur territoire en autobus pour se rendre en Belgique, où ils espère pouvoir bénéficier des aides accordées aux demandeurs d’asile”, affirme M. Leterme dans une lettre à la commissaire chargée des dossiers d’immigration, Cecilia Malmström.

    Dans la seule journée de lundi, 256 personnes d’origine macédonienne et serbe ont demandé l’asile aux services belges, souligne le chef du gouvernement, qui évoque un phénomène similaire en France. Ce problème fait suite à la libéralisation du régime des visas à l’entrée dans l’UE pour la Serbie, la Macédoine et le Monténégro, depuis le 19 décembre, a-t-il affirmé.

    Selon lui, “cet afflux pose” à la Belgique “d’énormes difficultés matérielles”, car les centres d’accueils des demandeurs d’asile sont déjà surchargés.

    “Vous serait-il possible d’examiner si la Commission européenne est en mesure de prendre des décisions ou des actions qui permettraient de limiter les conséquences néfastes de la libéralisation du régime européen des visas dans ce cas d’espèce?”, ajoute M. Leterme.

    M. Leterme et le secrétaire d’Etat à l’Asile et l’Immigration, Melchior Wathelet, se rendront le 8 mars en Macédoine, au Kosovo et en Croatie afin d’aborder cette question avec les autorités locales. M. Wathelet a souligné jeudi devant la Chambre des députés que, outre la fin de l’obligation de visa pour les ressortissants de Serbie et de Macédoine, le phénomène était dû à l’existence d’une “véritable filière qui diffuse de fausses informations”.

    Des campagnes d’information vont être lancées dans les pays concernés et M. Leterme abordera cette question avec son homologue serbe Mirko Cvetkovic lundi prochain à Bruxelles, selon M. Wathelet.