Neuf meurtres rituels d'enfants albinos au Burundi

Leurs organes servent à la confection de grigris Photo News

Leurs organes servent à la confection de grigris Photo News
    "La population a découvert hier (dimanche) le corps d'un garçon albinos de huit à dix ans, qui a été tué et dont les bras et les jambes ont été coupés", a rapporté à l'AFP Geneviève Ntawiha, administrateur de la commune de Muruta. Ce crime porte à au moins neuf le nombre d'albinos tués ces cinq derniers mois au Burundi.

    Rédaction en ligne

    "On a retrouvé ce corps affreusement mutilé dans une rivière (...) et pour le moment, l'enquête en cours n'a pas encore permis d'identifier le corps, ni les circonstances exactes de ce meurtre", a-t-elle expliqué.

    Un garçon albinos a été tué et mutilé dans le nord du Burundi, dernier cas d'une série de meurtres rituels visant les albinos dans ce pays et en Tanzanie voisine, a-t-on appris lundi de source administrative. Ce nouveau meurtre a eu lieu dans la commune de Muruta, dans la province de Kayanza (environ 90 km au nord de la capitale Bujumbura).

    Ces informations ont été confirmées par des sources judiciaires à Kayanza, qui estiment que "ce garçon a été tué récemment puisque le corps n'est pas encore totalement abîmé".

    Le 24 février, un autre garçon albinos de six ans avait été tué et mutilé dans la même province de Kayanza, et ses assassins n'ont toujours pas été retrouvés.

    Ce nouveau crime porte à au moins neuf le nombre d'albinos tués ces cinq derniers mois au Burundi, alors qu'un dixième est porté disparu.

    Ils surviennent dans un contexte de recrudescence des crimes rituels à l'encontre des albinos, leurs membres ou leurs organes étant notamment utilisés pour leur pouvoir soi-disant magique par des sorciers en Tanzanie pour confectionner des grigris porte-bonheur à l'attention des chercheurs d'or notamment.

    Les albinos souffrent d'une maladie génétique caractérisée par une absence de pigmentation de la peau, des poils, des cheveux et des yeux.

    Ils sont victimes de discriminations dans de nombreuses régions d'Afrique.