Armée: un soldat belge sur cinq est trop gros

Certains devraient un peu plus veiller à leur poids... belga

Certains devraient un peu plus veiller à leur poids... belga
    Un soldat belge sur cinq affiche un surpoids. Et plus le grade d’un militaire est élevé, plus il mange et vit sainement. Telle est la conclusion du spécialiste en alimentation Patrick Mullie (KUL) à l’issue d’une enquête menée auprès de 5.000 militaires.

    M.DQ

    Un surpoids a donc été constaté chez 19,5 % des soldats, 15 % des sous-officiers et 5,6 % des officiers. Pour ce qui est de la consommation de tabac, ces taux sont respectivement de 29,5 %, 19,7 % et 12,7 %. “ Ces résultats m’ont un peu étonné ”, explique Patrick Mullie. “ Les militaires ont un travail et un avenir assuré. Ils peuvent faire du sport pendant leurs heures de service et vivre sainement. Et pourtant, ils ne le font pas. Ou pas assez. ”

    accidents cardiaques

    La combinaison surpoids-tabac-mauvaises habitudes alimentaires s’avère un cocktail détonnant. L’auteur de l’étude note que 18,4 % des soldats présentent un risque d’au moins 5 % d’être confronté à de graves problèmes de santé dans les dix ans venir. Comprenez un accident cardiaque. Ce pourcentage s’établit à 18,2 % pour les sous-officiers et chute à 8,5 % pour les officiers.

    Question: pourquoi les plus hauts gradés vivent-ils plus sainement? “ Parce qu’ils sont davantage au courant des principes d’une vie saine et qu’ils disposent de plus de moyens pour acheter de la nourriture saine ”, répond Patrick Mullie.

    Notre armée entend bien donner une suite à son étude. Elle lancera sous peu un programme diététique version digitale. Impossible en effet de faire suivre chaque militaire par un diététicien. Mais comme ce programme ne résoudra pas tout, la Défense, dès l’an prochain, offrira des repas adaptés dans ses restaurants. L’objectif n’est pas de faire fondre ceux qui présentent un surpoids mais d’au moins prévenir l’obésité.