Le foulard islamique autorisé pour une jurée

Une femme voilée aux assises.

Une femme voilée aux assises.
    Le foulard islamique a fait son entrée, lundi, dans notre plus haute juridiction pénale. Pour la première fois, une femme de confession musulmane a été admise dans un jury d’assises, en gardant son voile.

    Rédaction en ligne

    Lors du tirage au sort des jurés, cette jeune femme n’a sollicité aucune dispense pour remplir son rôle civique. Et il n’y a pas eu de demande de récusation de la part de l’avocat général.

    Mais au moment où elle s’installait comme 14e jurée suppléante, la présidente de la Cour a invité la dame, soit à enlever son foulard pour siéger, soit à se retirer. L’usage veut, en effet, que l’on soit découvert aux audiences.

    À la partie civile, Me Réginald de Béco s’est levé pour demander avec fermeté que cette jurée soit maintenue. Invoquant la convention des Droits de l’Homme, il a surtout plaidé “ qu’un jury est censé représenter la population, et que cette jurée en fait partie. ” Ô ironie, l’avocat a récemment porté ce problème devant la cour de cassation, où sa cliente a comparu... voilée. Arrêt sur photo!

    “ Vous faites comme vous l’entendez ”, a finalement tranché la présidente Karin Gérard.