Mgr Harpigny: "Il y a de quoi craindre l'Islam"

M<SUP>gr</SUP> Harpigny:

(Bernard Libert)

“ Si l'on s'en réfère à l'Histoire, il y a de quoi craindre l'islam ”. C'est en substance l'inquiétante analyse qu'a faite Mgr Guy Harpigny, évêque de Tournai, lors des Etats généraux du christianisme, organisés au début du mois à l'Université de Lille.

Rédaction en ligne

Publié le 25/10 à 09h13

L' avis du prélat était très attendu. Mgr Harpigny est en effet membre du Conseil pontifical du dialogue interreligieux et grand connaisseur de l'islam: il y a consacré sa thèse de doctorat en théologie, il est diplômé d'arabe de l'Institut catholique de Paris et a travaillé à l'Institut dominicain d'études orientales du Caire.

L'évêque de Tournai n'a pas usé de la langue de bois et a pris le risque de bousculer le “ politiquement correct ” pour exposer son constat...

Mgr Harpigny a remonté l'Histoire pour énumérer des agressions de l'islam contre l'occident: conquête de l'Espagne (XIIIème siècle), prise de Constantinople (1453) entraînant le schisme des Églises d'Orient, pirates barbaresques écumant la Méditerranée, impérialisme turc... On en frémit encore!

Mais pas de panique, tout ça c'est du passé, direz-vous... Que nenni! L'évêque de Tournai n'est guère plus rassurant sur le présent...

Les musulmans sont venus d'ailleurs, d'où le racisme, constate-t-il. Ils ont, selon lui, une culture imperméable à la culture européenne occidentale, en matière de famille, de façon de s'alimenter et de s'habiller.

Il poursuit en constatant que les musulmans ont une capacité d'engendrer des enfants nettement supérieure à celle des Européens de souche: ils pourraient dès lors constituer la majorité à Bruxelles dans les cinq ans à venir. Selon lui, en certains endroits à Bruxelles ou Anvers, ils mettent à mal l'autorité de l'Etat...

Il serait injuste de caricaturer les propos de Mgr Harpigny mais des mots évoquant une culture imperméable à la nôtre, des façons différentes de se nourrir, de s'habiller, un mépris de l'autorité légitime, la “ capacité supérieure d'engendrer des enfants ” évoquent un vocabulaire en vogue ailleurs que dans l'Eglise...

On ne fera cependant pas de mauvais procès à l'évêque de Tournai puisqu'il conclut en appelant au dialogue entre communautés dans le respect des Droits de l'Homme. On lui accordera au contraire le mérite d'énoncer des réalités sans périphrases. C'est sans doute le meilleur moyen de donner raison au pape Jean-Paul II dont les premières paroles avaient été “ N'ayez pas peur ”.