Une jeune touriste belge a vécu l’enfer en Australie

La jeune Belge.
La jeune Belge. - DR

En février 2017, il avait répondu à l’annonce de Davine A. (24), une randonneuse qui cherchait du travail agricole. Bristow s’était inventé une société et était allé la chercher à un arrêt de bus où il lui avait donné rendez-vous.

Le calvaire de la Flandrienne avait commencé dès son arrivée dans sa ferme située à Meningie, à 150 km au sud-est d’Adélaïde. Il l’avait emmenée dans une porcherie désaffectée et, sous la contrainte d’une arme factice, il lui avait demandé de se déshabiller. Les jurés ont appris qu’il lui avait ensuite ligoté les poignets et les chevilles.

Sous la menace, il l’a violée à plusieurs reprises. L’homme qui nie les faits lui aurait demandé de l’aimer car, lui, il était « gentil ». Il la protégerait, affirmait-il encore, d’autres personnes qui pourraient venir la frapper et la marquer comme un animal.« À part se mettre en boule et replier ses jambes, sa victime ne pouvait rien faire », explique l’avocat de Davine, Me Foundas. Cette porcherie était située à quelques centaines de mètres de la ferme familiale de Bristow.

Gene Charles Bristow.
Gene Charles Bristow. - DR

La Belge avait dû son salut à son téléphone portable. Elle avait pu alerter les siens en Belgique. Ces derniers avaient alors appelé la police qui était parvenue à la localiser à l’aide d’un système GPS.

Les enquêteurs ont retrouvé l’arme factice dans un enclos ainsi que des chaînes jetées dans un puits, près de la porcherie. Des câbles portant l’ADN de Bristow et de la Belge ont aussi été retrouvés, selon un journal australien.

L’avocat de la défense, Me Healy, rejette ces accusations en affirmant que la jeune femme n’a jamais été retenue contre son gré et qu’il n’y a eu aucun contact sexuel.

Notre sélection vidéo