Les scientifiques de la NASA se passionnent pour cette île apparue au beau milieu du Pacifique il y a quatre ans (photos)

Photos
Les scientifiques de la NASA se passionnent pour cette île apparue au beau milieu du Pacifique il y a quatre ans (photos)
Photos : Blog NASA / Capture d’écran Google Maps

C’est un phénomène rarissime, qui n’est survenu que trois fois au cours des 150 dernières années. Une île a émergé, suite à une éruption volcanique, dans l’archipel des Tonga, et plus précisément près des îles Hunga Tonga et Hunga Ha’apai, nous apprend un blog de la NASA. À ce jour, elle n’a pas de nom officiel, et est donc nommée par l’association de ces deux îles : Hunga Tonga-Hunga Ha’apai, ou simplement HTHH.

Le plus surprenant est que cette île soit parvenue à survivre à l’érosion des vagues plusieurs mois, depuis janvier 2015. Plus intéressant encore, la vie s’y est installée, à commencer par la végétation (voir photo ci-dessous). Côté animaux, une chouette effraie y a été aperçue, en plus de nombreuses sternes fuligineuses.

La constitution minérale de cette île intrigue également les scientifiques de la NASA qui s’y sont rendus, et qui étaient « comme des enfants », à l’idée de découvrir cette terre sauvage, en octobre. Les premières constatations de l’un d’eux à propos du sol, Dan Slayback, sont celles-ci : « Je n’appellerais pas ça du sable. Les graviers font la taille de petits pois. Et puis il y a de l’argile qui descend du sommet de l’île, détaille-t-il. Sur les images satellites, vous apercevez cette zone claire : c’est de la boue, une boue d’argile de couleur claire. C’est très collant, et même si nous l’avons vu, nous ne savons pas vraiment ce que c’est. Je suis encore un peu dérouté et j’aimerais savoir d’où ça vient, car ce n’est pas de la cendre. »

Mais combien de temps durera-t-elle ? Ce type de phénomène ne dure généralement que quelques mois, avant que l’île ne finisse par disparaître. En 2017, la NASA tablait sur une fourchette large, avec une durée de vie estimée entre 6 et 30 ans. « Elle s’érode beaucoup plus rapidement que prévu à cause des pluies », a témoigné Dan Slayback, qui a pu s’en rendre compte sur place. Mais l’essentiel était d’effectuer des prélèvements sur le sol de HTHH, car sa constitution pourrait être semblable à celle de Mars, il y a plusieurs millions d’années.

Notre sélection vidéo