Abonnez-vous pour 1€

«Gilets jaunes» à Mons: des pétards chez Di Rupo, une trentaine de personnes arretées (photos + vidéo)

L’appel au rassemblement avait été lancé sur les réseaux sociaux. « Nous peuple européen jaune, nous vous annonçons l’acte 2 de Mons, « Réconciliation, Free Hugs ». Nous manifesterons pacifiquement pour nos revendications, nos droits les plus légitimes et constitutionnels. Nous voulons une réconciliation avec tout le peuple, les commerçants, les non Gilets jaunes, les forces de l’ordre, toutes les personnes et communautés que nous n’avons pas nommées  », peut-on lire dans un message partagé en masse. Le rendez-vous était fixé samedi après-midi, à 14h30.

Les manifestants ont pris la direction de la gare de Mons.
Les manifestants ont pris la direction de la gare de Mons. - J.C.

Des Gilets jaunes, de plusieurs coins de la Belgique, ont répondu à l’appel. Certains venaient de Mons, de Charleroi, de Namur, et même de plus loin, de Dinant et de Marche-en-Famenne.

À 15 heures, les manifestants, qui n’étaient pas très nombreux, ont pris la direction de la gare de Mons. Plusieurs d’entre eux étaient même accompagnés de leur compagnon à quatre pattes. Sur le chemin, les Gilets jaunes ont bien entendu lancé des pétards. Il y en a même qui brandissaient des fumigènes. C’était toujours au niveau de la gare montoise. Avec humour, certains ont même perturbé quelques secondes la circulation des transports en commun.

Concrètement, ils se sont mis devant un bus hors service, qui était suivi par des collègues. Au final, les manifestants ont libéré rapidement le passage. Ils scandaient en chœur : « Gilets jaunes, tous ensemble, tous ensemble ! » Un automobiliste a même salué leur action à l’entrée de la rue Léopold II. En marchant, les manifestants continuaient à lancer des slogans à tout-va : « On est chez nous ! On est chez nous ! », ou bien, « Vous êtes là pour marcher ou vous faire entendre ? »

À 15h30, le groupe avait rejoint le piétonnier montois. Un motard de la police suivait l’attroupement (d’autres véhicules de police se trouvaient à proximité). Un riverain a même commenté leur passage : « Chahuter, nous sommes des citoyens ! » Quinze minutes après, ils étaient déjà arrivés sur la Grand-Place de Mons. Plusieurs Gilets jaunes ont pris la direction du jardin du Maïeur, derrière l’hôtel de ville. Le groupe a bien failli être divisé à ce moment-là, le climat entre les manifestants était quelque peu tendu. Un peu plus tard, les Gilets sont passés par la rue du 11 Novembre, devant le domicile d’Elio Di Rupo. Parmi eux, certains ont frappé à plusieurs reprises à la porte de l’ancien bourgmestre de Mons avant de lancer des pétards par sa boîte aux lettres…

À 16h30, les manifestants reprenaient la direction de la gare. Une heure plus tard, la police montoise ne constatait aucun débordement mis à part l’incident survenu au domicile d’Elio Di Rupo. Mais la situation s’est envenimée dans la soirée. Les forces de l’ordre ont bloqué la place Régnier au Long Col à la rue des Barbelés. Des autopompes se trouvaient sur place, tout un quartier était fermé à la circulation.

Une trentaine de Gilets jaunes arrêtés !

Rappelons qu’un quartier, de la place Régnier au Long Col à la rue des Barbelés, s’est retrouvé complètement fermé durant cette intervention. Peu avant 20 heures, les forces de l’ordre étaient occupées à ramener les personnes interpellées au commissariat. La manifestation avait pourtant bien commencé, malgré des pétards et des fumigènes parfois lancés dangereusement. Il n’y avait eu aucun débordement comme au dernier rassemblement où 400 Gilets jaunes s’étaient réunis le 12 janvier. Mais la situation semble avoir dérapé en soirée vu que des autopompes ont dû intervenir.

Une trentaine de Gilets jaunes ont été arrêtés
Une trentaine de Gilets jaunes ont été arrêtés - D.R.

Notre sélection vidéo