Abonnez-vous pour 1€

Un mercredi noir s’annonce ce 13 février en raison de la grève nationale: le point région par région sur les secteurs impactés

Un mercredi noir s’annonce ce 13 février en raison de la grève nationale: le point région par région sur les secteurs impactés
Belga image

Région de Liège

Bus: « Aucun bus ne circulera, affirme Dona Balbo, la responsable CGSP du dépôt de Robermont. Il y aura de toute façon des piquets devant tous les dépôts. »

Train: Aucun train non plus ne devrait circuler, du moins en Wallonie. Des messages sont diffusés toutes les heures dans les gares : « Fortes perturbations prévues entre le mardi 22 heures et le mercredi 13, même heure. »

Avion: Vu que Belgocontrol sera en grève, aucun avion n’atterrira ou ne décollera de Liège Airport, paralysant ainsi toutes les entreprises de fret aérien. TUI-Fly a annoncé qu’elle détournerait ses vols vers les aéroports voisins de la Belgique.

Poste: Pas d’activités dans les centres de tri et aucune distribution de courrier n’est prévue.

Grande distribution:« Nous avons déjà les accords des syndicats de Carrefour, Delhaize, Lidl, d’une majorité d’Aldi et de plusieurs Colruyt comme ceux de Seraing, Ans ou Grâce-Hollogne », reprend Jean-Marc Namotte.

Galeries commerciales: les syndicats prévoient des piquets de grève aux entrées de Belle-Ile, Cora, Saint-Lambert, Médiacité et Basse-Campagne à Herstal.

Commerces de détail: « Il ne devrait pas y avoir de piquets volants pour aller fermer les petits commerces. Note but n’est pas d’embêter les gens, mais de signifier notre mauvaise humeur à tous les partis qui formeront le prochain gouvernement. »

Grandes entreprises: Toutes celles qui comptent au moins une délégation syndicale (plus de 50 travailleurs) devraient être fermées. Comme ArcelorMittal, la FN, Safran AeroBoosters, AB Inbev, Chaudfontaine…

Zonings fermés: Des piquets de grève routiers seront installés aux entrées de tous les gros zonings industriels : Hauts Sarts, Liege Logistique à Bierset, Grâce-Hollogne, etc.

Écoles: Il n’y aura pas de piquet devant les écoles, elles seront ouvertes mais perturbées par certains professeurs qui décideront de se déclarer en grève.

Hautes Écoles: Des piquets sont à prévoir devant certaines écoles, en province de Liège. Mais c’est surtout l’enseignement supérieur qui devrait être visé. Particulièrement concernées: les Hautes écoles pédagogiques. L’accent sera mis sur les liégeoises avant tout: les Rivageois, Sainte-Croix et Jonfosse. Saint-Roch Theux et l’école normale de Verviers semblent moins concernés.

Mais un certain nombre de profs devraient se croiser les bras, dans divers établissements, aux autres niveaux. Surtout dans le secondaire. «La grève a l’air bien suivie», estime Frédéric Straet, secrétaire régional enseignement CGSP pour Welkenrtaedt et Eupen, «Dans les plus gros athénées, il manquera beaucoup d’enseignants». Mais il n’a pas reçu d’informations de directions qui voudraient fermer pour autant. Il s’attend aussi à de nombreux grévistes dans le primaire et le maternel. «Mais globalement, c’est souvent moins suivi à ces niveaux».

À la CSC, Fabien Crutzen estime que certaines écoles libres liégeoises seront quasi totalement à l’arrêt: à Hermalle-sous-Argenteau, Herstal, Alleur… Côté verviétois, certains établissements ont prévu une information et la distribution de tracts les jours précédant la grève. Ce qui était prévu ce lundi à SFX1, par exemple.

Administrations publiques: la plupart des administrations communales, provinciales, régionales et fédérales devraient être fermées, en tout cas dans les grandes villes comme Liège, Seraing ou Herstal.

Hôpitaux: tous les hôpitaux devraient être en activité réduite, surtout pour les consultations. « Tous les patients dont l’opération ou la consultation ont été postposées ont été prévenus, explique Louis Maraite, le porte-parole du CHU. S’ils n’ont pas été contactés, c’est que leur rendez-vous est maintenu. »

La région de Verviers

Pour ce qui est des bus du TEC Liège – Verviers, le front commun étant de mise, rien ne devrait sortir des dépôts liégeois, mais aussi de Stembert (Verviers) et Eupen. Par contre, les lignes privées devraient circuler. A ceci près que la 138 n’irait pas jusqu’à Liège, mais s’arrêterait à Fléron, au départ de Verviers.

Dans les entreprises d’une certaine dimension, nombre de fermetures sont à prévoir. Les syndicats comptent placer des piquets aux entrées et issues des zonings de Petit-Rechain – Chaineux, Eupen, Aubel (notamment pour Dufrais, Detry et Lovenfosse) et Eupen, dès 5h. Au gros zoning des Plenesses, c’est moins sûr, pour l’ensemble du site. Tout dépendra du nombre de délégués mobilisés et mobilisables ailleurs que dans l’implantation où ils travaillent. Ici, on semble se diriger vers des piquets volants. En dehors des zonings, certaines grosses entreprises devraient être inaccessibles, comme Spa-Monopole, la Laiterie de Walhorn ou la biscuiterie Delacre à Lambermont. A Welkenraedt, Emerson et Hexcel devraient être fermés, comme la Câblerie d’Eupen, dans la ville basse, Hydro (à Raeren), NMC (à Eynatten) ou Heimbach (à La Calamine).

Une action est prévue devant le bâtiment Proximus à Eupen, selon Jochen Mettlen, porte-parole de la CSC.

Pour ce qui est des services publics, les auditions ont été annulées à l’ONEM à Verviers. Le Forem devrait aussi afficher porte close, dans la même ville.

Les hôpitaux seront en service minimum, selon Alain Bodson, permanent interprofessionnel CSC à Verviers. Idem pour les maisons de repos, comme un dimanche, indique Thierry Gilson, permanent CSC. La Cité de l’espoir, à Andrimont, devraient suivre la même voie, indique Nicolas Cahay, permanent CSC.

Des piquets sont à prévoir devant certaines écoles. Mais c’est surtout l’enseignement supérieur qui devrait être visé. Particulièrement dans le collimateur : les Hautes écoles pédagogiques. Mais un certain nombre de profs devraient se croiser les bras, dans divers établissements, aux autres niveaux.

Côté administrations, la situation pourrait être contrastée car, souligne Marc Renard, de la CSC, le secteur public n’est pas concerné par la norme salariale. Certains membres du personnel devraient débrayer à titre individuel, en étant couverts, sans pour autant qu’il y ait blocage de leur service.

Les chemins de fer devraient être très perturbés, mais ce lundi matin, il était encore difficile d’y voir clair. « Je ne sais pas si le service minimum sera assuré », expliquait Thierry Coune, permanent CGSP cheminots à Verviers.

Pour la poste, le secrétaire régional CGSP Verviers – Liège – Eupen, Michel Reiter prévoit des perturbations. Néanmoins, il estime que les journaux seront distribués. « On ne pousse pas à la grève. Mais celui qui voudra la faire, pourra le faire », explique-t-il.

Rayon commerces, les plus grandes surfaces pourraient être fermées. Néanmoins, de source syndicale, il nous revient que la mobilisation est plus difficile dans les magasins intégrés (soit dépendant directement de la marque) Delhaize et chez Colruyt que dans les Carrefour intégrés. Les Aldi et les Lidl, où le personnel est moins nombreux, devraient être moins impactés, prévoit Marc Lincé, permanent SETCA à Verviers.

Des centres commerciaux devraient être plus globalement touchés. En principe pas Crescend’eau, à Verviers, mais, côté Liégeois, Marc Renard évoque des mouvements du côté de la Médiacité et de la Galerie Saint-Lambert à Liège, du Cora de Rocourt, d’Ikea Hognoul et de Belle-Île.

Région de Mons-Borinage

Bus : le TEC Hainaut estime qu’à Mons, seulement 10 % des services seront assurés. Même chose sur le Borinage et sur le Centre. Sur le Hainaut occidental, 50 % des services devraient être assurés. « L’espace de TEC » de Mons sera ouvert de 8 à 17h.

Zonings : les zonings industriels seront les plus mobilisés, prévoit Jean-Marc Urbain (CSC Mons-La Louvière), comme, dans notre région, celui de Ghlin-Tertre. Pas de blocage des routes, dit-il. Les secteurs du commerce, des soins de santé et des transports en commun seront aussi impactés, prévient-il.

Le centre logistique de H&M dans le zoning de Ghlin sera bloqué dès 4h du matin, pour empêcher le départ des camions, et jusqu’à 16h, annonce-t-on de source syndicale. Une action en front commun.

Hôpitaux : impact variable selon les établissements. À Ambroise Paré (Mons), on prévoit peu de perturbations. « Le taux de participation aux mouvements de grève est habituellement peu élevé chez nous ; aucun blocage n’est annoncé et nous prévoyons un fonctionnement tout à fait normal mercredi », dit le service de presse de l’hôpital. Il n’y a pas eu de report de rendez-vous (à ce stade du moins) des consultations et soins non urgents.

Chez Epicura, la situation différera d’un site à l’autre, précise la porte-parole du groupe hospitalier. A Baudour, le bloc opératoire fonctionnera comme un dimanche (c’est-à-dire que seules les interventions urgentes seront réalisées). A Hornu, service de dimanche au bloc opératoire, en imagerie médicale (radio, IRM, etc.) et aux consultations. Les patients dont le rendez-vous est reporté sont avertis. Bien entendu, les urgences et les unités de soin fonctionneront normalement.

Enfin, au CHR Mons-Hainaut (Saint-Joseph et Warquignies) certaines consultations ont été reportées et le programme opératoire a été allégé mais la majorité des unités fonctionneront normalement. «On a fait l’état des lieux mercredi passé, après avoir demandé aux travailleurs qui souhaitait partir en grève. Dans le personnel soignant, la participation à la grève sera limitée à environ un sur dix ; dans les autres fonctions (entretien, services de support) cela varie de 30 à 50 %», explique Laurence Jacquet, directrice du département infirmier.

Ecoles et accueil extra-scolaire: les syndicats n’appellent pas les enseignants à la grève, mais ils couvriront les débrayages. Rappelons que même en cas de grève, les écoles sont en tout cas tenues d’assurer l’accueil des élèves. Il n’en va pas de même pour les services d’accueil extra-scolaire. Par exemple Elea a averti les parents qu’elle ne serait pas en mesure de prendre les enfants en charge ce mercredi.

Commerce: tous les supermarchés «intégrés» devraient rester fermés mercredi: Cora, Carrefour, Delhaize... C’est en tout cas l’ambition des syndicats, qui veulent organiser des piquets aussi devant les Colruyt, Aldi, Lidl... Les supermarchés franchisés (gérés par des indépendants) resteront, eux, plus que vraisemblablement ouverts. Il y aura des piquets à l’entrée des centres commerciaux: Grands Prés, galerie du Cora à Hornu et le «shopping» en face, de l’autre côté de la route, Wilson à Jemappes... Les syndicats voudraient aussi fermer Ikea.

Poubelles et parcs à conteneurs: l’Hygea communiquera à la veille de la grève l’impact qu’elle peut prévoit sur ses services.

Trains: à la SNCB, la période de grève court de mardi 22h à mercredi même heure. La SNCB prévoit que la moitié des trains environ rouleront mais c’est là une estimation vague à l’échelon national. L’impact risque d’être supérieur dans notre région. Les navetteurs sont invités à consulter le planificateur de voyages de la SNCB pour savoir si des trains assureront leurs trajets et pour en connaître les horaires.

Région du Centre

Ahmed Ryadi (FGTB Centre) et Jean-Marc Urbain (CSC Mons-La Louvière) l’ont annoncé. Les « actions en front commun syndical plus la grève nationale, cela prendra une tout autre dimension que la grève du 14 décembre ».

Concrètement, en région du centre :

Toute l’industrie sera à l’arrêt, avec piquets de grève un peu partout aux entrées des entreprises dans les zonings.

Les transports en commun, aussi bien les TEC que la SNCB, seront très sérieusement perturbés. Peu de véhicules circuleront.

La grande distribution sera fortement impactée

Pour le non-marchand, des services minimums et des services de garde seront mis en place

En ce qui concerne les services publics  : ils embrayeront de manière importante, y compris dans les écoles. Un certain nombre d’écoles seront même « fermées ». « Mais les enfants ne seront pas laissés à la rue », assure-t-on en précisant qu’un accueil est maintenu, « a priori », mais qu’il y aura « peu ou pas de cours ».

A priori, il y aura aussi des piquets à la commune de La Louvière, donc globalement le fonctionnement sera impacté.

Précision importante, « il n’y a, a priori, pas de blocage sur les routes et les ronds-points. On ne veut pas embêter les citoyens » nous dit-on.

Région de Charleroi

La région de Charleroi risque d’être à l’arrêt ce 13 février, jour de grève nationale

Ce sera la galère pour se déplacer. Pas de train et vraisemblablement pas de bus, ni de métro non plus. Le TEC Charleroi sera sans doute paralysé aussi. L’aéroport de Charleroi sera bloqué. Des piquets se posteront aux accès.

Grosse mobilisation des enseignants annoncée dans les écoles du libre et de l’officiel.

Service minimum dans les hôpitaux de la région, comme le GHDC et Marie Curie.

Des piquets annoncés devant les grandes entreprises et les parcs d’activités économiques (Courcelles, Fleurus, aéropole, Thuin…). Les banques resteront fermées.

La grande distribution et les centres commerciaux ciblés par les syndicats. Ce sera le cas pour Rive Gauche, City Nord, Ville 2…

Des actions de sensibilisations prévues à la prison de Jamioulx.

Région de Namur

La FGTB annonce une mobilisation importante sans pour autant de grands rassemblement ou de manifestations. Il y aura tout de même des blocages et des piques un peu partout.

En province de Namur, Eugénie Ledoux, secrétaire de la zone Namur-Luxembourg à la CGSLB, annonce que quelques grandes entreprises de la région seront bloquées. « Ce sera le cas de Materne, Mondelez, Ariston à Malonne ou encore Stûv. Mais nous ne bloquerons pas les rues ou les zonings ». Seules les entrées des entreprises sont donc ciblées. « Nous n’avons pas prévu d’autres mesures comme des cortèges en ville ».

Eugénie Ledoux ajoute encore que les plus petites entreprises devraient également être touchées. «  Beaucoup de gens qui travaillent dans les PME nous envoient des mails. Il y aura peut-être des grèves de travailleurs isolés ».

La FGTB annonce de son côté qu’il y aura aussi des piquets dans les zonings de la région namuroises. Dans les grandes chaînes de magasins, comme Carrefour, Delhaize, Lidl, H&M, Brico, Zara…, on peut s’attendre à des piquets.

Dans le zoning de Seilles (Andenne), on peut par exemple s’attendre à une mobilisation devant des entreprises comme Père Olive, les Fonderies Lecomte, Jumatt… A Keumiée (Sambreville), où se trouvent Carwall et Air Products, on devrait voir aussi un piquet de zoning. Il y en aura un aussi au zoning Crealys, aux Isnes (Gembloux). Des entreprises comme Ariston (Malonne), Stûv (Bois-de-Villers), Innovyn (Jemeppe-sur-Sambre) devraient aussi être fermées, tout comme le secteur des carrières en province de Namur.

En ce qui concerne les TEC, il est encore un peu tôt pour avoir une idée précise des perturbations. « Nous sommes seulement en train de collecter les informations sur l’intention des chauffeurs de participer, ou non, à la grève. Pour l’heure, 83 % des bus devraient rouler en province de Namur », commente Barbara Stecker. Néanmoins, ce chiffre doit encore faire l’objet de plusieurs mises à jour.

Un barrage filtrant sera installé près des Bas Prés, à Salzinnes, par des cheminots, avec distribution de tracts.

Dans les communes, la FGTB ne pouvait pas dire si toutes les administrations locales allaient fermer. A Namur, très certainement. Dans les plus petites entités, c’est moins sûr. Cela ne veut pas dire que des services ne pourraient pas être touchés par l’absence de certains agents.

Il y aura enfin un piquet à Malonne, devant le parc à containers du BEP. C’est le seul endroit où il y en aura un avec certitude mais pour la FGTB, les autres parcs à containers de la région namuroise risquent bien d’être fermés également mercredi.

Ce n’est pas une spécificité namuroise, mais comme partout, un accent va être mis devant les Proximus Center, étant donné l’actualité sociale : dans la région, ceux de Dinant, Namur, Flawinne… devraient être fermés.

Plus surprenant, un blocage des voies d’eau est prévu. Sur la Meuse, au niveau du pont des Grands Malades.

Enfin, un piquet de grève, avec une concentration plus importante, sera organisé devant le siège de l’UCM, à Wierde. Les syndicats veulent mettre la pression sur l’UCM, membre du groupe des Dix, alors que l’accent sera justement mis mercredi sur le salaire minimum et le pouvoir d’achat.

Province du Luxembourg

De nombreuses entreprises de la province de Luxembourg seront impactées ce mercredi, par la grève nationale. Des actions de grève seront notamment décrétées dans la firme Jindal (Virton), Eurolocks (Bastogne), Burgo (Virton), Proximus (Marche), EMI (Aubange), L’Oréal (Libramont), Autover (Bastogne), Carrefour (Marche et Arlon), certaines enseignes d’Aldi et de Lidl, les aides-familiales, Ampacet (Messancy), Magolux (Messancy), Ores (Aye), Ferrero (Arlon), Ter Beke (Marche), Saupont (Bertrix), Ikea (Sterpenich) ou encore Brico Plan-it (Messancy).

Huy-Waremme

Voici les informations sur les piquets de grève annoncés que nous avons pu récolter :

– Les entreprises Prayon et Knauf à Engis

– L’entreprise Mölnlycke à Waremme

– La base d’Intermarché à Villers-le-Bouillet

– Arcelor Mittal à Marchin

– Carrières et fours à chaux Dumont- Wautier à Saint-Georges

– Carrière Carmeuse à Moha (Wanze)

– Toutes les boutiques Proximus

– Des fermetures sont annoncées dans les grandes enseignes comme Lidl, Delhaize et Carrefour.

– Service minimum annoncé également au CHRH, le centre Hospitalier Régional de Huy et à la centrale nucléaire de Tihange

Région de Bruxelles

Aeroport de Zaventem : Brussels Airport invite les passagers à changer leur réservation car ils s’attendent à des perturbations comme des retards importants, des annulations de vols et des perturbations pour les bagages.

Stib  : C’est difficile d’estimer l’impact mais la Stib conseille à ses usagers de prendre leur disposition et de trouver une alternative. Dans la mesure du possible, la Stib tentera de mettre la priorité sur les grands axes.

Bruxelles propreté : Etienne Cornesse, porte-parole de Bruxelles-Propreté indique que « les agents de Bruxelles-Propreté qui feront grève mercredi seront couverts par le préavis des syndicats. Mais il est impossible de connaître le taux de participation au mouvement social pour l’instant car il n’y a pas d’obligation de se déclarer en grève préalablement chez Bruxelles-Propreté. On ne saura que mercredi matin comment les collectes seront assurées. Et s’il y a des perturbations dans les transports en commun évidemment il y aura des répercussions chez Bruxelles-Propreté. »

Le contrôle du stationnement sera perturbé :« Le contrôle du stationnement sera sans doute perturbé mais les managers des communes, gérées par parking.brussels, mettront les forces nécessaires sur le terrain pour assurer un contrôle minimum », nous explique Pierre Vassart, porte-parole de parking.brussels. Pour rappel, parking.brussels gère le contrôle du stationnement dans 7 des 19 communes bruxelloises (Anderlecht, Berchem-Sainte-Agathe, Evere, Forest, Ganshoren, Jette et Molenbeek-Saint-Jean).

Ecole et crèche à Berchem-Sainte-Agathe :

À l’appel de la grève nationale de ce mercredi 13 février, les repas chauds seront supprimés dans toutes les écoles.

L’accueil extrascolaire (matin-midi-après-midi) ne sera pas assuré dans les écoles maternelles et sera réduit dans les écoles primaires.

Les écoles francophones :

– Openveld FR : les cours seront assurés

– 7 étoiles : les cours seront assurés

– Les Glycines : les cours seront partiellement assurés (les élèves dont les parents n’ont pas la possibilité de garder leur enfant à la maison seront répartis dans les autres classes)

– Les Lilas : les cours seront partiellement assurés (les élèves dont les parents n’ont pas la possibilité de garder leur enfant à la maison seront répartis dans les autres classes)

Les crèches :

– Les Chatons et les Marmots seront ouverts

– Les Alcyons, les P’tits Loups et les Petits Dauphins fermés : tout le personnel en grève

Ganshoren

Dans la commune de Ganshoren en région bruxelloise, toutes les crèches communales seront fermées ce mercredi à cause de la grève.

L’école « Les Bruyères » toutes les enseignantes et accueillantes font grève, un avis a été remis aux parents disant que l’école conseillait vivement de garder les enfants à la maison ce jour-là si néanmoins, il n’est pas possible pour les parents de garder les enfants à la maison ce jour-là, ils pourront les déposer à l’école « Nos Bambins ». Un avis en ce sens sera placé sur la porte le matin de la grève. L’équipe de direction seront-elles bien présentes à l’école.

A l’école « Nos Bambins », seul les accueillantes font grève, les enseignantes encadreront donc tous les enfants de 8h30 à 12h00 (temps scolaires). L’école fermera ses portes à 12h00. La directrice sera présente.

Saint-Gilles

Cathy Marcus (PS), échevine du Personnel à Saint-Gilles : « Aucune action n’a été annoncé auprès du service du personnel communale, à l’exception des crèches communales ». Toutes les crèches communales de Saint-Gilles auront donc portes closes ce mercredi.

Forest

Suite à la grève nationale de mercredi, les services communaux de Forest seront ouverts mais fonctionneront à effectif réduit. L’accueil sera par contre fortement perturbé dans les écoles, les crèches et prégardiennats communaux ce mercredi 13 février.

Pour les écoles communales francophones :

Les repas chauds seront supprimés

Les transports scolaires (enseignement spécialisé) seront supprimés

Les garderies seront supprimées ce jour-là : les établissements scolaires seront uniquement ouverts entre 8h15 et 12h20. Pour les écoles communales néerlandophones : les écoles « De Wereldbrug » et « De Puzzel » seront ouvertes normalement.

Pour les crèches :

Les lieux d’accueil suivants seront fermés : Prégardiennat Les Chenapans, Prégardiennat Les Bout’chics, Crèche Les Marmots, Crèche Le Bercail, Crèche les Lutins, Crèche les P’tits Matelos.

La crèche Le Toboggan sera ouverte aux horaires habituels

La crèche La Ruche ouvrira de 8h à 16h.

Wallonie-picarde

​Pour la Wallonie picarde, toutes les zones d'activités économiques seront bloquées par des manifestants. Les écoles secondaires officielles ne seront pas touchées puisque les professeurs sont en formation et les élèves en congé pédagogique. les écoles du libre seront ouvertes normalement.

L'hôtel de ville de Mouscron devrait rester accessible.

Les TEC devraient tourner à 50% de leur capacité puisque la moitié du transport est assurée par le privé.

Notre sélection vidéo